Le mystère du manuscrit de Voynich à la langue et l’auteur inconnus

| | , , ,

On aime tous les mystères et les histoires énigmatiques. Après vous avoir parlé de l’étrange histoire de la bête du Gévaudan, on vous propose de découvrir l’une des œuvres les plus mystérieuses au monde. Le manuscrit de Voynich est un ouvrage illustré du Moyen Âge rédigé par un auteur inconnu et dans une langue non identifiée. Il résiste depuis plus d’un siècle à tout décryptage, et ce n’est pas faute d’avoir essayé. Venez à la découverte de cet ouvrage intriguant !

Où a-t-on découvert le manuscrit de Voynich ?

En 1912, Wilfrid Voynich, un collectionneur et antiquaire, voyagea des États-Unis jusqu’en Italie, à côté de Rome. En effet, il savait qu’une communauté religieuse de jésuites souhaitait vendre une partie de sa collection de livres. Il mit alors la main sur ce manuscrit qui porte désormais son nom.

Wilfrid Voynich

Vu de l’extérieur, le livre ne payait pas de mine mais c’est le contenu qui intrigua notre antiquaire. L’ouvrage est composé d’illustrations de plantes et d’un alphabet qu’il ne connaissait pas, mais ni une ni deux, Wilfrid l’acheta. Il envoya le manuscrit à des spécialistes, mais ces derniers ne parviennent pas à déchiffrer les écrits. Le mystère dure ainsi depuis plus d’un siècle et les scientifiques s’échinent depuis l’apparition de ce manuscrit à essayer de le comprendre.

Que sait-on de ce mystérieux livre ?

Nous avons très peu d’informations au sujet du manuscrit de Voynich. À sa découverte, une lettre accompagnait l’ouvrage. Elle datait du XVIIème siècle, un médecin et philosophe tchèque en était l’auteur et s’adressait à l’empereur Rodolphe II. En 2011, une datation au carbone 14 a permis de déterminer que le papier était fait en vélin, une peau de veau très fine, et a été fabriqué entre 1404 et 1438. Ainsi, on pense que le texte a été rédigé autour de cette période, entre le début du XVème et le XVIIème siècle. Toutefois le contenu du texte et son auteur n’ont à ce jour jamais été identifiés.

Manuscrit de Voynich théories

Ses pages sont couvertes de mystérieux dessins en couleurs représentant des plantes, planètes et constellations. En effet, le livre semble être divisé en plusieurs sections sur différents sujets comme la botanique, l’astronomie, l’astrologie, la biologie, la cosmologie et la pharmacologie. Le linguiste britannique Stephen Bax déclara :

« Il a toutes les chances d’être une sorte d’encyclopédie visant à rassembler les connaissances de l’époque sur les plantes, l’astronomie, l’astrologie, et d’autres domaines savants. »

Le plus grand défi de ce manuscrit reste son texte, totalement incompréhensible. Rédigé dans un alphabet inconnu, son sens échappe encore aux cryptologues. De temps en temps, un scientifique prétend avoir réussi à déchiffrer le texte mais ce n’est jamais vraiment le cas.

Quelle langue utilise le manuscrit de Voynich ?

Les théories avancées au fil de l’histoire concernent aussi bien la langue utilisée que l’auteur de l’ouvrage et de quoi il parle. En effet, on pensa d’abord qu’il s’agissait d’un code, un texte chiffré. Au Moyen Âge il était assez courant qu’un auteur crypte son texte pour préserver son savoir.

Manuscrit de Voynich langue

Toutefois, une autre hypothèse va à l’encontre de la première et énonce que la langue utilisée pourrait être un véritable langage. L’ouvrage n’emploierait donc pas un code mais un vrai dialecte d’Europe de l’Est, disparu depuis. C’est pourquoi il contiendrait des traces d’autres langues comme le persan ou l’arabe. Mais alors pourquoi n’arrive-t-on pas à la déchiffrer ?

Enfin, la dernière idée soutient qu’on aurait rédigé le manuscrit dans une langue inventée, le rendant incompréhensible exprès. En effet, à l’époque il est arrivé que des érudits inventèrent des langues pour leur usage propre, afin que leurs rivaux se cassent les dents dessus. Malgré de nombreuses hypothèses, on ne sait toujours pas si l’une d’entre elles est véridique. À l’heure actuelle, seulement 10 mots sur 35 000 ont été déchiffrés.

Un auteur indéterminé

La langue n’est pas le seul mystère de cet ouvrage. Son auteur reste inconnu aujourd’hui. Comme pour la langue utilisée, les théories foisonnent. Pendant longtemps, l’alchimiste et philosophe anglais Roger Bacon était la théorie la plus populaire. On le considère aujourd’hui comme l’un des pères de la méthode scientifique. Toutefois les dates ne coïncident pas, Roger Bacon ayant vécu au XIIIème siècle.

L’auteur pourrait aussi être Jacobus Sinapius, un herboriste réputé qui vivait à la cour de l’empereur Rodolphe II. Un autre candidat potentiel est un architecte italien du XVème siècle, Antonio Averlino dit « le Filarète ». Enfin, les théories les plus folles vont jusqu’à dire que la reine Elisabeth Ière en serait l’auteure.

Des théories sur le contenu du livre

Enfin, n’étant pas capable de déterminer qui est l’auteur de l’ouvrage, ni de trouver le sens de la langue, tout le monde ne s’accorde pas lorsqu’il s’agit d’attester le contenu même du livre. Certains pensent que le livre évoque un traité d’alchimie, voire une recette cachée de la pierre philosophale, supposée transformer les plombs en or ou être un élixir de longue vie. Toutefois rien ne permet de l’affirmer.

De nombreux experts pensent que le manuscrit de Voynich est une encyclopédie abritant de réelles connaissances. En effet, la démarche y est méticuleuse. Son objectif originel aurait donc été de rassembler les connaissances de l’époque. D’autres individus pensent que le manuscrit de Voynich est incompréhensible exprès et qu’il s’agit d’un canular. En effet, certains imaginent qu’un homme l’aurait fait passer pour une œuvre du célèbre alchimiste anglais Roger Bacon pour escroquer l’empereur Rodolphe II.

Le manuscrit de Voynich est donc l’un des textes les plus indéchiffrables au monde et reste plein de mystères encore aujourd’hui. De nombreux spécialistes ont tenté de le décoder, mais sans succès. Si les mystères historiques vous intéressent, vous pouvez découvrir les disparus du bateau La Mary Celeste.

 

Sources :

Précédent

La Grande Mademoiselle, de la vie de cour à la solitude

George Francis Train : le véritable Phileas Fogg de Jules Verne

Suivant

Laisser un commentaire