Calamity Jane : la légende du Far West en avance sur son temps

Calamity Jane : la légende du Far West en avance sur son temps

Certaines figures féminines importantes de l’histoire sont aujourd’hui tombées dans l’oubli, comme Claudette Colvin ou Agnodice. À l’inverse, certaines femmes demeurent des personnalités immanquables dans l’histoire telles que Marie Curie ou Pocahontas. Calamity Jane fait partie de ces femmes célèbres. Cowboy féminin notoire, elle est une légende de la conquête de l’Ouest aux États-Unis. Comme tout personnage légendaire, il est difficile de démêler le vrai du faux. Chez Cultea aujourd’hui, nous vous proposons de découvrir les aventures de cette combattante redoutée et passionnante. 

Les débuts de la vie de Martha Canary

Dans les années 1850, à l’ouest des États-Unis, les paysages demeurent encore intacts et peuplés de tribus amérindiennes. Jusqu’à ce qu’on y découvre de l’or et que des centaines d’individus s’y précipitent dans l’espoir de s’enrichir. Parmi tous les candidats à la conquête de l’Ouest se trouve une femme : Calamity Jane, de son vrai nom, Martha Canary.

Martha Canary est née dans une famille de fermiers, en 1850, elle était l’aînée d’une fratrie de six enfants. Ses parents s’occupant peu d’elle, Martha s’occupait de ses trois sœurs et deux frères et apprit à monter à cheval. Petite, elle participait souvent à la chasse avec les hommes. Puis, les Canary s’installèrent à Salt Lake City. Malheureusement, la mère mourut d’une pneumonie, due au voyage, en 1865. Son père disparut à son tour deux ans plus tard. Martha, alors âgée de treize ans, se retrouva donc orpheline. On la sépara alors de ses frères et sœurs, adoptés par d’autres familles.

Une femme en avance sur son temps

Vers 1873, elle rejoint l’armée pour plusieurs années, c’est ainsi que le Général Custer l’engagea comme éclaireuse dans sa campagne militaire contre les Amérindiens. Dès lors, elle exécuta de dangereuses missions et réussit même à sauver la vie d’un capitaine. Véritable prodige de guerre, son expérience dans l’armée lui donna son fameux surnom : Calamity Jane, l’héroïne des plaines.

Calamity Jane

Elle s’habillait comme un homme, à une époque où les femmes portaient des corsets serrés et de lourdes robes. La jeune femme a même fait quelques séjours en prison pour le port du pantalon et son comportement jugé non féminin. En effet, Calamity Jane refusait les normes sociales et aimait se comporter comme un homme de l’époque. Elle crachait, buvait, tirait au pistolet, montait à cheval, jurait et n’avait peur de rien. Une seule chose lui importait, sa liberté. Elle vivait donc en tant que femme émancipée. Calamity Jane a eu plusieurs maris et enfants, qu’elle donna à l’adoption car elle ne pouvait pas bien s’en occuper.

En 1875, elle participa à l’expédition des Black Hills, des montagnes situées dans un territoire contrôlé par les Sioux. Ces derniers les considéraient d’ailleurs comme étant sacrées. Calamity Jane fut la première femme blanche à y pénétrer.

Calamity Jane et la notoriété

À la suite de ces expéditions, elle s’installa dans la ville Deadwood. Elle y rencontra Wild Bill Hickok, une figue emblématique du Far West qui servit d’ailleurs d’inspiration pour le personnage de Lucky Luke. Les deux rebelles devinrent amis, voire amants selon les différentes versions des faits. Malheureusement, quelques mois seulement après leur rencontre, Wild Bill Hickok fut tué d’une balle dans la tête à la suite d’une partie de poker. Calamity Jane traqua l’assassin et le livra à la justice.

Calamity Jane Far West

Après cette perte, elle multiplia ses aventures et professions. Elle travailla notamment comme infirmière lors d’une épidémie de variole à Deadwood. Calamity Jane était toujours en mouvement. En quelques années, elle devint la femme la plus célèbre d’Amérique. Elle réalisa bien vite sa notoriété et nourrit elle-même tous les récits, rajoutant à sa propre légende et à ses exploits.

En 1893, Jane commença à apparaître dans le spectacle de Buffalo Bill, le Wild West Show, après avoir refusé une première fois en 1882. Au sein de ce spectacle très en vogue sur le mythe de l’Ouest américain, elle continua d’impressionner le public. Ainsi, la légende grandit autour du personnage.

La fin de la vie de Calamity Jane

Malheureusement, depuis des années, Jane a un problème de boisson à cause duquel elle n’arrivait plus à garder un travail. Alcoolique et dépressive, elle dilapida l’argent de son succès dans l’alcool et ses proches l’abandonnèrent peu à peu. En 1903, elle mourut finalement d’une pneumonie à l’âge de 51 ans. Elle fut enterrée à Deadwood, aux côtés de Wild Bill Hickock comme elle le souhaitait. Ainsi, déjà très connue de son vivant, après sa mort, elle devint le sujet de nombreuses œuvres au cinéma et dans la littérature.

Deadwood

Finalement, Calamity Jane fut une aventurière célèbre de son vivant car elle sut tirer profit de sa réputation. Toutefois, bon nombre d’historiens remettent aujourd’hui ses exploits en question. Ce qui est certain, c’est que la figure de cette combattante libre participa à l’émancipation des femmes de l’époque. Si le Far West vous intéresse, nous vous proposons de découvrir Buffalo Bill, une autre personnage mythique

Calamity (2020), bande-annonce :

 

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.