Site icon Cultea

Percy Fawcett : l’explorateur qui disparut mystérieusement en Amazonie

Percy Fawcett : l'explorateur qui disparut mystérieusement en Amazonie

Au fil des siècles, de nombreux explorateurs voyagèrent dans le monde entier comme lors de la découverte des soi-disant monts Kong en Afrique. Percy Fawcett fut l’un d’entre eux. L’explorateur britannique voua une fascination sans fin pour l’Amazonie et y chercha pendant des années une mystérieuse cité avant de disparaître en 1925. Ses recherches et sa disparition ont contribué au mythe de l’explorateur et à celui de l’Amazonie. 

Percy Fawcett, un militaire devenu explorateur

Percy Fawcett naquit en 1867 en Angleterre. Très jeune, il choisit une carrière militaire, notamment dans l’artillerie. Ce métier lui permit de voyager puisqu’il fut envoyé en mission secrète dans différents pays, notamment en Afrique du Nord. En 1901, Percy Fawcett était alors âgé de 34 ans et décida d’apprendre la topographie, la mesure et représentation des cartes.

Percy Fawcett

Grâce à cette nouvelle occupation, il se vit confier une mission par la célèbre et prestigieuse Société Royale de Géographie de Londres en 1906. Il devait cartographier la frontière entre la Bolivie et le Brésil. Les deux pays se disputaient alors pour le contrôle de la production de caoutchouc. Il fallait donc établir avec certitude les limites de ces territoires. Il se passionna alors pour cette région, sa forêt, ses habitants et ses animaux. En effet, il décrivit minutieusement ce pays étrange en 1911 :

« On retrouve dans ces contrées sauvages des animaux et insectes inconnus ici et qui intéresseraient bon nombre de naturalistes et même des Indiens blancs. Des rumeurs font état de pygmées, de mines perdues et de ruines anciennes. Rien n’a été exploré de ce pays au-delà de quelques centaines de berges ceinturant les cours d’eau.« 

L’histoire d’une mystérieuse cité perdue, une nouvelle quête

Lors de cette première expédition en Amérique du Sud, il entendit pour la première fois l’histoire d’une cité perdue qui le passionnera. Les locaux lui parlèrent d’une cité perdue, remplie d’or et de choses extraordinaires. Naïf et rêveur, il crut tout ce que les autochtones lui racontèrent. Pour en découvrir davantage, de 1906 à 1913 il prit part à pas moins de six expéditions dont le but était de cartographier en détails la Bolivie et de découvrir de nouvelles régions. Lors de ces retours en Angleterre entre chaque voyage, sa renommée grandit.

Il devint obsédé par la recherche de preuves de l’existence de cette cité et civilisation dont il avait entendu parler. Percy Fawcett parla même de ces histoires et de ses voyages à son ami l’écrivain Arthur Conan Doyle qui s’en inspira pour son roman Le Monde perdu, publié en 1912. L’explorateur réussit à trouver une carte et un manuscrit dans la bibliothèque nationale de Rio de Janeiro en 1914. Ces documents renforcèrent ses soupçons. Percy était convaincu de l’existence de cette cité et avança l’hypothèse que les survivants de l’Atlantide étaient à l’origine de cette ville.

L’obsession tourne au drame

En 1918, la Première guerre mondiale éclata et notre explorateur fut obligé d’aller combattre sur les fronts en Europe. Toutefois, ces combats n’affaiblirent pas son obsession pour sa quête de la cité perdue. Dès 1920, Percy retourna au Brésil pour trouver de nouvelles indications menant à la cité qu’il désignait désormais sous le nom de « Z ». Mais après une expédition sans grand résultat, il rentra à Londres pour lever des fonds.

En effet, la Société Royale de Géographie ne prenait pas ses récits au sérieux et refusa donc de subventionner ses expéditions, qu’il paya de sa poche. Il réussit à trouver un sponsor, un groupe de presse américain, prêt à payer un nouveau voyage en échange de la publication de ses récits. Percy Fawcett repartit donc en 1925, cette fois-ci accompagné de son fils Jack, et écrivit :

« Si nous ne revenons pas, je ne veux pas que des expéditions de secours partent à notre recherche. C’est trop risqué. »

Ils établirent leur camp de base dans l’état brésilien du Mato Grosso. Percy espérait atteindre la cité de Z en quelques semaines depuis ce camp. Toutefois, l’expédition ne donna plus aucun signe de vie. Ce furent les dernières nouvelles reçues de Percy Fawcett, qui disparut à l’âge de 57 ans.

La disparition de Percy Fawcett en fit un personnage mythique

Sa disparition fut régulièrement commentée dans les journaux de l’époque, différentes hypothèses firent les gros titres. Était-il mort, ou avait-il décidé de rester vivre avec les Indiens ? Ce mystère créa un mythe autour du personnage. Un certain nombre d’expéditions de secours organisées entre 1928 et 1947 partirent à sa recherche. Certaines ne revinrent jamais et aucune ne retrouva jamais la trace de l’explorateur. Depuis, des chercheurs ont découvert des traces d’anciennes constructions près de l’endroit où Percy Fawcett et son fils disparurent.

La disparition de Fawcett relayée dans la presse

Percy Fawcett est à l’origine du mythe de l’aventurier qui suit ses rêves. Il établit un véritable mystère autour des expéditions et de l’Amazonie. Dans la culture populaire, la vie et l’homme que fut Percy Fawcett inspirèrent de nombreuses œuvres.

Peter Fleming, auteur de James Bond, s’inspira de son expédition pour écrire son roman Un aventurier au Brésil. Il a inspiré le personnage Indiana Jones, l’explorateur Ridgewell dans le tome de Tintin intitulé L’Oreille cassée, ainsi que Bob Morane. Le jeu vidéo de Lara Croft Shadow of the Tom Raider retrace également l’expédition de Fawcett. En 2017, le film The Lost City of Z de James Gray mit en scène la vie de l’explorateur.

Percy Fawcett fut donc le premier explorateur et aventurier à devenir aussi célèbre et intrigant. Sa disparition étrange nous questionne encore aujourd’hui. A votre avis, Percy a-t-il trouvé la civilisation secrète ou est-il mort en essayant ? Nous vous proposons de troquer l’humidité de l’Amazonie pour le froid glacial du pôle nord afin de découvrir une autre expédition, celle de Salomon August Andrée.

The Lost City of Z, bande-annonce :

 

Sources :

Quitter la version mobile