Le thérémine : instrument incongru et ancêtre de la musique électronique

| | , ,

Aujourd’hui, on écoute de la musique tous les jours. Et l’on trouve tous les genres possibles et imaginables. Il y en a pour tous les goûts, du rap au rock’n’roll en passant par le métal. Aujourd’hui, on fait même de la musique avec un ordinateur. Mais vous êtes-vous déjà demandé comment la musique électronique a été inventée ? Cultea essaye de répondre à ces interrogations en vous présentant le thérémine, l’ancêtre de la musique électronique. 

Léon Theremin et son instrument

Le thérémine est un instrument étrange inventé en 1920 par l’ingénieur et passionné de physique ainsi que de musique russe Lev Segueïevitch Termen, plus connu sous le nom de Léon Theremin. Il fabriqua le premier instrument de musique électronique et lui donna son nom. Ce ne fut pas le seul instrument insolite que l’ingénieur créa. En effet, il inventa plus tard le rhythmicon, la première boîte à rythmes, et le terpsitone, qui générait du son avec les mouvements de danseurs.

Thérémine - Cultea

Le thérémine produisait un son à partir d’un signal électrique. L’instrument se compose d’un boîtier électronique avec deux antennes. Le plus surprenant concernant cet objet est qu’il produit de la musique sans être touché. La main droite sert à commander la hauteur de la note en variant la distance avec l’antenne verticale. L’antenne horizontale sert à modifier le volume selon sa distance avec la main gauche. Le thérémine est donc l’un des instruments les plus faciles à jouer. Les deux signaux forment ensemble un battement et produisent des sons particuliers et insolites, typiques de la musique de la science-fiction.

Le succès du thérémine

L’instrument connut un grand succès, d’abord en Russie, puis dans le monde entier. En 1922, Léon Theremin présenta son invention à Lénine. Ce dernier trouva l’idée géniale et en commanda 600 exemplaires qui furent distribués dans toute l’URSS. Lénine prit même des leçons pour apprendre à le pratiquer et envoya Léon Theremin faire la promotion de ce nouvel instrument dans le monde entier. Une superbe opportunité pour démontrer la suprématie du pays soviétique. Il rencontra un franc succès en Europe, puis aux Etats-Unis. Après la promotion de son invention, Léon Theremin obtint même un brevet américain qui lui permit de produire des instruments sur le sol américain où il s’installa définitivement.

Thérémine - Cultea

Toutefois, en 1938, Theremin retourna dans son pays natal. À l’époque, son retour fut très mystérieux et plusieurs théories émergèrent. Il aurait été un espion pour les services secrets russes qui l’auraient donc enlevé pour le ramener. D’autres théories défendent que le scientifique aurait quitté les Etats-Unis à cause de problèmes financiers et fiscaux. Le thérémine, quant à lui, connut une grande popularité en 1929, mais celle-ci chuta bien vite. On oublia cet instrument aussi vite qu’il était apparu.

Le changement professionnel de Léon Theremin et la fin des inventions musicales

Peu après son retour au pays, les autorités russes incarcérèrent Theremin dans la prison Boutyrka à Moscou. Là-bas, on le fit travailler sur des gadgets. Il inventa alors un système d’écoute, le premier gadget micro-espion. Le gouvernement le déporta ensuite dans des mines pour avoir supposément planifié une attaque contre un haut-fonctionnaire du gouvernement. Theremin finit tout de même par sortir de la prison en 1956. Il continua de travailler dans les technologies d’espionnage pour le gouvernement russe, jusqu’à sa retraite en 1964, et finit sa vie en toute discrétion.

Le thérémine fut donc le premier instrument électronique, inventé dès le début du XXe siècle. On doit donc la musique moderne à des ingénieurs comme ce Russe. Aviez-vous déjà entendu parler de cet objet surprenant ? Toujours dans les archives de l’industrie musicale mondiale, nous vous proposons de découvrir pour continuer l’histoire du disque vinyle.

Démonstration de thérémine par Clara Rockmore

 

Sources :

Précédent

Rudolf Noureev, le danseur classique qui échappa au régime soviétique

Diogène de Sinope, le philosophe cynique et provocateur de Grèce antique

Suivant

Laisser un commentaire