Le « Whole Earth Catalog » : la version papier d’Internet

Le "Whole Earth Catalog" : la version papier d'internet - Cultea

Le web a 31 ans. S’il est devenu une évidence pour bon nombre d’entre nous, s’il s’infiltre dans toutes les couches de notre existence, de notre vie privée jusqu’au fonctionnement politique, il faut savoir qu’un bon nombre de techniques ont précédé son arrivée. Et notamment, le Whole Earth Catalog, vu par beaucoup comme le premier Internet, mais sur papier. Retour sur ce catalogue qui annonçait une mise en réseau possible de communautés.

Qu’était le Whole Earth Catalog ?

Catalogue créé par Stewart Brand en 1968, il proposait tout un patchwork de notices en tout genre : des résumés de livre, des recettes de cuisine, des conseils de bricolage, de mécanique, des guides de vie, etc. Le Whole Earth Catalog provient du milieu hippie de San Francisco des années 60. Ainsi, les sujets abordés concernaient essentiellement des thématiques chères à la contre-culture américaine.

À côté des sujets préoccupant les communautés hippies, Stewart Brand ajouta des techniques informatiques et autres théories scientifiques, comme la cybernétique de Wiener.

Le catalogue ne circulait pas juste entre les mains de quelques personnes. En 1971, Brand édita 1 million d’exemplaires de son catalogue, et c’est la même année qu’il reçut le National Book Award. La parution de ce catalogue prit fin en 1972.

Pour les plus curieux, le premier Whole Earth Catalog de 1968 est disponible en ligne : https://archive.org/details/1stWEC-complete/mode/2up

Le Whole Earth Catalog - Cultea

Les hippies et l’ordinateur personnel

Aussi étonnant que cela puisse paraître, c’est dans les pages du Whole Earth Catalog que l’idée des ordinateurs personnels est apparue. Les hippies cherchaient à augmenter l’être humain, qu’il ait une meilleure perception du monde. C’est pourquoi ils firent usage des drogues. Mais ce besoin d’augmenter l’être humain correspondait bien avec l’idée d’un ordinateur personnel. Selon eux, le numérique permettrait de rendre les savoirs accessibles à tous et de créer des connaissances collectives et participatives. L’ordinateur permettrait donc d’augmenter l’humain, grâce à la technique.

Le fonctionnement du Whole Earth Catalog

S’il est décrit comme le premier Internet papier, c’est parce que le contenu de ce catalogue était conçu collectivement. Les différents lecteurs proposaient des notices et autres productions écrites qu’ils envoyaient aux éditeurs. Ces derniers faisaient alors une sélection, mais la majorité du contenu du catalogue provenait de ses lecteurs. De plus, les lecteurs répondaient au contenu du catalogue dans l’édition suivante.

Le catalogue était donc un « forum-réseau », car il permettait aux différentes communautés de produire de nouveaux cadres intellectuels, ainsi que de nouveaux réseaux sociaux. De plus, il était également un « objet-frontière », car il réunissait différentes communautés (les makers, les universitaires et les hippies). Et chacune y trouvait ses besoins, ainsi que son langage.

Le Whole Earth Catalog était un objet à part. Vu comme un Internet papier, il avait la particularité de réunir les différentes communautés d’où les personnes qui créèrent Internet émergèrent. Les valeurs et espérances portées par ces milieux se retrouvèrent par la suite sur Internet et sur le Web.

 

Sources :

One Reply to “Le « Whole Earth Catalog » : la version papier d’Internet”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.