George Francis Train : le véritable Phileas Fogg de Jules Verne

| | , ,

On connaît tous le livre d’aventure Le Tour du monde en 80 jours de Jules Verne. Mais saviez-vous que l’écrivain français s’est inspiré des exploits d’un vrai homme d’affaires américain ? Découvrez le vrai Phileas Fogg, l’homme qui fit vraiment le tour du monde en 80 jours, George Francis Train.

Le Tour du monde en quatre-vingts jours

En 1872, l’écrivain français originaire de Nantes, Jules Verne publia ce roman. Il raconte les aventures d’un gentleman anglais, Phileas Fogg, qui fait le pari de réussir à faire le tour du monde en 80 jours. Il est accompagné de son serviteur Passepartout, puis est rejoint ensuite par Mrs. Aouda, ensemble ils y parviennent dans le temps imparti.

Le Tour du monde en 80 jours George Francis Train

Si aujourd’hui tout le monde connaît le roman de Jules Verne, peu savent que l’exploit raconté dans ses pages a réellement été réalisé, deux ans avant sa publication. George Francis Train était un homme d’affaires américain et auteur de récits de voyages.

George Francis Train, un homme d’affaires américain

Peu connu en France, il fit sa richesse dans le domaine des transports à une époque où les véhicules mécaniques en étaient encore à leurs débuts. Né en 1829, il devint rapidement orphelin et fut élevé par ses grands-parents à Boston. Cela le poussa à travailler vite. Véritable visionnaire, il réussit d’abord dans le transport maritime à Boston, puis, à partir des années 1860, en Australie et en Angleterre.

Toutefois, il ne se contenta pas d’un domaine, il passait d’une activité à l’autre et changeait souvent de pays. Ainsi, il participa à la colonisation de l’Australie avant de financer une voie ferrée dans le Midwest aux États-Unis, reliant l’Est et l’Ouest. Il investit même dans les premières lignes de tramway en Grande-Bretagne. L’homme d’affaires souhaitait toujours avoir un coup d’avance et être impliqué partout. Il comprit bien vite que l’information était de l’argent.

À l’origine du personnage principal

Ces divers projets le conduisirent à voyager dans de nombreux endroits comme le Japon, la Chine, la Russie… Lors de ces occasions, il écrivait à ses heures perdues, notamment des comptes-rendus de voyage. En effet, ses diverses activités et intérêts l’amenèrent à réaliser au total quatre tours du monde. Il effectua son troisième tour de la planète en 1890, en seulement 67 jours. Train battit ainsi l’ancien record détenu par Nellie Bly qui avait réussi l’exploit en 72 jours. En 1890, il déclara :

« J’ai fait quatre fois le tour du monde. Je suis le roi, l’argonaute du voyage rapide. Je suis le Phileas Fogg de Jules Verne : j’ai accompli le tour en quatre-vingts jours deux ans avant qu’il n’invente un héros réussissant cet exploit. »

Jules Verne

Il est donc évident que ce génie des affaires a tapé dans l’œil de Jules Verne. Toutefois, si vous n’avez pas encore lu le roman, ne vous attendez pas à retrouver un personnage similaire à George Francis Train. L’écrivain a transformé l’homme d’affaires américain accompli en un gentleman britannique un peu mou. George Francis Train était-il trop caricatural du capitalisme américain pour Jules Verne ? On ne le saura jamais.

Finalement, Jules Verne, comme bon nombre d’auteurs, s’est inspiré d’un personnage de la vie réelle pour imaginer son chef-d’œuvre. Toutefois, il faut avouer que Phileas Fogg et le vrai George Francis Train n’ont que peu en commun, si ce n’est le tour du monde. Le dernier est bien plus impressionnant, ayant participé aux développements des moyens de transports que l’on connaît aujourd’hui. Mais le premier semble toutefois être un personnage bien plus appréciable. Nous vous proposons de découvrir ensuite un autre personnage qui a inspiré une version fictive : Florence Foster Jenkins, la vraie Castafiore des Aventures de Tintin

 

Sources : 

Précédent

Le mystère du manuscrit de Voynich à la langue et l’auteur inconnus

Calamity Jane : la légende du Far West en avance sur son temps

Suivant

Laisser un commentaire