Protections hygiéniques : brève histoire de leur évolution

Protections hygiéniques : brève histoire de leur évolution

Cette année le gouvernement français a annoncé rendre les protections hygiéniques gratuites pour les étudiantes. Toutefois, la précarité menstruelle reste un sujet d’actualité important. Mais vous êtes-vous déjà demandé comment ont été inventés les serviettes et tampons ? Chez Cultea nous vous proposons de découvrir comment les femmes se sont débrouillées tout au long de l’histoire et comment on en est arrivé aux protections d’aujourd’hui. 

Avant les protections hygiéniques modernes

Les premières traces de protections hygiéniques remontent à l’Egypte ancienne. Des bandes de coton, lin et de laine constituaient les serviettes de l’époque. Il arrivait également que les femmes enroulent ces bandes de textiles autour de petits bâtonnets, et utilisaient cela comme des tampons. Les règles étaient considérées par les Egyptiens comme naturelles et importantes bien qu’impures.

Au Moyen-Âge, la religion influença la perception des règles : il faut les cacher à tout prix car les menstruations sont la preuve de l’impureté des femmes. Ainsi, la société considérait que s’introduire des protections dans le vagin était un péché : cela mettait en péril la pureté des femmes. Ces dernières n’utilisaient pas de protections hygiéniques à cette époque et essayaient de retenir le sang ou le laissent couler. Elles se lavaient donc les jambes régulièrement. Pour les femmes aisées, le jupon pouvait absorber le sang ou l’essuyer.

Au Moyen-Âge, les femmes devaient s’isoler lorsque leur période de règles arrivait, elles devaient en avoir honte. C’est encore le cas dans certaines régions du monde.

Les premières protections commercialisées

Protections hygiéniques
Illustration d’un dispositif de protection hygiénique (1905).

Les protections hygiéniques et la perceptions des règles n’évolua pas pendant une longue période. Toutefois, les travaux de Louis Pasteur, notamment la théorie des germes, montrèrent l’importance de l’hygiène. Par ailleurs, la machine à filer le coton permit de rendre ce tissu plus accessible à tous. Ainsi, à la fin du XIXème, on comprit que les serviettes étaient fort pratiques, les protections hygiéniques se sont donc démocratisées. Après des siècles de confections personnelles,  on commercialisa les protections menstruelles. Elles étaient alors constituées d’un linge, une serviette amovible, épinglée à une ceinture sanitaire, une sorte de gaine en caoutchouc. Les serviette sont donc lavables à cette époque.

Pendant la Première Guerre Mondiale, les infirmières réalisent que le gaze ou l’ouate, les matériaux utilisés pour absorber le sang des soldats, absorbent aussi très bien le sang menstruel. Inspirée par ces infirmières, dans les années 1920, l’entreprise Kimberly Clark produisit la Kotex, la première serviette jetable. On produisit les serviettes industriellement à partir de l’entre-deux-guerres. On pouvait les retirer et les fixer à l’aide d’épingle ou de ceintures à la taille.

protections hygiéniques
Réclame pour les serviettes Johnson & Johnson dans les années 1920.

Plus tard, dans les années 1960, le mouvement de libération des femmes encouragea ces dernières à réclamer plus de liberté et d’autonomie. Elles demandèrent donc des serviettes à la forme plus pratique et sans la ceinture. Les premières serviettes jetables comme on les connait aujourd’hui furent donc rendues disponibles aux femmes à cette époque. Et dans les années 1970, on les accommoda d’une bande adhésive pour éviter qu’elles ne bougent.

Le retour difficile du tampon

Tout d’abord, la société montra une certaine réticence envers l’utilisation des tampons car ils restaient liés à certains mythes. En effet, pendant la première moitié du XXème siècle, on privilégiait les serviettes hygiéniques pour les femmes car on pensait que les tampons pouvaient compromettre la virginité des femme et leur donner du plaisir.

protections hygiéniques

Toutefois, dans les années 1930, on fabriqua les premiers tampons modernes. Tampax proposa le premier tampon jetable au public en 1936. Cependant, on le destinait alors aux femmes mariées.

Toutefois, au cours de la Seconde Guerre Mondiale, les femmes furent amenées à être plus actives physiquement. Cela les incita à davantage utiliser les tampons. De 1936 à 1943, leur utilisation a été multipliée par cinq. Après la guerre, le tampon resta plus courant qu’avant et fut de plus en plus populaire.

Aujourd’hui les femmes ont l’embarras du choix pour ce qui est des protections hygiéniques, mais il est important de se rappeler que ce ne fut pas toujours le cas. L’histoire des protections hygiéniques est éminemment liée au tabou des règles et donc à la condition des femmes dans la société. Après les règles et leur protections, vous pouvez découvrir l’évolution du maquillage au fil de l’Histoire.

 

Sources : 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.