Etienne de Silhouette : un homme à l’origine du nom commun

Etienne de Silhouette : un homme à l'origine du nom commun

La langue française est bien mystérieuse. Elle est en constante évolution et on la redécouvre bien souvent. Saviez-vous que le terme « silhouette », comme les termes « poubelle » et « sandwich », vient à l’origine d’un nom propre ? Etienne de Silhouette fut un ministre des Finances très en avance sur son temps mais extrêmement impopulaire. On vous explique comment cet homme donna son nom à un mot de la langue française, aujourd’hui utilisé quotidiennement.

Un ministre des Finances humaniste, Etienne de Silhouette

Etienne de Silhouette est né le 5 juillet 1709 à Limoges. Après avoir été chancelier de la maison d’Orléans, il devient ministre des Finances sous Louis XV, grâce à son amitié avec Madame de Pompadour, la favorite du roi. Ce véritable humaniste fut donc nommé contrôleur général des finances du royaume, en 1759. La France vivait alors un temps de guerre. En effet, le pays combattait – vous l’aurez deviné – l’Angleterre, pendant la Guerre de Sept Ans. Les finances de la France allaient au plus mal à cause des combats et les caisses étaient vides.

Etienne de Silhouette

Etienne de Silhouette voulut restaurer les finances du pays en taxant les plus riches plutôt que les pauvres. Il comprit la nécessité de partager les richesses au sein de la société, trente ans avant la Révolution française et bien avant la sécurité sociale. Il souhaitait ainsi soulager le peuple qui ne s’en sortait pas, tiraillé entre les famines et les impôts.

Taxer les riches, la source de son impopularité

Etienne de Silhouette pensait qu’en épargnant le peuple et taxant ceux qui pouvaient se le permettre, il pourrait maintenir la bonne entente entre la noblesse et le peuple et ainsi sauver la monarchie et l’ordre social de l’époque. Rappelons que les tensions montaient au sein de la population quelques années avant la Révolution française.

Etienne silhouette réformes taxes

Il initia donc une série de nouvelles mesures pour imposer à la partie de la population la plus privilégiée de payer des taxes. Il supprima par exemple les exemptions qui existaient à l’époque et proposa de taxer les terres détenues par les nobles. Le ministre s’attira ainsi les foudres de la noblesse. Voltaire, qui lui voua une certaine admiration, prit parti contre lui et se rangea du côté des puissants. Etienne de Silhouette n’épargna pas non plus la Cour royale à qui il recommanda de réduire dépenses. Cela fut la goutte de trop et il fut renvoyé de la Cour, huit mois après avoir été nommé ministre des Finances, en novembre 1759. L’ancien contrôleur général quitta la vie publique et se retira dans son château de Bry, où il mourut en 1767.

Utilisation de son nom pour se moquer

Malgré son temps très court en tant que ministre, son nom est sur toutes les bouches des Français aujourd’hui. Comment cela est-il possible ? Vous l’aurez compris, Etienne de Silhouette ne fut pas du tout populaire au sein de la Cour du roi. Après tout, son but était de s’attaquer aux privilèges de la noblesse. Ses détracteurs souhaitèrent donc le tourner en ridicule et pour ce faire, ils l’associèrent à tout ce qui était approximatif et inachevé, à l’image de ses mesures, que l’on qualifia dès lors « d’à la silhouette ».

On donna son nom à un type de représentation artistique. Il faisait référence aux portraits bon marché réalisés à partir de l’ombre chinoise du profil d’un individu, ces tableaux furent également appelés des « dessins à la Silhouette ». Comme ils étaient simples et bon marché, on les reliait à ses réformes inachevées.

portraits silhouette

Cette technique de portraits connut un franc succès au XVIIIème siècle, avant de se populariser à l’étranger. Elle plaisait d’ailleurs beaucoup à l’ancien ministre, la raillerie n’en fut donc que plus pertinente. En effet, Etienne de Silhouette se passionna pour ces portraits, si bien qu’il en réalisait pour ses invités. Il les éclairait avec une lampe afin de dessiner le contour de leur ombre puis mettait ensuite les portraits sur les murs de sa maison.

Ces dessins prirent donc peu à peu son nom et aujourd’hui le terme « silhouette » fait partie de notre quotidien. L’Académie française a adopté le mot dans son lexique en 1835 et le mot s’est même exporté dans d’autres langues comme l’anglais.

Finalement, le mot « silhouette » est à l’origine une moquerie envers Etienne de Silhouette. Cet homme politique fut particulièrement détesté par les nobles au XVIIIème siècle, alors qu’il essayait juste d’aider le pays en temps de crise. Saviez-vous que ce nom commun était tiré d’un nom propre ? Après ce mot français, nous vous proposons de découvrir l’origine des quelques expressions de notre belle langue.

 

Sources : 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.