Site icon Cultea

La Terre plate, y croyait-on vraiment au Moyen-Âge ?

La Terre plate, y croyait-on vraiment au Moyen-Âge ?

On imagine souvent le Moyen-Âge comme une période obscure durant laquelle, sous l’influence de la chrétienté, les hommes pensaient que la Terre était plate. Mais était-ce vraiment le cas ? Cela pourrait vous surprendre, mais on sait que la Terre est ronde et sphérique depuis l’Antiquité.

Une découverte qui date de l’Antiquité grecque

Dès le Vème siècle avant J.C, des savants grecs avaient déjà montré la rotondité de la Terre. En effet, le philosophe grec Pythagore est le premier a avoir déclaré que la Terre était sphérique. 200 ans plus tard, Aristote en donne la première preuve : l’ombre de la Terre sur la Lune pendant les éclipses, une ombre en arc de cercle.

Quelques années plus tard, autour de 245 avant notre ère, Eratosthène, un scientifique grec dont l’un des sujets de prédilection est l’astronomie, calcule pour la première fois la circonférence de notre planète. En effet, il parvient à mesurer le méridien terrestre, soit le cercle fictif passant les deux pôles de la Terre. On sait donc très tôt que la Terre est ronde, et on ne va pas remettre en question ce savoir au Moyen-Âge.

Moyen-Âge : aucune remise en cause de la rotondité de la Terre

Dès le VIIème siècle, avec l’apparition des premières illustrations du monde, les hommes utilisaient déjà les termes de globe ou de sphère. Les premières mappemondes montrent le monde comme plat car il s’agit d’une représentation en deux dimensions.

D’ailleurs, Charlemagne, Roi des Francs, est souvent représenté tenant dans sa main un globe terrestre comme symbole de son pouvoir. Cela montre donc qu’au Moyen-Âge, les hommes ont accepté la sphéricité de la Terre.

Charlemagne, empereur d’Occident du peintre Louis-Félix Amiel

Par ailleurs, au XIIème siècle, les traductions des textes en latin vont répandre le savoir des Grecs à tout l’Occident. Ainsi, aucun auteur médiéval n’a contredit la rotondité de la Terre établie par les Grecs. Bien au contraire, Joannes de Sacrobosco, mathématicien et astronome, écrit en 1224, à Paris, le « Traité de la Sphère ». Ouvrage expliquant très clairement que notre monde est une sphère. Il va être très largement diffusé en Occident. Ainsi, ce fait était connu de toute les personnes ayant un minimum de culture à l’époque.

La Terre plate au Moyen-Âge : des méconnaissances très répandues

Plusieurs erreurs historiques circulent au sujet du mythe de la Terre plate. Tout d’abord, l’idée que Magellan a prouvé que la Terre était ronde, en réalisant la première circumnavigation. Il s’agit d’une idée fausse puisqu’on le savait depuis longtemps.

Autre mythe courant, celui qui dit que Galilée est à l’origine de la découverte de la Terre ronde. Mais ce dernier n’a rien à voir avec la forme sphérique de la Terre. L’Eglise le condamne à de la prison pour avoir remis en question la théorie du géocentrisme, c’est-à-dire que la Terre est le centre de l’univers. Galilée affirme que la Terre tourne autour du Soleil et défend donc l’héliocentrisme.

Galilée expliquant ses théories à l’université de Padoue

Cette vision simpliste du Moyen-Âge provient des auteurs de la Renaissance.  En effet, pour mettre en valeur la connaissance et pour donner de l’importance à la période de la Renaissance, il fallait en faire une période de découvertes et d’innovations. Ces auteurs souhaitent donc contraster la Renaissance avec le Moyen-Âge et ainsi le savoir avec l’influence de l’Eglise. Les historiens qui suivirent, notamment ceux du XIXème siècle, reprirent les croyances répandues pendant la Renaissance.

Les premières théories et preuves que la Terre est ronde remontent donc à l’Antiquité grecque. Le mythe de la Terre plate au Moyen-Âge est donc une légende urbaine qui s’est ancrée dans notre imaginaire populaire. Il fait aujourd’hui partie de ces nombreuses idées fausses sur le Moyen-Âge.

Sources : 

Quitter la version mobile