En ce 14 décembre, nous fêtons l’anniversaire de Paul Éluard ! (1895-1952)

| | , ,

Nous sommes le 14 décembre 2020 et aujourd’hui est un jour très spécial. Il s’agit de l’anniversaire d’un homme illustre, figure de proue du mouvement surréaliste. Nous parlons bien entendu de Paul Éluard, de son vrai nom Paul-Eugène Grindel. Poète français aussi passionné qu’engagé, il a su nous insuffler bien des émotions par le seul usage de sa plume. Ainsi, pour lui rendre hommage, Cultea vous propose un petit tour d’horizon de sa vie plutôt houleuse. En espérant vous en apprendre davantage sur ce personnage singulier.

Paul Éluard, la naissance d’un poète

C’est le 14 décembre 1895 à Saint-Denis et à 11 heures du matin (oui quitte à être précis…) que naît Paul Éluard. Élevé par un père comptable et une mère couturière, il entre par la suite à l’école supérieure Colbert à Paris. Lancé dans des études prometteuses, il est malheureusement contraint d’y mettre un terme à l’âge de 16 ans, frappé par la tuberculose. Et comme c’est parfois de grands malheurs que surgit la chance, lors de son séjour à l’hôpital, il fait la rencontre d’Elena Diakonova, surnommée Gala.

À ses côtés, et profondément admiratif de sa culture, Éluard ne tarde pas à donner naissance à ses premiers vers amoureux. Toutefois, en 1914 éclate la Première Guerre mondiale et notre jeune poète doit partir au front comme infirmier militaire. Par la suite, il devient majeur le 14 décembre 1916 et finit par épouser Gala deux mois plus tard.

Paul-Eugène Grindel (Paul Éluard) vers 1911. Photographe inconnu.
Paul-Eugène Grindel (Paul Éluard) vers 1911. Photographe inconnu.

L’aventure Surréaliste

Nous sommes en 1918. La guerre est finie et c’est le mouvement Dada qui s’impose. Briser les carcans, annihiler la notion de sens, remettre en question la raison, frôler la folie, embrasser l’absurde et s’y jeter. Voilà ce que propose ce mouvement, prélude du surréalisme. Ainsi, aux côtés d’André Breton, Éluard prend part à l’aventure.

Plus tard, en 1924, il décide de tout plaquer et de partir voyager pour voir le monde. C’est par ailleurs à cette période que paraît son recueil « Mourir de ne pas mourir », dont l’un des poèmes les plus connus est « L’amoureuse ». On peut y lire les vers suivants :

Elle a toujours les yeux ouverts

Et ne me laisse pas dormir.

Ses rêves en pleine lumière

Font s’évaporer les soleils

Me font rire, pleurer et rire

Parler sans avoir rien à dire.

D’ailleurs, cette période est aussi la chanceuse contemporaine des ouvrages Capitale de la douleur (1926) et L’Amour, la poésie (1929).

Signature de Paul Éluard
Signature de Paul Éluard

Nusch, « Aurore d’une ville un beau matin de mai »

L’année 1928 abat d’un coup d’un seul la relation du poète. À cette époque, Gala rencontre Dalí et s’enfuit avec lui. Quelques temps après, il rencontre Maria Benz, encore appelée Nusch. Elle est artiste de Music-hall, mais avant tout, elle est et restera le vrai grand amour de Paul Éluard. Ainsi, il se marie à elle en 1934. Mais par malheur, en novembre 1946, c’est par un coup de téléphone qu’il apprend son décès. Anéanti, le poète déclare :

Mon amour si léger prend le poids d’un supplice.

En 1947, il publie le recueil Le temps déborde comme un hommage à sa femme qui l’a quitté si brutalement. On peut lire :

Morte visible Nusch invisible et plus dure

Que la faim et la soif à mon corps épuisé

Masque de neige sur la terre et sous la terre

Source des larmes dans la nuit masque d’aveugle

Mon passé se dissout je fais place au silence.

Nusch Éluard, femme de Paul Éluard
Nusch Éluard, femme de Paul Éluard

« La terre est bleue comme une orange »

Engagé pour le combat communiste et la liberté, Éluard choisit d’utiliser son art comme sa meilleure arme. C’est ainsi qu’en 1948, il écrit Poèmes politiques et en 1950 Poème à Staline. Ses écrits ont eu un réel écho. C’est sa vie que nous retrouvons à travers ces lignes. Poète de la résistance, du non-sens, de l’amour éperdu, ses œuvres sont le fait d’associations hasardeuses de mots, d’images et d’éléments fragmentés et désordonnés.

Enfin décidé à pousser les limites qui lui étaient imposées, il invite lors de la création poétique à s’élever. Selon lui, la pensée a des ailes et il convient d’enfin oser les ouvrir.

Paul Éluard
Paul Éluard

En conclusion, bien qu’on ne fasse plus l’éloge d’Éluard, nous avions à cœur de le célébrer aujourd’hui lors de l’anniversaire de sa naissance. En effet, nous ne laissons pas grand chose lors de notre passage sur Terre, mais les mots… voilà ce qui nous restera toujours. N’hésitez donc pas à aller découvrir ses œuvres si vous ne les connaissez pas encore, vous ne serez pas déçus, c’est une promesse !

Précédent

Ce qu’il ne fallait pas manquer dans la bande-annonce de la série « Loki »

« The Whaler Boy » : un puissant voyage initiatique [Les Arcs 2020]

Suivant

3 réflexions au sujet de “En ce 14 décembre, nous fêtons l’anniversaire de Paul Éluard ! (1895-1952)”

  1. Plus encore que « Capitale de la douleur » (1926), « L’amour la poésie » (1929) est le recueil où s’exprime le mieux le génie poétique et surréaliste de Paul Eluard :
    « La terre est bleue comme une orange
    Jamais une erreur les mots ne mentent pas »
    « Le loup-corail séduit l’épine-chevalière »
    « La fraise-rossignol chante son sang qui fume »
    « Les trésors sont des murs et leur ombre est aveugle
    Et l’amour est au monde pour l’oubli du monde »
    Les années 1930 traduisent ensuite une nette baisse d’inspiration chez Eluard, mais son étonnant poème « Quelques-uns des mots qui jusqu’ici m’étaient mystérieusement interdits » publié en 1937 renoue avec le surréalisme débridé des années 1920.

    Sylvain foulquier

    Répondre

Laisser un commentaire