Il y a 90 ans naissait Quino, papa du personnage culte Mafalda

Il y a 90 ans naissait Quino, papa du personnage culte Mafalda

Créateur de la bande dessinée culte Mafalda, Quino fut la voix de l’Amérique latine à une époque où la censure était très vive. À l’occasion du 90e anniversaire du dessinateur, auteur et humoriste, Google a décidé de lui rendre hommage dans son Doodle

Qui était Quino ? 

Joaquín Salvador Lavado Tejón, plus connu sous le nom de Quino, est né en Argentine en 1932. Fils d’immigrants espagnols, son enfance fut marquée par l’instabilité du gouvernement et des institutions de son pays. Il grandit cependant dans une famille très politisée et favorable à la démocratie.

Son ambition artistique lui serait venue vers l’âge de 3 ans seulement, par le biais de son oncle Joaquin, également peintre et graphiste. Son surnom Quino lui fut d’ailleurs également donné à cause de son oncle, afin de les distinguer.

Image dans Infobox.

Ainsi, à l’âge de 12 ans, Quino s’inscrit dans une école d’art. Il est malheureusement contraint d’abandonner trois ans plus tard, suite au décès de son père. Il s’installe alors à Buenos Aires avec l’ambition de devenir dessinateur. Sa carrière est cependant de nouveau mise en suspens, puisqu’il se voit contraint d’effectuer son service militaire.

En 1954, il publie son premier dessin animé. Il passera ensuite une dizaine d’années à travailler sans relâche pour perfectionner son art, jusqu’à connaître son premier succès en 1963 : Mundo Quino. C’est le début de la reconnaissance.

Le succès de Mafalda 

Bien que Mundo Quino soit son premier succès, son personnage culte, Mafalda, avait été créée un an auparavant, en 1962. Cette petite fille argentine très curieuse vit le jour à l’occasion d’une commande pour une campagne publicitaire. Celle-ci fut cependant annulée. Malgré ça, le dessinateur décida d’en conserver les dessins animés.

Quino était en effet très satisfait de sa création et nourrissait l’envie de la développer. Il faut dire que cette petite fille de 6 ans avait un don remarquable pour pointer du doigt les injustices du monde. Ainsi, en 1964, Mafalda fit ses débuts dans le Buenos Aires Weekly. Très rapidement, ce personnage gagna le cœur du public hispanophone, puis celui du monde entier.

Derrière sa façade enfantine, le dessin animé proposait divers commentaires pleins de cynisme et d’humour sur les inégalités sociétales, la censure et l’autoritarisme. Mafalda fut ainsi le visage des évolutions politiques de l’Amérique latine jusqu’en 1974. C’est cette année-là que le gouvernement argentin commença à mettre en détention ses opposants. Le visage de la dénonciation de la censure se retrouva ainsi… Censuré. Face à cette situation politique instable, Quino mit fin à sa bande dessinée et s’exila à Milan.

Postérité de Quino 

Jusqu’à sa retraite, Quino continua de créer des bandes dessinées, partageant son temps entre Buenos Aires et Madrid. Il se refusa cependant à ressusciter sa mascotte Mafalda. Malgré tout, son travail garda son ton acerbe et dénonciateur jusqu’à la fin. En 2014, il reçut le Prix Princesse des Asturies en Espagne ainsi que la Légion d’honneur en France.

Les caricatures de ce dessinateur furent traduites dans pas moins de 26 langues et encore aujourd’hui, Mafalda continue d’être éditée. Après son décès en septembre 2020 des suites d’un AVC, de nombreux Argentins vinrent lui rendre hommage en déposant des gerbes de fleurs aux pieds de la statue de Mafalda.  

Sources : 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.