La Guerre des émeus : quand des oiseaux défièrent l’armée australienne

| | ,

Nous vous avions déjà fait part des chats et de leur dangerosité pour la biodiversité australienne. Mais saviez-vous que le pays avait également été menacé par un autre animal ? En 1932, l’Australie fut le lieu de la Grande Guerre des émeus. Oui oui, il s’agit bien de ces gros oiseaux qui ne savent pas voler ! Chez Cultea, on vous explique pourquoi cette crise eut lieu et surtout qui a gagné. 

Situation de crise

Après la Première guerre mondiale, de nombreux vétérans s’installèrent dans des fermes dans l’Ouest de l’Australie. En effet, le gouvernement avait décidé d’offrir des terres aux vétérans pour relancer l’agriculture. Par ailleurs, on avait encore peu exploité l’Ouest du pays.

Après le krach boursier de 1929 commença une période de grave crise économique connue sous le nom de la Grande Dépression. Malheureusement, le prix du blé s’effondra. Les fermiers se retrouvèrent dans une situation tellement critique qu’ils menacèrent le gouvernement de ne pas distribuer le blé qu’ils récoltaient.

Les armes en réponse aux émeus

Mais la situation se compliqua davantage pour les fermiers. En effet, 20 000 émeus, de gros oiseaux originaires de l’Australie ne pouvant pas voler, débarquèrent dans leur région. Ces animaux migrèrent vers les littoraux et se retrouvèrent donc au beau milieu des champs. Ils dévorèrent alors les ressources qu’ils y trouvèrent et semèrent la pagaille, endommageant par exemple les enclos.

Guerre des émeus

Les fermiers reportèrent donc ce nouveau problème au gouvernement australien qui prit la chose très au sérieux. Ces fermiers étant d’anciens combattants, ils connaissaient bien les armes et réclamèrent l’utilisation de mitraillettes, bien qu’eux-mêmes n’aient pas le droit de les employer, n’étant plus militaires.

Le Ministre de la Défense accepta de déplacer des troupes, mais ce sont les fermiers qui durent nourrir les militaires, leur fournir un logement et payer pour les munitions. Les médias utilisèrent donc le terme de « guerre des émeus » à cause de l’implication d’armes militaires ainsi que de l’armée.

La Guerre des émeus, première intervention

C’est Major G.P.W. Meredith du Régiment Royal de l’Artillerie australienne qui mena l’intervention. Dès le début, l’opération est repoussée d’octobre au 2 novembre 1932 à cause de fortes pluies qui dispersent les émeus. On décida donc d’attendre l’arrêt de la pluie. Les militaires et les fermiers tentèrent de nombreuses embuscades, mais les animaux couraient très vite et se divisaient en petits groupes, les rendant difficiles à atteindre. Les oiseaux communiquaient et s’organisaient donc pour échapper aux hommes. Un rapport de l’armée indiquait que :

« Chaque groupe semble avoir son propre meneur maintenant : un grand oiseau à plumes noires de six pieds de haut qui surveille pendant que ses camarades effectuent leur travail de destruction et qui les avertit quand nous approchons. » 

émeus

On tenta alors de mettre une mitraillette sur un camion pour se mouvoir plus rapidement, mais ce ne fut pas concluant. Le véhicule ne pouvait pas s’approcher de près avant que les animaux ne déguerpissent et il remuait trop, empêchant un artilleur de viser. Après 6 jours d’intervention militaire, 2 500 cartouches de munitions avaient été utilisées et le résultat était décevant : entre 50 et 500 animaux morts. L’inefficacité de l’intervention fut évidemment moquée et critiquée. Les troupes furent donc rappelées le 8 novembre 1932.

Deuxième tentative, ratée également

Toutefois, les émeus continuèrent de ravager les champs. Les fermiers redemandèrent donc très vite l’aide du gouvernement. Le Premier Ministre James Mitchell accepta pour préserver ce qu’il restait de blé. L’opération militaire reprit donc le 12 novembre, toujours dirigé par le même commandant. Les deux premiers jours, les militaires tuèrent une quarantaine d’émeus.

Ces animaux étant intelligents et rapides, au 2 décembre, l’armée ne tuait qu’une centaine d’oiseaux par semaine. Les militaires quittèrent les lieux le 10 décembre 1932. Les deux campagnes firent au final 986 animaux pour 9860 cartouches de munitions. Les opérations furent donc des échecs cuisants et les émeus remportèrent la guerre (qui l’eût cru ?).

Armée australienne

Le commandant de l’armée en charge de l’intervention militaire, Major G.P.W. Meredith, très impressionné par ces animaux, déclara suite à ces évènements :

« Si nous avions une division de l’armée avec une capacité à encaisser les balles comme ces oiseaux, elle pourrait affronter n’importe quelle armée dans le monde. Ils peuvent faire face à des mitrailleuses avec l’invulnérabilité de tanks. »

Les fermiers demandèrent le renouvellement de l’opération à plusieurs reprises, mais le gouvernement refusa à chaque fois. Ils optèrent plus tard pour des clôtures.

Les émeus seraient donc plus intelligents que les hommes ? Probablement pas, mais plus tenaces c’est certain ! Finalement, la Guerre des émeus nous a prouvé que l’on pouvait se faire battre à plate couture par des animaux. Ne vous inquiétez pas pour les émeus, depuis 1999, une loi les protège. Qui sait, peut-être qu’on verra bientôt des émeus dans l’armée australienne ? En tout cas, l’armée américaine, elle, a déjà essayé d’utiliser des chauves-souris !

La Guerre des émeus, images d’archives :

Sources :

Précédent

Claudette Colvin : la femme qui refusa de laisser sa place dans le bus avant Rosa Parks

En Écosse, un hôtel en forme « d’émoji caca » fait polémique

Suivant

Laisser un commentaire