Louis-Napoléon Bonaparte, la marche vers le pouvoir

En 1848, Louis-Napoléon Bonaparte devient le premier Président de la République ; on l’appelle le prince-président. Revenons sur son parcours jusqu’au sommet.

Les origines

Il est né à Paris le 20 avril 1808. C’est le second fils de Louis Bonaparte et Hortense de Beauharnais. Il est le neveu de l’empereur Napoléon Ier qui sera son parrain, et a pour marraine Marie-Louise d’Autriche, la nouvelle impératrice.

Après 1815, l’exil forcé des Bonaparte pousse la reine Hortense et ses fils à partir en Suisse. Louis-Napoléon Bonaparte sera élevé, mais pas comme héritier, puisqu’il a un frère aîné.

De 1820 à 1827 il a comme précepteur Philippe Le Bas, qui réussit à remettre sur la bonne voie une première éducation un peu trop négligée.

Comme ses prédécesseurs, Louis-Napoléon Bonaparte entamera par la suite une carrière militaire en Suisse, où il obtiendra la nationalité en 1832. Ce dernier a une jeunesse mouvementée. C’est un révolutionnaire dans l’âme, qui rêve de coups d’éclats digne de son oncle. Il veut marquer l’Histoire et croit en sa bonne étoile.

Louis-Napoléon Bonaparte

Louis-Napoléon Bonaparte veut faire ses preuves aux côtés de la Grèce en pleine guerre d’indépendance ou encore dans l’armée russe, mais ses parents s’y opposent.

Par la suite, il désire plus que tout l’unité de la péninsule italienne. C’est pourquoi il soutient les Carbonari, qui désirent pousser les Autrichiens hors de l’Italie.

Suite à la mort de son frère en 1831, en Italie justement, et de l’aiglon, le seul fils légitime de Napoléon Ier, Louis-Napoléon devient l’hériter préventif du trône impérial en 1832.

L’hériter Bonaparte

Un projet de mariage est envisagé avec Mathilde, la fille du roi Jérôme. Mais intervient au même moment le premier coup d’État manqué de Louis-Napoléon Bonaparte à Strasbourg en 1836. Le premier est sans conséquence, mais le deuxième à Boulogne en 1840, va lui valoir la prison à vie.

« Il n’y a rien de perpétuel en France ». Ces paroles de Louis-Napoléon Bonaparte montrent sa mentalité persévérante et combien il croit en son destin.

L’héritier des Bonaparte s’enfuit en 1846 vers l’Angleterre où il vivra une vie bourgeoise à Londres. Il observe et prend note de l’avance économique et industrielle prise par l’Angleterre. Ainsi, cela lui donnera des idées pour la France.

L’un de ses amis anglais disait « Le prince possède mille excellentes et charmantes qualités, mais dans le domaine politique, il est complètement fou », résumant ainsi l’opinion générale à son sujet.

Louis-Napoléon Bonaparte : une carrière politique

La révolution de 1848 met fin à la monarchie de Juillet. Louis-Napoléon Bonaparte veut trouver un moyen légal pour prendre le pouvoir. En premier lieu, il est élu député dans quatre départements : la Seine, l’Yonne, la Charente-Inférieure et la Corse, sans se présenter directement.

Ce dernier attend d’être élu au mois de septembre 1848 aux élections partielles, pour rentrer en France. Suite à cela, il fait un discours pour rassurer les sénateurs ; ce qui fonctionne à merveille.

Le 26 octobre, la loi de proscription des Bonaparte est abolie, et il peut donc se présenter à la première élection au suffrage universel masculin. Ses adversaires sont pour le moins célèbres. Nous citerons, par exemple, le général Cavaignac, Lamartine, Ledru Rollin, mais aussi Raspail.

Veille des élections présidentielles de 1848 sous la IIe République
Veille des élections [1848, élections présidentielles, IIe République], par Rigobert
© BnF (Gallica)

Sur les traces de la gloire de Napoléon Ier

De toute évidence, le prestige du nom c’est un avantage qui n’a pas de prix. Ainsi, le 10 décembre 1848, Louis-Napoléon Bonaparte remporte les élections avec 74 % des voix. Il devient Président de la République pour un seul mandat de 4 ans non renouvelable.

Le prince-président Louis-Napoléon Bonaparte en 1852
Le prince-président Louis-Napoléon Bonaparte en 1852, photo par Gustave Le Gray (recadré) © Metropolitan Museum of Art of New York City

Par la suite, en 1851, il souhaite changer la constitution pour pouvoir se présenter à nouveau, mais l’Assemblée législative refuse. De plus, il n’approuve pas la loi du 31 mai 1850 qui limite le suffrage universel masculin.

Louis-Napoléon Bonaparte décide d’organiser un coup d’État. Ainsi, il choisit la date du 2 décembre 1851 et rétablit l’Empire. C’est une date symbolique, car le 2 décembre 1804, son oncle Napoléon Ier avait été sacré Empereur. Un an plus tard, le 2 décembre 1805, ce dernier remportait la bataille d’Austerlitz.

Le prince-président Louis-Napoléon Bonaparte en 1852
Le prince-président Louis-Napoléon Bonaparte en 1852, photo par Gustave Le Gray (recadré) © Metropolitan Museum of Art of New York City

 

Après son coup d’État du 2 décembre 1851, Louis-Napoléon Bonaparte met fin à la Deuxième République, ce qui lui permet de restaurer l’Empire et de devenir ainsi Empereur des Français.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*