Coup d’oeil sur le phénomène des escape games dans les musées !

Peu habitués des musées et des monuments historiques ? Peu enthousiasmés à l’idée de suivre un guide-conférencier pendant une heure ? On a tous nos raisons pour éviter la traditionnelle sortie du dimanche au musée… Mais ça c’était avant ! En effet, depuis plusieurs années les musées cherchent à attirer un public plus jeune et plus divers. Afin d’atteindre ces objectifs, ils mettent en place une programmation toujours plus originale alliant divertissement et pédagogie. En quelques années, une activité en particulier s’est fait une place de choix dans les programmations : l’escape game ! Coup d’œil sur ce phénomène… 

Qu’est ce qu’un escape game ? 

Bonne question Sherlock ! Arrivés d’Asie au début des années 2010, les escape games sont des jeux d’évasion basés sur un scénario à partir duquel les joueurs doivent résoudre, en faisant appel à leur intelligence collective, des énigmes. Le but ultime est de solutionner l’énigme finale afin de s’échapper de la pièce dans laquelle l’équipe est (volontairement) enfermée.

Un peu stressant ? Légèrement, mais ce stress démultiplie l’imagination, la fouille, la déduction et surtout la collaboration des participants ! De plus, lors de chaque partie les joueurs ne sont pas seuls face au mystère. Un maitre du jeu est là pour, au besoin, les guider. C’est d’ailleurs un des grands avantages de cette activité puisqu’un même scénario peut être adapté à des publics extrêmement différents.

Si certains musées comme le château de Versailles ont repris l’idée d’un escape game dans la plus pure des traditions (enfermement, fouille, énigmes) beaucoup de lieux patrimoniaux adaptent ce principe. Ainsi, ils peuvent le programmer lors des horaires d’ouverture et directement dans les salles d’exposition. Les joueurs gagnent le privilège de découvrir les salles sous un nouveau jour, bien loin des restrictions traditionnelles des musées (silence, interdiction d’approcher).

Une activité qui séduit petits et grands 

En France, en 2018, les escape games ont connu une véritable accélération. On les retrouve dans les monuments historiques, musées des sciences, musées des Beaux-Arts… Nombreux sont les établissements à avoir saisi l’opportunité de faire vivre leurs collections autrement. 

L’intérêt représenté par ce type de médiation est l’inversion de la source de savoir. Grâce à ce format, au lieu d’assister à une visite de manière passive, les joueurs vont passer dans un rôle actif. En tant qu’enquêteurs, ils cherchent eux-mêmes les informations nécessaires et créent les liens entre ces informations de manière autonome. De plus, l’information est raccrochée à un souvenir ce qui la rend plus facilement mémorable. 

Enfin, bien souvent, les billets pour ces activités sont couplés avec une entrée ou une visite du musée. Cela permet de mobiliser rapidement l’ensemble des connaissances acquises par le jeu. La visite devient alors plus facilement lisible pour le public qui est déjà familier du vocabulaire, des espaces ou d’un certain nombre d’informations historiques.  Il s’agit également d’un des principaux objectifs des structures : faire naître une envie de musée chez ceux qui ne s’y sentent pas les bienvenus ou n’ont simplement pas l’idée de les fréquenter.

« C’est amusant de parcourir le musée sous cet angle. Le jeu nous dessine un parcours express tout en nous amenant à scruter certaines œuvres. On a envie de revenir pour prolonger la visite »
– témoignage d’une jeune participante au magazine Beaux-Arts. 

Des exemples partout en France

Toutefois, ces activités nécessitent un certain investissement pour la création, la mise en place du jeu ainsi que l’animation. Si elles peuvent être proposées sur la programmation courante, bien souvent elles sont programmées à l’occasion d’événements ou de semaines thématiques. Nombreux sont les musées à avoir créé des escape games pour les Journées Européennes du Patrimoine ou lors des semaines ministérielles : Semaine de la Langue française (mars), Semaine des Jardins (juin), Semaine du Handicap (décembre). En fonction des conditions de programmation cette activité peut être gratuite ou payante avec un prix variable entre 5 et 25 euros. Il est donc conseillé de s’informer de temps en temps sur ce que proposent les institutions. De bonnes surprises arrivent très régulièrement comme au château de Lunéville, au musée d’art et d’histoire de Saint-Denis, au Musée d’art et d’industrie de Saint-Etienne ou au Château de Versailles !

En cette période où les mauvaises nouvelles se succèdent (soyons honnêtes ce n’est pas génial), évadez-vous grâce aux musées qui n’attendent que votre visite ! Malgré les difficultés, nombreux sont ceux qui, grâce à ces activités, essayent de rendre leurs collections plus accessibles et plus familières pour le grand public. Les escape games ont aussi un avantage non négligeable : ils sont ouverts avant 21h ! 

Pour plus aller plus loin sur le sujet: 

Le dossier consacré par le magazine Beaux-Arts en 2018

Le dossier consacré par le site club innovation culture

A lire également : 

5 œuvres d’art emblématiques représentant l’enfermement 

Découvrez la nouvelle série Netflix, « La Chronique des Bridgerton »

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*