Mais qui est donc Ganesh, le dieu à la tête d’éléphant ?

| | , ,

Sans nul doute l’un des symboles les plus évocateurs de l’hindouisme, la figure de Ganesh ne vous est sûrement pas inconnue. Vous savez, le dieu à la tête d’éléphant. Oui d’accord, mais qu’en est-il de la réelle signification de cette divinité ? Que revêt-elle de messages et de contradictions ? Chez Cultea, nous vous proposons aujourd’hui un petit tour d’horizon du côté de cet être mythique.

À quoi ressemble Ganesh ?

Si vous vous attelez à étudier la représentation physique de Ganesh, vous pourrez constater différents aspects. Tout d’abord, il est pourvu d’un corps d’éléphant, la plupart du temps de couleur rouge, une tête d’éléphant qui ne témoigne que d’une défense au lieu de deux, ainsi que quatre bras tenant divers objets. À y regarder de plus près, l’on découvrira tout d’abord un rat à ses pieds. Il s’agit de son véhicule, autrement appelé vâhana. C’est son double complémentaire. Le côté majestueux et sage de l’éléphant se marie ainsi à la ruse et à la malice du rongeur, créant un être protéiforme.

Pourquoi une seule défense, vous demandez-vous certainement ? Tout simplement parce que la deuxième est cassée. Si l’on s’en tient à la légende, il semblerait que Ganesh ait utilisé cette dernière pour écrire les Veda, ensemble de textes régissant les croyances des sages en Inde. Une autre version soutient que c’est Parashurama (avatar du dieu Vishnu), qui lui aurait coupé la défense à la hache.

Ganesh - Cultea
« Ganesh » Inde.

À cela s’ajoutent des éléments annexes tels que l’aiguillon (ankusha), apportant contrôle et clairvoyance au monde, la hache (parashu) qui détruit l’attachement et coupe la douleur, le nœud coulant (pasha), le chapelet (mâlâ) qui est composé des 50 lettres de l’alphabet Sanskrit et le bol de friandises (modaka) qui offre candeur à celui qui a atteint la sagesse.

Pour ce qui est de son assise, le dieu hindou dispose d’un trône de lotus, il n’en reste pas moins qu’il est quelquefois représenté en dansant.

Que nous dit la légende ?

Bon d’accord, un dieu à la tête d’éléphant. Pourquoi pas nous direz-vous. Mais d’où vient-elle cette tête d’abord ? Il semblerait que les versions de l’histoire soient multiples et riches. Ganesh est le fils de Shiva (dieu puissant de la destruction et de la restauration) et Parvati (demi-déesse, femme de la montagne).

L’histoire raconte que Shiva était parti faire une longue retraite méditative dans l’Himalaya. Lorsqu’il rentra retrouver son épouse, il se trouva nez à nez avec un jeune homme qui lui barrait l’accès à l’entrée de la maison. Outré par une telle insolence, Shiva s’empara de son épée et lui coupa la tête sans plus attendre.

Oui mais voilà, ce garçon n’était pas n’importe qui. Il s’agissait en fait du fils de Parvati, fils qu’elle avait conçu elle-même avec de la poussière qu’elle racla sur son corps pour palier la solitude et lui tenir compagnie. Lorsque Shiva l’apprit, il lui promit de remplacer la tête de l’enfant par la tête de la première créature qu’il trouverait. C’est ainsi qu’il croisa un éléphanteau. Voilà donc le pourquoi du comment.

Sculpture de Ganesh - Cultea
« Sculpture de Ganesh, à Bhubaneshwar ».

La dimension symbolique

Ganesh est un dieu au corps compromis, qui conjugue l’animal et l’humain. Le haut de son corps est une tête d’éléphant sage et le bas, un corps d’enfant. Il est considéré comme le seigneur des commencements, invoqué au début de chaque nouveau projet ou cérémonie hindoue. Considéré comme un réel Gardien, son image se veut souvent placée devant les portes des maisons ainsi que des temples.

Disposant de grandes oreilles, il écoute les prières avec attention et démêle le vrai du faux sans difficultés. C’est un être sage, à la mémoire infaillible et à l’intelligence hors norme. Il est à cet effet considéré comme le dieu des écrivains. Ne possédant aucun attribut phallique, Ganesh représente davantage l’enfant que l’homme adulte.

Célébrations et rites culturels dans le monde

Ganesh est le fruit d’une grande célébration à l’ouest de l’Inde. Cette dernière dure dix jours et a été crée par Bal Gangahar Tilak (militant pour l’indépendance de l’Inde) lorsque le territoire était soumis aux anglais.

Dans le monde, Ganesh prend des formes diverses. Au Japon par exemple, il est représenté par un couple d’éléphants enlacés. En Indonésie, il est connu comme le symbole de la plus grande école d’ingénieurs de Bandung à Java.

Ganesh - Cultea
« Ganesh » / Wikicommons.

Après ce petit détour par l’Inde, vous savez maintenant qui est Ganesh et quelles sont les symboliques et les croyances portées par cet être mythique hindouiste. Créature mi-éléphantine mi-enfantine, ce dieu nous témoigne également des dangers potentiels à passer du monde humain au monde divin…

Précédent

Oscars 2021 : « Nomadland », Anthony Hopkins… ce qu’il faut retenir !

Tonya Harding : du patin à glace au scandale international

Suivant

2 réflexions au sujet de “Mais qui est donc Ganesh, le dieu à la tête d’éléphant ?”

Laisser un commentaire