Besoin de voyage ? Bienvenue à Metz !

Carte postale de la porte des allemands, Metz

Besoin de voyage ? En ces temps incertains, les frontières réapparaissent et donnent des vertiges à toutes les personnes nées après 1992, qui n’en connaissaient l’existence que grâce aux cours de géographie. Le désir de voyage peut se faire pressant. Alors si 2020 n’est pas l’année idéale pour explorer le monde, elle est celle des escapades françaises tendances ! Et pour ajouter un sentiment d’ailleurs, pourquoi ne pas visiter les villes frontalières ? En effet, elles sont souvent imprégnées d’une culture et d’une histoire commune avec le ou les pays voisins. Comme Metz.

La région Grand Est, avec son intérêt stratégique et sa richesse minière, n’échappe pas à cette règle. De cette histoire troublée, elle conserve aujourd’hui une identité multiple entre France et Allemagne. En 2020, dites Aufwiersehen à Berlin ou Munich pour découvrir le patrimoine messin ! Son patois, sa cuisine et ses monuments vous feront voyager du côté germanique … de l’âme française.

Premier arrêt, gare de Metz

Dès l’arrivée en gare le ton est donné avec ce bâtiment datant de la première annexion allemande (1871-1918). Élue plus belle gare France en 2018 lors du concours organisé par Gares et Connexion, elle est signée de l’architecte allemand Kröger et fut bâtie entre 1905 et 1908 dans un style néo-roman rhénan. Elle en est aujourd’hui le seul exemple en France. Son décor repose principalement sur des références allemandes et indique clairement la volonté de germanisation de l’Empereur Guillaume II. Édifiée principalement pour des raisons militaires, elle remplit aujourd’hui un rôle important de connexion entre La France, l’Allemagne et le Luxembourg où nombre de frontaliers se déplacent quotidiennement.

Vue de la façade principale de la gare de Metz avec son horloge.
Gare de Metz ©L.Edelson

Quelques mètres plus loin… 

Au sortir de la gare, voici le quartier impérial ou Neue Stadt, un des exemples, avec Strasbourg, de l’urbanisme du II Reich.  Les bâtiments donnent à voir des styles très différents les uns des autres dans un désir historiciste. Cette tendance du XIXe siècle se base sur la volonté de remettre en valeur des styles anciens selon, notamment, la fonction du bâtiment. De fait, il permet de faire cohabiter dans un espace proche des styles radicalement différents les uns des autres. Le quartier impérial de Metz l’illustre bien, entre néo-classique, art nouveau ou style typique alsacien. La promenade de l’avenue Foch en est un exemple immanquable.

Entrez… porte des allemands

Non loin de la gare et du quartier impérial, cet édifice, emblématique de la ville, accueil aujourd’hui des expositions et des ateliers. Datant du XIIIe siècle, la porte des allemands est le seul vestige des portes médiévales de la ville. Elle est restaurée puis ouverte à la visite en 2014. Elle offre un charmant voyage dans le temps ainsi qu’une vue magnifique sur la Seille ! A ne pas confondre avec la Seine…

Carte postale ancienne en noir et blanc d'une vue sur la porte des allemands
Carte postale de la porte des allemands, Metz

Pompidou, mais pas que

Récente addition au paysage culturel messin, le centre Pompidou est venu compléter une offre muséale incarnée par le Musée de la Cour d’or. Institution ouverte en 1839, il est composé d’un musée archéologique, d’un musée d’architecture (médiévale et renaissance) et d’un musée des beaux-arts. Le musée de la Cour d’Or a connu un développement notable lors de la première Annexion. Une figure en particulier incarne ce développement : l’allemand Jean-Baptiste Keune. Il en fut le directeur à partir de 1899 et ce jusqu’à la fin de la Première Guerre Mondiale. Le musée conserve d’ailleurs aujourd’hui le fond KM (Kriegmuseum). Il comporte 731 plaques de verre prises par Jean-Baptiste Keune lors des campagnes de recensement et protection du patrimoine de la région pendant la guerre. Ces images représentent un véritable trésor de l’histoire régionale mais également de la photographie.

Vue intérieure du Musée de la cour d'Or, principal musée de Metz avec le Centre Pompidou
Vue intérieure du musée de la cour d’or, Metz

Ville impériale et royale ?

« Enjeux de pouvoir, confrontation stylistique et identité urbaine » sont les termes de la candidature de Metz aux listes du patrimoine mondial de l’UNESCO. La ville offre une balade aux airs germaniques qui ne fait pas oublier ses nombreuses autres richesses, qu’elles aient été bâties alors qu’elle appartenait au Saint Empire Romain Germanique, à la France des Bourbons ou à l’Empire de Guillaume II. La gare de Metz, le quartier impérial, le château d’eau mais aussi la cathédrale Saint Etienne, la place de la comédie, les quais de la seille, la place Saint Louis et bien d’autres recoins de la ville sont au cœur de cet agencement si particulier qui confère au paysage messin toute sa singularité !

Située entre la France et l’Allemagne, la ville de Metz incarne une histoire commune aux deux pays dont les traces, tant architecturales qu’immatérielles (une petite bière accompagnée d’une tarte à la mirabelle étant toujours bienvenue), en font une escapade dépaysante !Maintenant que vous savez tout sur cette ville, vous n’avez plus d’excuses pour ne pas y aller. 

 

A lire également : dix chateaux à visiter en region parisienne

A lire également : quelle histoire se cache derrière la traditionnelle fête des lumières de Lyon ?

 

Sources :

1 Rétrolien / Ping

  1. Partez à la découverte de la Maison Troisgros, un restaurant d'exception !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*