« Les Oiseaux » d’Hitchcock : l’histoire a-t-elle réellement eu lieu ?

| | , ,

On connaît tous le classique du cinéma d’horreur Les Oiseaux, du réalisateur de génie Alfred Hitchcock. Mais saviez-vous que ce long-métrage est tiré d’un fait réel qui a eu lieu aux États-Unis ? Les volatiles de la vie réelle se sont-ils comportés exactement comme dans le film ? Chez Cultea on répond à ces questions et on vous raconte cette histoire qui resta sans explication pendant des décennies. 

Un évènement étrange concernant les oiseaux

Le film de 1963 tire son inspiration en partie d’une nouvelle de Daphné du Maurier publiée en 1952. Toutefois, il fut également inspiré par un phénomène étrange qui se déroula à Santa Cruz en Californie, en 1961. Dans la nuit, juste avant l’aube du 18 août, dans la Baie de Monterey, des milliers d’oiseaux semblent avoir perdu la tête de manière inexplicable. Ils tombèrent du ciel, plongèrent dans les maisons et se cognèrent partout. Huit personnes affirmèrent même que les bêtes les avaient mordues.

Les Oiseaux Santa Cruz

Au petit matin, les journaux locaux, comme le Santa Cruz Sentinel rapportèrent ces évènements mystérieux :

« Les habitants ont été réveillés vers 3 heures du matin aujourd’hui par une pluie d’oiseaux se jetant contre leurs domiciles. Des oiseaux de mer, morts ou assommés, jonchaient les rues et les routes dans le brouillard de l’aube naissante. Effrayés par cette invasion, les habitants se sont précipités dehors, dans leurs jardins, avec des torches, puis ont fait demi-tour et se sont rués à l’intérieur car les oiseaux volaient vers leurs lumières. Quand le jour s’est fait, les habitants ont trouvé les rues couvertes d’oiseaux. Les oiseaux avaient vomi des morceaux et des squelettes de poissons dans les rues, sur les pelouses et sur les toits, laissant une irrespirable et pestilentielle odeur de poisson. »

L’explication de l’époque peu plausible

Les oiseaux étaient donc arrivés de la mer, avaient eu du mal à voler et s’était écrasés sur les maisons et les voitures. Le lendemain, on retrouva donc les rues jonchées de cadavres de ces animaux. À l’époque, on ne comprit pas pourquoi ces derniers s’étaient comportés de la sorte. Certains habitants crurent à la fin du monde ou à une attaque des Allemands, la Seconde Guerre mondiale n’étant pas loin derrière eux.

Cependant, la théorie la plus populaire défendait que les oiseaux s’étaient perdus dans l’épais brouillard, alors qu’ils étaient en train de pêcher. Et étant en pleine confusion, ils s’étaient dirigés vers la ville, attirés par la lumière. On peut quand même se demander pourquoi les oiseaux n’agissent pas de la sorte dès qu’il y a du brouillard ?

Une histoire qui a fortement intéressé le cinéaste pour Les Oiseaux

Alfred Hitchcock était alors à Hollywood en train de préparer son prochain film sur des oiseaux tueurs. Sacrée coïncidence ! Toutefois, il possédait un ranch dans les monts de Santa Cruz et la nouvelle de l’invasion des volatiles se répandit rapidement dans toute la région. Alfred Hitchcock a joint par téléphone le Santa Cruz Sentinel pour demander à ce qu’on lui envoie un exemplaire du journal du 18 août afin qu’il enrichisse la documentation de son film.

Les Oiseaux Hitchcock

Deux ans plus tard, il sortait Les Oiseaux. Hitchcock décida même de mentionner cet évènement dans le film, par le biais de deux personnages discutant dans un bar :

« Quelque chose comme ça s’est produit à Santa Cruz l’année dernière. La ville était couverte de mouettes. Un grand troupeau de mouettes s’est perdu dans le brouillard et s’est dirigé vers la ville où se trouvaient toutes les lumières. »

Tippi Hedren

Hitchcock mentionna donc la théorie populaire de l’époque. Mais concernant les oiseaux dans son œuvre, il choisit de ne donner aucune explication quant au comportement des animaux car il estimait que cela désamorcerait l’angoisse et rassurerait le public. En ne donnant aucune explication, il suscita chez le spectateur la peur d’être attaqué à tout moment, sans aucune raison.

La vraie explication des faits trouvée des années plus tard.

Des années plus tard, en 2007, des scientifiques trouvèrent la véritable explication de ce phénomène. En effet, un épisode semblable est survenu en 1991 dans cette même Baie de Monterey. Cette année là, des pélicans montrèrent des symptômes similaires aux oiseaux de 1961 : désorientation, vomissements et même mort.

Une équipe de scientifiques américains dirigée par l’océanographe et biologiste Sibel Bargu Ates, comprit que ces deux évènements étaient liés. Les scientifiques réussirent ainsi à en déterminer la cause. Les oiseaux ont été empoisonnés par une neurotoxine contenue dans une microalgue. Cette dernière prospérait à cette époque à cause de fuites de fosses sceptiques.

Les Oiseaux Santa Cruz 1961

Le poison s’est donc infiltré dans la chaîne alimentaire, passant dans le plancton, puis les poissons, et enfin dans les oiseaux. La neurotoxine peut provoquer des lésions cérébrales chez ces animaux. Ces dernières engendrent une confusion, une désorientation, des convulsions et même le coma ou la mort. L’équipe de scientifiques émit cette théorie en 2007 et elle s’avéra en 2012.

Donc finalement, les oiseaux de Santa Cruz furent bel et bien victimes d’un empoisonnement en 1961. Mais une question demeure, pourquoi les oiseaux dans le film d’Hitchcock ont-ils développé un tel comportement ? Après les oiseaux tueurs d’Hitchcock, vous pouvez également découvrir l’histoire des chats espions

 

Sources : 

Précédent

L’épidémie dansante de 1518 : quand la danse devint contagieuse

Découvrez les nouvelles images de « Shang-Chi et la légende des dix anneaux »

Suivant

2 réflexions au sujet de “« Les Oiseaux » d’Hitchcock : l’histoire a-t-elle réellement eu lieu ?”

  1. J’ai blessé un jour avec un fusil un corbeau.
    J’étais en voyage en Inde, et pendant les 15 jours où j’ai résidé à cet endroit un corbeau faisait le guet en face de ma maison, et à chaque fois que je voulais sortir il décollait, et en rase-motte, me passait à quelques centimètres au dessus de la tête.
    Très perturbant, cette vengeance silencieuse !

    Répondre

Laisser un commentaire