Qui est donc Roger Leloup, le dessinateur et scénariste de Yoko Tsuno ?

Roger Leloup s’est fait connaître pour avoir imaginé, dessiné et écrit les aventures de Yoko Tsuno. En 29 tomes, l’électricienne japonaise a vécu 1000 vies. Retour sur son dessinateur et sa fameuse bande dessinée.

Roger Leloup, un passionné tombé très jeune dans le monde de la bande dessinée

Roger Leloup naît le 17 janvier 1933 à Verviers, petite ville belge. Il commence à travailler dès l’âge de 17 ans comme assistant coloriste de Jacques Martin sur Alix. Cette bande dessinée a pour contexte l’époque de Jules César, avec pour lieu Rome, la Gaule, mais aussi la Mésopotamie et l’Asie Mineure.

Tout en dessinant pour Alix et Lefranc, Roger Leloup se rapproche de l’auteur Hergé, célèbre pour avoir écrit Les Aventures de Tintin, qui se sont vendues à plus de 250 millions d’exemplaires. Leloup travaille pour lui de 1953 à 1969. Que retrouve-t-on de son coup de crayon chez Hergé ? Les décors de la réédition de L’Île noire, l’intérieur du jet du Carreidas dans Vol 714 pour Sydney, la gare de Genève-Cointrin dans L’Affaire Tournesol, la chaise roulante du capitaine Haddock dans Les Bijoux de la Castafiore. Il travaille aussi pour Peyo, père des Schtroumpfs, avec le dessinateur Francis Bertrand sur Jacky et Célestin… C’est d’ailleurs en dessinant sur ce projet que lui apparaissent les premières idées de la future Yoko Tsuno.

Les premières esquisses de Yoko Tsuno

Dans l’épisode L’Araignée qui volait, Leloup a pensé à ajouter une Japonaise, maniant les arts martiaux comme personne, tout en étant très féminine. Quand lui est venue l’idée de la transposer en bande dessinée ? Lorsqu’il a obtenu un job à la télévision belge pour Hergé. Avec les premiers pas sur la Lune (le 21 juillet 1969, Neil Armstrong), le père de Tintin voulait avoir une émission sur le thème Objectif Lune/On a marché sur la lune. C’est ainsi que Roger Leloup a imaginé le Trio de l’étrange. Il s’était dit qu’il allait réutiliser la Japonaise dessinée dans Jacky et Célestin. Pourquoi Yoko est-elle électronicienne ? Tout simplement parce que le Japon était le leader dans ce domaine. C’est après ce cheminement qu’il démissionne et se présente à la maison d’édition Dupuis.

Il dessine et imagine un scénario d’une dizaine de pages pour un journal allemand Eltern, avec comme personnages principaux Pol, Vic et Yoko. Les Allemands, peu convaincus, lui demandent de ne garder qu’un personnage. Il y eut un sondage des lecteurs du journal, et c’est étonnement Yoko qui a été plébiscitée.  

Yoko Tsuno, héroïne de la bande dessinée

Dupuis soutient Leloup et sa bande dessinée. La maison d’édition embauche Maurice Tillieux, créateur de Gil Jourdan, pour superviser l’écriture et le dessin de Yoko Tsuno. Son vrai nom était à l’époque Yoko Shirisho. Mais un nom plus court sera choisi : Tsuno, ville japonaise avec une résonnance chinoise. En effet, dans les épisodes, on apprend que Yoko a des origines chinoises. Le premier court récit, Hold up en hi-fi, est publié le 17 septembre 1970 avec Tillieux à l’écriture. D’autres numéros se suivent comme L’Ange de Noël, La Belle et la Bête et Cap 351. Le public est réceptif aux péripéties de Yoko et Dupuis arrête la collaboration avec le journal allemand pour que Leloup écrive un album complet. C’est donc le 13 mai 1971 que le Trio de l’étrange fait son apparition dans Le Journal de Spirou.

Roger Leloup, un auteur et dessinateur méticuleux et talentueux

Avec le succès de Yoko Tsuno, Leloup a écrit et dessiné 29 tomes. L’auteur bascule entre science-fiction et fantastique, drame et immersion historique. Mais dans chaque aventure, nous retrouvons la patte Leloup. Roger Leloup a réussi à créer son propre univers. Entre la planète Terre et Vinéa, on suit les aventures de la courageuse Yoko Tsuno. Le dessinateur a un trait fin, mais précis, et une écriture reconnaissable. Les décors sont extrêmement travaillés, Leloup travaillant avec la photographie et des revues scientifiques, et se déplaçant vers des décors réels.

Il dit avoir emprunté à Hergé son plus grand défaut : la maniaquerie. Ainsi, dans les voyages dans le temps de Yoko, comme dans L’Astrologue de Bruges (1994) ou La Spirale du Temps (1981), une vraie recherche historique a été menée. Contrairement à son ami Hergé, il aurait demandé à ce que les aventures de Yoko Tsuno ne continuent pas après sa mort.

Une jeune femme pas comme les autres

Leloup a fait le pari osé d’avoir comme personnage principal une héroïne, ce qui est peu commun à l’époque. Mais en plus, l’héroïne est japonaise, d’origine chinoise, entourée de ses deux meilleurs amis. Yoko est également mère célibataire de Rosée du matin, qu’elle a adoptée. Elle est électricienne, métier qui était davantage réservé aux hommes.

Leloup a bousculé les codes pour créer une héroïne unique qui a inspiré un grand nombre de jeunes filles. Beaucoup de ses personnages secondaires, que Yoko rencontre, sont des femmes fortes, indépendantes, intelligentes. Yoko se bat pour un monde meilleur et plus juste. Elle est une femme qui peut se montrer douce, mais qui sait aussi se défendre. Yoko est fidèle à ses principes et à ses amis. Elle se montre aussi écologiste et pacifiste dans les épisodes. Yoko Tsuno a apporté de la diversité dans le monde de la BD. Yoko Tsuno est une série d’action, mais aussi de réflexion sur des sujets comme la perte de parents, la frontière de la vie/mort, notre rapport à la technologie… Leloup a dessiné une série féministe qui nous fait vibrer à chaque album.

Roger Leloup est l’un des plus célèbres auteurs en activité avec Jean-Louis Pesch, qui vient de signer un « Sylvain et Sylvette » à 91 ans. Avec Yoko Tsuno, Roger Leloup a dessiné une femme moderne, avec des origines, mère célibataire, travaillant dans les sciences. Si vous ne connaissez pas ce dessinateur, nous vous invitons à lire les aventures de Yoko Tsuno.

Sources :

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*