Victor Hugo contre la censure : retour sur la célèbre « bataille d’Hernani »

Victor Hugo contre la censure : retour sur la célèbre "bataille d'Hernani"

Le 25 février 1830, la première représentation au Théâtre-Français de la pièce Hernani de Victor Hugo déclenchait une polémique énorme et soulevait les intellectuels de Paris. Cette soirée ancra la célèbre bataille d’Hernani dans l’histoire.

L’écriture de Hernani contre les règles du théâtre classique

En 1829, Charles X est au pouvoir. Ultraroyaliste, il met en place un régime extrêmement sévère qui assure l’ordre et le conservatisme réintroduits à travers le sacre du Roi en 1825 à Reims. La plupart des mesures sont dures, il nomme d’ailleurs un premier ministre également ultraroyaliste. Comme nous pouvons nous y attendre, la censure est rétablie.

Victor Hugo
Victor Hugo.

Durant cette période, Victor Hugo entreprend l’écriture de sa pièce de théâtre Hernani en 1829. A 27 ans, Hugo est un jeune écrivain à succès plein de rêves et de libertés. Son texte se livre sans contrainte entre imaginaire et passion, se délestant des règles du théâtre classique des trois unités de Boileau. La comédie et la tragédie sont jusqu’alors des genres bien différenciés. Il fallait en effet que l’histoire se déroule dans un délai de vingt-quatre heures, dans un lieu unique et que l’unité d’action soit respectée.

Hugo rejette en bloc l’unité de lieu et de temps, déclarant notamment dans la préface de Cromwell :

« Quoi de plus invraisemblable et de plus absurde en effet que ce vestibule, ce péristyle, cette antichambre, lieu banal où nos tragédies ont la complaisance de venir se dérouler, où arrivent, on ne sait comment, les conspirateurs pour déclamer contre le tyran, le tyran pour déclamer contre les conspirateurs, chacun à leur tour, comme s’ils s’étaient dit bucoliquement : Alternis cantemus ; amant alterna Camenae. »

[Citation des Bucoliques de Virgile : « Chantons en couplets alternés ; les Camènes (Muses) aiment l’alternance. »]

L’intrigue de Hernani

L’écrivain dramaturge remet donc en question la règle des trois unités dans Hernani. L’histoire se situe en Espagne en 1519 (de février à août). Hernani et le roi d’Espagne Juan Carlos se battent pour l’amour de Doña Sol. Le roi renonce à sa bien-aimée au profit de son rival, que l’on apprend être en fait Jean d’Aragon. Mais ce dernier avait offert sa vie à l’oncle de Doña Sol, Don Ruy Gomez, qui décide de la lui prendre le soir des noces du jeune couple. Doña Sol décide alors de suivre son amant dans la mort…

Hernani, drame de Victor Hugo : défets de presse, 1830 - source : Gallica-BnF
Hernani, drame de Victor Hugo : défets de presse, 1830 – source : Gallica-BnF

Victor Hugo contre la censure : la bataille d’Hernani

Des camps opposés se forment

Victor Hugo présente finalement sa pièce à la censure. Effectivement, sous la Restauration tout écrit doit recevoir l’approbation de la censure et obtenir un « privilège » d’édition avant d’être publié. Le contrôle est renforcé autour du théâtre puisqu’on y aborde plus facilement des thèmes politiques que l’on diffuse au public. Quelques mois avant Hernani, il entreprend de faire jouer son premier grand drame romantique : Marion Delorme. Mais on censure la pièce. Le dramaturge écrit au ministre de l’Intérieur Martignac, au Premier ministre Polignac, au roi Charles X… en vain.

Puisqu’il est interdit de critiquer le pouvoir royal en France, Hugo se sert de la couronne d’Espagne dans Hernani. Lorsque la pièce passe à la censure en 1830, le texte est raturé, jugé offensant pour le pouvoir royal et la religion. Charles Brifaut autorise toute de même la pièce car il pense que la critique sera assassine à son égard et qu’elle n’aura pas de succès. Hugo ne prend pas en considération les ratures de la censure sur sa pièce et prévoit de la faire jouer telle quelle.

Mais avant même que Hernani soit jouée, le pouvoir organise des « fuites« , avec de faux extraits qui desservent la pièce. Les esprits s’échauffent alors dans les deux camps. Victor Hugo se plaint de Brifaut dans une lettre, soutenu par ses amis comme Théophile Gautier.

Victor Hugo à la tête de l'armée romantique. Le Grand chemin de la postérité, caricature de Benjamin Roubaud (1842).
Victor Hugo à la tête de l’armée romantique. Le Grand chemin de la postérité, caricature de Benjamin Roubaud (1842).

Une représentation mouvementée : La bataille d’Hernani

La Première d'Hernani, 1830, huile sur toile d'Albert Besnard, maison de Victor Hugo, 1903.
La Première d’Hernani, 1830, huile sur toile d’Albert Besnard, maison de Victor Hugo, 1903.

Le soir de la représentation, le 25 février 1830 au Théâtre-français, la salle est en feu. Les gens ont fait la queue devant le théâtre depuis 13h déjà. À l’intérieur c’est le chaos. La « claque » (ensemble de personnes engagés pour soutenir ou desservir une pièce par des manifestations bruyantes) de Victor Hugo affronte ses détracteurs. Nous avons d’un côté les Jeunes-France, des jeunes romantiques français regroupés autour de Pétrus Borel, Gérard de Nerval et Théophile Gautier qui admirent avec force le spectacle, et les opposants qui hurlent de leur côté. On entend à peine les comédiens. Le public s’insulte, se bagarre… Gauthier écrit :

« 25 février 1830 ! Cette date reste écrite dans le fond de notre passé en caractères flamboyants : la toute première représentation d’Hernani ! Cette soirée décida de notre vie ! Là nous reçûmes l’impulsion qui nous pousse encore après tant d’années et qui nous fera marcher jusqu’au bout de notre carrière ».

« Les Romains échevelés à la première représentation d'Hernani », gravure de Grandville (1836).
« Les Romains échevelés à la première représentation d’Hernani », gravure de Grandville (1836).

Ce soir là Hernani fera une recette de 5 134 francs ! En comparaison, la représentation de la veille n’avait fait que 450 francs… La polémique intrigue et attire le public. La bataille d’Hernani marque en quelque sorte la victoire des romantiques sur les classiques.

En parallèle, avec l’érosion du pouvoir d’achat des ouvriers et des paysans, la France est en crise économique depuis 1825. Le roi est alors renversé en trois jours d’émeutes à Paris, du 27 au 29 juillet de 1830. Les Trois Glorieuses changent le visage politique de la France.

Sources :

http://passerelles.bnf.fr/faits/pas_749.php

https://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/bataille_d_Hernani/103660

https://prepabac.editions-hatier.fr/litterature_francaise_TL/Profil_Bac_04570_FraT_L_PB_01.html

https://www.herodote.net/25_fevrier_1830-evenement-18300225.php

4 Replies to “Victor Hugo contre la censure : retour sur la célèbre « bataille d’Hernani »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *