C’est les 20 ans de « Kuzco » ! Retrouvez ses anecdotes de création

| | ,

Kuzco, l’Empereur Mégalo est le 40ème classique d’animation des studios Disney. Sorti en 2000, il est le résultat d’une production chaotique. Retour sur ses secrets de fabrication.

Kuzco devait s’appeler au départ Le royaume du Soleil. Il aurait dû être un portage inca du conte pour enfant le Prince et le Pauvre. L’histoire racontait celle de l’empereur Inca Manco. Celui-ci décidait d’échanger sa place avec Pacha, un paysan se trouvant être un parfait sosie. Son but était de découvrir une vie différente, et de parcourir le monde incognito. Cependant, la conseillère Yzma découvrait la supercherie, changeait Manco en lama, afin de diriger le Royaume pour y instaurer une nuit éternelle.

Disney a confié le long-métrage à Roger Allers, réalisateur du Roi Lion. L’optique était de produire un nouveau succès planétaire. Dans la même démarche, Sting est engagé afin d’écrire les chansons du film. Il prend alors la suite d’Elton John en tant que compositeur mondialement connu dans un long-métrage Disney.

Un documentaire sur le développement du long-métrage

The Sweatbox est un long-métrage réalisé par la femme de Sting, longtemps resté introuvable. Il traite de la production du film. Sa réalisatrice interviewa les principaux artisans du dessin animé, afin d’explorer sa production chaotique.

Après des projections tests peu convaincantes, Disney envisagea d’arrêter la production du film. Il était jugé trop sérieux, avec une histoire trop classique. Son envie de film épique se heurte à la crainte de voir un nouveau Bossu de Notre-Dame, avec un échec au box-office à la clé. C’est suite à ces nombreux désaccords que Roger Allers quitte le projet. Mark Dindal, qui avait renforcé l’équipe quelques mois plus tôt, prendra alors sa place.

Celui-ci reprit les rênes du projet, changea en profondeur l’histoire (et donc, le titre), malgré de nouvelles réticences de la production. Cette dernière, ayant constaté l’échec critique d’Hercule quelques années plus tôt, craignent que le revirement comique du dessin animé ne lui fasse subir le même sort.

Sting vit une partie de ses chansons supprimées, puisqu’elles ne collaient plus à l’ambiance de la nouvelle histoire. Malgré son agacement, il en réécrira deux nouvelles.

Les animateurs de Kuzco, dans l’attente de la réécriture, se sont retrouvés au chômage technique. En effet, pour ne pas avoir à payer ses employés pour rien, la direction leur a confié la création d’un segment du dessin animé Fantasia 2000. Le résultat sera la partie Rhapsody in Blue.

Une sortie timide, un succès correct

Relégué au 15 décembre 2000, Kuzco, l’Empereur Mégalo se retrouve avec un marketing peu ambitieux, caché derrière le long-métrage live Les 102 Dalmatiens, qui sortira dans la période bien plus séduisante de Thanksgiving.

Didier Gustin signe son premier doublage de dessin animé, avec le personnage de Kuzco. Il est accompagné d’Emmanuel Curtil, un habitué du métier, doubleur notamment de Chandler Bing, et celui de Jim Carrey dans la plupart de ses films. Elisabeth Wiener (Zira dans le Roi Lion 2), et le regretté Jacques Frantz (Robert de Niro, Sully dans Monstres et Cie) complètent le casting français.

Si sa production fut chaotique, son succès relatif aux Etats-Unis lui permet de ne pas être la catastrophe industrielle annoncée. C’est donc avec plaisir que nous fêtons les 20 ans de Kuzco, en vous partageant une délicieuse recette de gougères aux épinards.

 

Précédent

Sealand : comment s’est construit le plus petit pays du monde ?

« Rocket League » : une future saison 3 pleine de surprises !

Suivant

Laisser un commentaire