Les catacombes de Paris : l’histoire d’un lieu insolite

Les catacombes de Paris : l'histoire d'un lieu insolite

Les catacombes de Paris est le nom qu’on utilise pour désigner l’ossuaire municipal (site accueillant des ossements humains). Ce nom vient tout droit des catacombes de Rome, bien que celles de Paris n’aient jamais été des lieux de sépulture. Plus précisément, elles se trouvent dans les XIVe arrondissement, dans une partie des anciennes carrières souterraines de la ville. Zoom aujourd’hui sur leur histoire ! 

Le problème des cimetières au XVIIIe siècle

Au Ve siècle, le cimetière des Saints-Innocents apparaît au niveau de l’église Notre-Dame-des-Bois (plus tard remplacée par Sainte-Opportune, disparue elle aussi). Pendant de nombreux siècles, il accueille des milliers de cadavres. Ceux-ci proviennent des vingt-deux paroisses de la ville, de la morgue ou de l’Hôtel-Dieu. Au fil du temps, il passe donc d’un petit cimetière de campagne au plus grand cimetière de Paris. En plus de cela, les multiples guerres, famines et épidémies ne font que le remplir davantage. Cependant, on commence à manquer de place. Les fosses communes sont en effet surchargées et la décomposition des corps devient difficile.

Dès lors, le sol du cimetière dépasse le niveau de la rue de deux mètres et l’insalubrité s’installe. Pourtant, on dénonçait déjà cette insalubrité depuis longtemps. Au XVIe siècle, des médecins de la faculté de Paris parlent en effet déjà des risques d’épidémies qu’entraînait le cimetière des Saints-Innocents. D’autres médecins de l’Académie royale de sciences confirmeront d’ailleurs leurs dires en 1737. D’après un chroniqueur du XVIIIe siècle, la nourriture se gâte rapidement dans le quartier. De plus, l’eau est impropre à la consommation, puisque contaminée par des matières putrides.

Le cimetière des Saints-Innocents, 1750 - Cultea
Le cimetière des Saints-Innocents, 1750.

En 1780, on va donc définitivement fermer le cimetière. Mais la situation est si grave qu’il va aussi falloir déplacer de nombreux ossements…

Création des « catacombes »

On décide alors de transférer les ossements sous la plaine de Montrouge, plus précisément dans les anciennes carrières de la Tombe-Issoire. L’inspecteur au service de l’Inspection générale des carrières de Paris (IGC), Charles-Axel Guillaumot, s’occupe de ce transfert. Louis XVI avait en effet créé ce service en 1777 afin de consolider les carrières, qui commençaient à s’effondrer.

En 1785, on commence alors à évacuer le cimetière des Saints-Innocents. On retire les ossements des fosses communes, des charniers et des sépultures au crépuscule, pour ne pas choquer la population et l’Eglise. On les transporte ensuite jusqu’aux puits de service des carrières. Là, des ouvriers carriers les entassent dans les galeries. Le 7 avril 1786, on nomme le site Ossuaire municipal de Paris. Très vite, on commence à le surnommer Catacombes, par rapport à ceux de la Rome antique. On continuera les transferts jusqu’en 1814, puisqu’on vide également les cimetières de Saint-Nicolas-des-Champs et de Saint-Eustache. Les transferts reprennent entre 1840 et 1860.

Les catacombes de Paris - Cultea
Les catacombes de Paris.

Ouverture des catacombes au public

En 1809, le responsable du service des carrières de la ville de Paris, Louis-Étienne Héricart de Thury,  ouvre l’accès des catacombes au public. Avant cela, certains curieux privilégiés avaient pu les visiter, tels que Charles X avant son couronnement ou madame de Guiche. De Thury aménage alors l’ossuaire avec des alignements d’ossements qu’on décore avec des motifs macabres ou artistiques. De plus, on ajoute des plaques avec des citations provenant de textes poétiques, littéraires, ou philosophiques célèbres. Le site connaît un grand succès, et des personnalités telles que l’empereur d’Autriche François Ier ou encore Napoléon III viennent visiter les catacombes.

En 1983, ce n’est plus l’IGC qui gère le site, mais la direction des affaires culturelles de la ville de Paris. Depuis 2002, les catacombes sont un musée de la ville de Paris, et dépendent du musée Carnavalet. Le site a accueilli environ 500 000 visiteurs en 2015.

 

Sources :

4 Replies to “Les catacombes de Paris : l’histoire d’un lieu insolite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.