L’incendie du Reichstag, ou comment les nazis ont scellé leur pouvoir

L'incendie du Reichstag, ou comment les nazis ont scellé leur pouvoir

Le 27 février 1933, le Reichstag de Berlin brûle. 28 jours seulement après la nomination d’Adolf Hitler au poste de chancelier, le parti nazi va se servir de l’incendie du Reichstag pour asseoir sa domination.

Elections législatives de 1932, victoire du NSDAP

C’est aux élections législatives de novembre 1932 que le NSDAP gagne la place de n°1 de la politique allemande. Le parti occupe alors 33 % des sièges au sein du Reichstag, équivalent allemand de l’Assemblée nationale. Il formera une alliance avec le DNVP, parti national populaire allemand. Après une période d’hésitation, le président Paul von Hindenburg nomme Adolf Hitler au poste de chancelier.

Incendie du Reichstag — Cultea

Le parti nazi, profitant des crises sociales et surtout de la crise économique de 1929, a su séduire un électorat toujours plus nombreux. Les sociaux-démocrates et communistes arrivent 2e et 3e de cette élection. Les conservateurs, dont Paul von Hindenburg fait partie, voient d’un très mauvais œil les partis de gauche. C’est là l’essentiel point de convergence entre Hitler et le président allemand. Le camp conservateur pense alors pouvoir utiliser Hitler afin d’écarter « les marxistes ».

L’incendie du Reichstag de 1933 

Le gouvernement d’Hitler ne veut pas tarder à appliquer son programme. Le mois suivant la nomination de celui qui se fait appeler le Führer, l’occasion se présente. Dans la nuit du 27 au 28 février 1933 à Berlin, le Reichstag prend feu. Sur place, la police arrête rapidement un jeune Hollandais qui aurait mis feu au bâtiment. Marinus van der Lubbe, militant communiste multi-condamné, avouera à la police avoir agi seul et confirmera avoir commis le crime. La justice convoque également quatre autres personnes : le leader communiste allemand Ernst Torgler et trois communistes bulgares. Torgler est acquitté,et les trois Bulgares sont expulsés d’Allemagne.

Le tournant dictatorial

C’en est bien assez pour les cadres du parti nazi, qui adoptent immédiatement un décret qui va changer le futur de l’Allemagne. Le Reichstagsbrandverordnung (décret de l’incendie du Reichstag) est adopté le lendemain de l’incendie, le 28 février 1933. Par la propagande, Göring, Goebbels et Hitler maquillent cet acte individuel en une tentative de coup d’Etat par les communistes. La presse sociale-démocrate est interdite et les députés du parti communiste allemand sont jetés en prison. Mais le décret-loi « pour la protection du peuple et de l’État » ne s’arrête pas là : il va poser les bases du régime totalitaire nazi. Ce décret, approuvé par Hindenburg, abolit les droits fondamentaux allemands : liberté individuelle, liberté d’opinion, liberté de presse et de réunion, secret de la correspondance, inviolabilité de l’habitation. Ce décret marque alors la fin de la démocratie libérale allemande et le début de l’ère dictatoriale.

Condamné à la peine capitale pour haute trahison, Marinus van der Lubbe meurt exécuté le 10 janvier de l’année suivante.

Il ne serait pas juste de dire que, sans l’incendie, rien de tout cela ne serait arrivé. Le projet d’Hitler, Göring, Goebbels et Himmler était déjà en marche. L’incendie a cependant servi de prétexte pour commencer à appliquer de fortes restrictions. En jouant avec la peur d’une révolution rouge, les nazis ont réussi à imposer les premières mesures liberticides. Le 20 mars suivant, Himmler crée le camp de concentration de Dachau et, 4 jours plus tard, Hitler prend les pleins pouvoirs.

 

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.