Japon : Le sanctuaire impérial d’Ise-Jingu reconstruit tous les 20 ans

| | ,

Le Japon est un pays très spirituel comme peuvent en témoigner son folklore et ses créatures. Aujourd’hui, nous vous proposons de continuer à explorer la spiritualité du pays en découvrant le sanctuaire impérial d’Ise-Jingu, le lieu le plus sacré de l’archipel sur lequel continue de planer un certain mystère. 

Le lieu le plus sacré du Japon

Le shinto ou « la voie des dieux » est la plus ancienne religion du Japon. Il s’agit d’un ensemble de croyances polythéistes et animistes, c’est-à-dire qu’une force vitale anime tous les êtres vivants et objets.

Le Japon considère le sanctuaire d’Ise comme le lieu le plus important et sacré de la  religion Shinto. Plus de 1 500 rituels et cérémonies y prennent place chaque année et ce dans différents buts comme maintenir la paix dans le pays ou espérer des récoltes abondantes. Naturellement, le gouvernement japonais l’a donc catégorisé comme un trésor national et le protège. Le lieu appartient à toute la population japonaise, il garde d’ailleurs tous ses artefacts religieux et refuse de les vendre. Il se situe dans la ville d’Ise dans le sud est de l’île principale de Honshū.

Sanctuaire d'Ise

En réalité, le sanctuaire est constitué de tout un complexe de bâtiments, avec pas moins de 125 temples. Toutefois, on trouve un temple principal dédié à la déesse du soleil, Amaterasu. À l’origine, on vouait le culte à la déesse du soleil au sein du palais impérial. Toutefois, il y a environ 2 000 ans, une princesse s’en alla en voyage dans le pays. Elle eut alors une révélation d’Amaterasu à la suite de laquelle elle décida de vénérer la divinité à Ise. En effet, on construisit les premiers sanctuaires aux alentours de l’an 4 avant J-C, avant d’édifier le reste des bâtiments vers 690. Le temple principal est particulièrement connu puisqu’il abriterait l’une des reliques les plus sacrées de la mythologie japonaise : le miroir de la déesse du Soleil Amaterasu.

Amaterasu

Cependant, personne n’est certain de ce qui se trouve réellement à l’intérieur. En effet, étant l’un des lieux les plus vénérés du pays, on a strictement interdit la présence du public dans le temple principal. Les visiteurs ne peuvent visiter qu’une partie des sanctuaires. Les seules personnes autorisées à entrer au sein du temple principal sont les membres de la famille impériale japonaise et le prêtre du temple, personne d’autre.

Le sanctuaire impérial d’Ise-Jingu détruit et reconstruit régulièrement

La croyance de la vie et de la renaissance est très importante dans le Shintoïsme. Pour respecter le principe de cette religion, le sanctuaire fait l’object d’une cérémonie incroyable nommée shikinen-sengu. En effet, il est détruit puis reconstruit à son image tous les 20 ans. Cette tradition garantit la pureté du temple et est observée depuis la première construction du sanctuaire.

Sanctuaire d'Ise
Construction du nouveau sanctuaire à côté de l’ancien en 1953.

Les bâtiments actuels datent donc de 2013 et constituent la 62ème génération de temples. La reconstruction ne doit cependant pas se faire n’importe comment. Les traditions et consignes à respecter lors de la reconstruction du lieu se trouvent inscrites dans des textes datant du Xème siècle. Le bois des différents édifices est même récupéré et envoyé aux quatre coins du pays pour renforcer et réparer de nombreux monuments religieux. On revend également une partie du matériau à des croyants et pèlerins intéressés.

Ainsi, le sanctuaire impérial d’Ise-Jingu est un lieu emblématique de la culture japonaise et du Shinto. Il inspire le respect mais suscite également de nombreuses questions et une certaine curiosité. Il faut reconnaître que la tradition de détruire et reconstruire un tel lieu est des plus surprenantes. Connaissiez-vous ce lieu presque secret et cette cérémonie ? Après le shintoïsme, vous pouvez en apprendre davantage sur le bouddhisme, une autre religion importante du Japon. 

 

Sources :

Précédent

L’atoll de Pingelap, où une partie de la population ne voit qu’en noir et blanc

Etienne de Silhouette : un homme à l’origine du nom commun

Suivant

Laisser un commentaire