Quand Staline utilisait la retouche photographique comme une arme…

| | ,

La retouche photographique existait bien avant la création de Photoshop. Et parmi ses plus grands utilisateurs, on retrouve Joseph Staline. Il a en effet fait retoucher de nombreuses images afin d’effacer toute trace de ses ennemis. Explications ! 

Le contexte de la Grande Purge

En 1929, Joseph Staline arrive au pouvoir. Il prend donc le contrôle du Parti communiste de l’Union soviétique et devient Président du Conseil des ministres d’URSS. À partir de 1934, il met en place des purges afin d’éliminer les « ennemis du peuple ». Parmi eux, on trouve par exemple des anciens dirigeants soviétiques qu’il considère comme des traîtres à la nation. Ces purges consistent d’abord simplement en une expulsion du parti. Mais, très vite, cela devient plus radical. Lors des Grandes Purges, on commence en effet à exécuter des opposants politiques, ennemis du parti ou encore réfractaires aux décisions politiques. En tout, 750 000 personnes seront exécutées et plus d’un million seront envoyées au Goulag.

Toutefois, Staline souhaite effacer toute trace de ses ennemis. Alors, on commence à retoucher certaines images, mais aussi à détruire des films, voire à tuer la famille entière de l’ennemi en question. Le dictateur connaît en effet la valeur des photographies, tant dans l’importance qu’elles ont dans l’Histoire que dans leur utilisation dans les médias de masse qui influencent l’Union soviétique.

Nikolaï Iejov à droite de Staline - Cultea
Nikolaï Iejov à droite de Staline.
Nikolaï Iejov a disparu du cliché, à droite de Staline - Cultea
Nikolaï Iejov a disparu du cliché.

Retoucher des images pour effacer les ennemis

C’est à ce moment précis que débute la retouche photographique de masse en URSS. L’un des premiers à en faire les frais est Nikolaï Iejov, le chef suprême du NKVD (photo plus haut). Celui-ci avait supervisé les purges staliniennes et avait fait exécuter des milliers d’opposants au dictateur au sein du Parti communiste. Il était même à l’origine le bras droit de Staline. Pourtant, il perd les faveurs de ce dernier en 1939. On ordonne alors son exécution et les retoucheurs du dictateur le feront disparaître de l’ensemble des photographies officielles.

De nombreux officiels du parti viendront ainsi à disparaître des clichés officiels. Effacer toute trace des ennemis de Staline devient même une industrie. En effet, on doit à présent dicter aux éditeurs du pays quelles personnalités retirer des futures photographies qu’ils publieront.

D’un côté, avoir recours à la retouche photographique minimise le rôle des personnes effacées. Mais c’est également un excellent moyen de réécrire l’Histoire, et Staline le sait. C’est pourquoi il ordonne qu’on fasse disparaître Léon Trotski de toutes les photographies officielles existantes, alors que ce dernier est pourtant une figure essentielle du mouvement communiste.

On retouche une photographie plusieurs fois au fur et à mesure que les ennemis sont exécutés - Cultea
On retouche une photographie plusieurs fois au fur et à mesure que les ennemis sont exécutés.

Une véritable obsession chez Staline

La retouche de photos est devenue une véritable obsession pour le dictateur. Il va en effet jusqu’à demander à ses retoucheurs de le faire paraître plus grand ou plus beau sur certains clichés. De plus, il contrôle de façon maniaque tous les portraits qu’on fait de lui. Les peintres doivent donc reprendre leurs œuvres de nombreuses fois avant que le Petit Père des peuples ne soit satisfait.

Mais l’obsession de Staline se transforme en peur chez les citoyens. Ceux-ci s’empressent de retirer ou de couvrir d’encre les photographies des « ennemis de la nation » de leurs journaux ou livres. Et en ce qui concerne les proches de ces ennemis, ils doivent complètement rayer l’existence du disparu.

La photographie de la bataille de Berlin

D’un autre côté, cet usage massif de la retouche photographique en sauva probablement quelques-uns. Le célèbre cliché des soldats soviétiques hissant le drapeau rouge sur le Reichstag durant la bataille de Berlin à la fin de la Seconde Guerre mondiale a en fait été retouché. On sait maintenant que les soldats avaient de nombreuses montres à leur poignée, volées à des citoyens allemands. Cependant, Staline avait interdit les pillages. Pour éviter la colère du dictateur, la photographie fut donc retouchée.

La photo emblématique du Drapeau rouge sur le Reichstag non retouchée - Cultea
La photo emblématique du Drapeau rouge sur le Reichstag non retouchée.

La retouche photographique était bien au cœur de leffort de propagande de l’URSS. Staline demandait même à ce qu’on retouche une photographie plusieurs fois, au fur et à mesure que ses ennemis étaient exécutés. Cependant, il est loin d’être le seul à avoir eu recours à une telle pratique. Adolf Hitler a en effet retiré son ministre de la propagande, Joseph Goebbels, d’une photo de lui et de la réalisatrice Leni Riefenstahl en 1937. 

 

Sources :

The following two tabs change content below.

Lauren Puma

Etudiante en Master Culture, patrimoine et médiation, je m'intéresse de très près à l'histoire ainsi qu'à culture pop, particulièrement à Marvel et Star Wars. Passionnée d'anglais depuis toujours, j'ai un goût prononcé pour les contenus dans cette langue ainsi que les pays où elle est parlée.
Précédent

La civilisation maya : ce qu’il faut savoir sur cette ancienne société

Erol Josué s’inspire du vaudou haïtien pour son album « Pelerinaj »

Suivant

Laisser un commentaire