Fantasy ou Fantastique ? Ne faites plus la confusion !

Illustration de Rivendell par Alan Lee

Entre fantasy et fantastique, la frontière peut paraitre obscure. Il n’est pas rare de voir ces deux genres regroupés comme s’ils ne faisaient qu’un. Pourtant, il existe bel et bien des différences ! Si vous aussi vous avez un peu de mal à les distinguer, vous êtes au bon endroit ! 

Fantasy et Fantastique, la définition des genres

De manière générale les genres ne sont pas faciles à définir. Selon l’époque, un genre peut être appréhendé différemment. Il faut aussi prendre en compte la sensibilité de chacun, qui tient un rôle important dans la perception d’une œuvre. La fantasy est d’autant plus difficile à définir que le genre est très actif ces dernières années. Anne Besson nous propose la définition suivante :

« La fantasy, c’est une littérature du merveilleux, où le surnaturel fait partie des lois du monde fictionnel, si bien que son apparition ne pose aucun problème, ne soulève pas en soi de questionnement et d’anxiété. »

Illustration de John Coulthart pour Dracula de Bram Stoker

À la différence de la fantasy, l’apparition du surnaturel dans le fantastique est un choc qui trouble l’esprit du protagoniste. C’est un évènement qui crée une rupture avec les lois du réel et qui est perçu comme étant anormal. Dans le fantastique, l’apparition de l’évènement surnaturel crée une atmosphère pesante, une sensation de malaise chez le protagoniste comme chez le lecteur ; c’est la notion d’Unheimlich « l’inquiétante étrangeté ». Le surnaturel est parfois apporté de manière si légère par le champ lexical, les personnifications, etc., que le lecteur peut finir par se demander s’il est bel et bien en présence de surnaturel, ou si le protagoniste est en train de perdre la raison.

On peut également trouver des créatures surnaturelles dans le fantastique. Elles sont toujours associées à un sentiment de peur et d’inconfort, c’est le cas par exemple pour le vampire Dracula de Bram Stoker.

Quelques exemples pour y voir plus clair

Pour être sûr d’avoir compris la différence entre fantasy et fantastique, nous allons maintenant prendre quelques exemples simples et les classer dans le genre qui leur correspond le mieux.

Illustration d’Harry Potter par Brian Selznick

Harry Potter, fantasy ou fantastique ? 

Fantasy ! Mais pourquoi ? Dans Harry Potter le monde des sorciers se mélange au monde tel que nous le connaissons. Lorsqu’Hagrid prononce la phrase mythique « Tu es un sorcier Harry », nous avons en quelque sorte une irruption du surnaturel dans le quotidien banal de notre héros. Cependant, la magie est directement acceptée par le protagoniste. Il y a, bien entendu, de l’étonnement et de l’émerveillement, mais rien qui ne s’apparente à de la peur.

De plus, si pour Harry l’annonce de l’existence du monde sorcier est une surprise, ce n’est pas le cas pour le lecteur qui se voit introduire cet univers magique dès le premier chapitre, notamment avec l’apparition de Minerva McGonagall sous sa forme de chat, de Dumbledore et son déluminateur ou encore d’Hagrid et son side-car volant. En rendant ainsi le lecteur témoin de la présence de magie avant le protagoniste, il n’y a pas de doute possible. Le surnaturel fait partie intégrante du monde fictionnel de J.K. Rowling.

L’exemple de Twilight 

Pour ce cas, la réponse est moins évidente. Comme nous l’avons vu, la figure du vampire est bien souvent liée au genre du fantastique. On remarque dans les premiers chapitres une atmosphère assez énigmatique, lorsque Bella s’interroge sur la nature d’Edward. Le surnaturel apparait petit à petit : une peau un peu trop froide, un manque d’appétit. Tout ces éléments font pencher la balance vers le fantastique.

Cependant, sur toute la saga, cela ne dure que quelques chapitres. De plus, les vampires de Stephenie Meyer sont très éloignés des figures terrifiantes proposées dans le fantastique. Ici nous avons un vampire « végétarien », qui devient le petit ami idéal, et qui brille à la lumière du jour. Sa présence ne suscite pas la peur chez notre protagoniste, bien au contraire, elle souhaite devenir vampire elle aussi. De par l’atmosphère générale et le rapport qu’a l’héroïne avec le surnaturel nous pencherons donc plutôt vers de la fantasy.

Qu’en est-il de Scooby-Doo !

Fantastique ! Eh oui, le fantastique ne se limite pas aux œuvres classiques que nous connaissons ! On le trouve un peu partout et notamment dans les aventures de Scooby-doo ! Cet exemple est apporté par Anne Besson dans le MOOC Fantasy, de l’Angleterre victorienne au Trône de fer. Pourquoi parle-t-on de fantastique pour les aventures de Scooby-doo ? Si vous connaissez cette série d’animation, vous avez très certainement déjà compris.

Le scénario type est le suivant : un antagoniste pour un but « x » ou « y » joue sur la peur pour arriver à ses fins. Scooby et ses amis viennent enquêter afin de résoudre le mystère. Si durant tout l’épisode nos héros et héroïnes sont face à des créatures surnaturelles et effrayantes, ils finissent toujours par démasquer le véritable méchant et tout rationaliser : déguisement, système de poulie, moteur caché. Tout ce qui pouvait être surnaturel trouve une explication logique.

Bien que les termes fantasy et fantastique soient souvent utilisés sans distinction, nous espérons que vous serez désormais capable de faire la différence entre ces genres de l’imaginaire. Et pour les cas les moins évidents, n’oubliez pas que votre subjectivité a son importance, alors à vous de trancher ! 

 

Sources :

  • MOOC « Fantasy de l’Angleterre victorienne au trône de fer » partie « définition de la fantasy » par Anne Besson.

2 Rétroliens / Pings

  1. Asgard : la demeure des dieux de la mythologie nordique
  2. Nos 5 idées de lectures pour la période d'Halloween !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*