Une pierre japonaise censée renfermer un démon depuis 1 000 ans brisée en deux

Une pierre japonaise censée renfermer un démon depuis 1 000 ans brisée en deux - Cultea

Cela faisait plus de 1 000 ans qu’elle abritait une légende. Il y a quelques jours, une mystérieuse pierre japonaise, aussi surnommé « killing stone », a été retrouvée fendue en deux morceaux. D’après les croyances, elle renfermerait l’esprit d’un mauvais démon. Un scénario digne des films de science-fiction, laissant planer la menace d’une malédiction pour les plus superstitieux.

Enregistrée comme « site historique local » depuis 1957, la roche mortelle se trouve à Nasu, une zone volcanique de l’île de Honshu, au Japon. Alors que la pierre aurait été détruite récemment, son esprit se serait fait exorciser par un moine bouddhiste, ayant dispersé ses pièces à travers tout le pays.

D’après une légende remontant au XIIe siècle, c’est l’esprit d’un renard à neuf queues qui aurait pris possession de l’intrigante « killing stone » il y a des centaines d’années. L’animal aurait adopté une forme humaine, celle d’une charmante femme, Tamamo-no-mae, faisant partie d’un complot visant à séduire et tuer l’empereur Toba, régnant sur le Japon de 1107 à 1123. La pierre mortelle aurait finalement capturé le corps de la jeune femme, l’emprisonnant à tout jamais. Depuis, il se dit que quiconque oserait toucher la pierre connaîtrait un destin tragique.

Le réveil d’une légende

Depuis quelques jours, le Sessho-Seki fait parler de lui après sa soudaine ouverture. Pour de nombreux locaux, cela pourrait entraîner la libération du démon emprisonné depuis plus de 1 000 ans. Celui de Tamamo-no-Mae, enfermée dans la pierre et probablement possédée par le renard à neuf queues. Un événement qui fait ressortir de vieilles croyances, jusqu’à inquiéter certains Japonais. Mais le démon enfermé s’est-il réveillé après tant d’années de sommeil ?

Pour les médias locaux, ce n’est évidemment pas à cause du « réveil du démon » que la pierre s’est fendue en deux. Leur explication est beaucoup plus rationnelle. Il s’agirait tout simplement de l’érosion, un phénomène inévitable. Des fissures seraient apparues il y a quelques années, permettant à l’humidité et à l’eau de pénétrer la roche. Mais aucune explication scientifique ou mythologique n’a été donnée officiellement à ce jour. Les autorités locales et nationales devraient cependant se réunir prochainement pour discuter du sort de la pierre.

Légende, réalité, ou science-fiction, la « killing stone » reste un phénomène insolite sur lequel il est intéressant de se pencher. Au Japon, le bruit court que certains habitants et hauts responsables souhaitent redonner une seconde vie à cette pierre mortelle. De quoi restaurer le symbole d’une culture locale, et pourquoi pas, l’esprit de Tamamo-no-Mae.

 

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *