Pourquoi certains pensent que Stanley Kubrick a filmé l’alunissage ?

Pourquoi certains pensent que Stanley Kubrick a filmé l'alunissage ?

En 1974, avec la sortie d’un livre de Bill Kaysing, le réalisateur Stanley Kubrick se retrouve lié à une théorie : il aurait filmé l’alunissage. Retour sur l’histoire de cette hypothèse folle et sur ses incohérences. 

L’alunissage en 1969

Dans les années 60, la guerre froide qui oppose l’URSS aux États-Unis fait rage. Pour être vu comme le meilleur des deux camps, ils se lancent dans la course à la conquête spatiale. En 1957, ce sont les Russes qui parviennent à envoyer en premier un satellite dans l’espace : Spoutnik1. Un an plus tard, les Américains envoient le leur : Explorer1. Et c’est aussi en 1958 qu’ils créent la National Aeronautics and Space Administration (NASA).

Pour devancer le bloc soviétique, le président américain John Fitzgerald Kennedy (1960 – 1962), donne l’idée de l’exploration lunaire. En 1969, même s’il n’est plus là pour le voir, son projet se concrétise. La mission Apollo 11 voit le jour et s’envole pour la lune. À son bord Neil Armstrong, Edwin « Buzz » Aldrin et Michael Collins.

Sous les yeux centaines de millions de téléspectateurs, les États-Unis marquent l’histoire, et devancent l’URSS, le 21 juillet 1969. Le pays américain est le premier à avoir mis un pied sur l’astre encore inexploré. Cependant, il ne faudra pas attendre très longtemps avant de voir fleurir des théories loufoques sur l’alunissage.

Le drapeau et les éclairages

Pour énormément de personnes, la question de la véracité de l’alunissage ne se pose même plus… Mais certains théoriciens du complot ont remis en cause l’exploit dès 1969.

Les attaques sont multiples. Pour eux, le drapeau américain « flotterait » dans le vent sur la vidéo. Et cela, alors qu’il y a une absence d’atmosphère. Lorsqu’on regarde la vidéo, une fois que le drapeau est relâché, il se stabilise et ne bouge plus. La raison ? Une barre de fer le maintien stable (et ça se voit à l’œil nu)… De plus, pas sûr que dans un studio il y ait une tonne de vent non plus.

États-Unis lune landing alunissage 1969 neil armstrong buzz aldrin
Le drapeau américain sur la Lune.

Les éclairages de la vidéo sont aussi pointés du doigt. Les ombres ne seraient pas logiques par rapport au lieu. Sur la lune, il y a un projecteur naturel : le soleil. Si la source lumineuse venait d’un projecteur, les ombres proviendraient d’un point central. Cependant comme la source est le soleil, et qu’elle est éloignée, les ombres sont parallèles. La lumière du soleil est aussi réfléchie par le sol lunaire. Cela expliquant que certaines ombres n’apparaissent pas parallèles. Et ça, c’est sans parler des reliefs très nombreux du sol lunaire…

Et Kubrick dans tout ça ? 

Tout commence en 1974. L’écrivain Bill Kaysing publie Nous ne sommes jamais allés sur la Lune : L’escroquerie américaine à trente milliards de dollars. Dans ce livre, l’auteur liste ce qui pour lui sont des incohérences lors de l’alunissage. Encore aujourd’hui, ces dernières sont utilisées en tant qu’arguments par les plus conspirationnistes. Eh oui ! La théorie continue d’avoir des adeptes, et cela même quasiment 50 ans après.

Ce dernier explique pourquoi et comment la NASA a remporté la guerre froide grâce à une imposture cinématographique. La Fox sortira en 2002 un documentaire intitulé Théorie de la Conspiration : avons-nous été sur la Lune ?

Pour l’auteur américain, l’équipe d’Apollo 11 n’a jamais quitté le sol de la Terre. Ces derniers se seraient rendus dans le désert du Nevada, direction une base militaire secrète. Là-bas, ils auraient enregistré un faux alunissage en s’aidant des mêmes effets spéciaux que dans 2001 : l’Odyssée de l’espace, sorti un an auparavant.

Alors qu’il n’a rien demandé à personne, Stanley Kubrick est désormais lié à l’alunissage. En vrai, le réalisateur n’a jamais été cité explicitement dans l’œuvre de Bill Kaysing. Mais la citation de son œuvre culte fait désormais de lui le visage idéal pour cette théorie du complot.

Le nom de Kubrick a été repris par les lecteurs du livre et par la complosphère qui ont soutenu cette théorie. Pourquoi ? Selon eux, seul le cinéaste américain aurait pu à la fin des années 60 réaliser quelque chose capable de tromper le monde entier.

2001 film stanley kubrick cinéma États-Unis
Le film 2001 : l’Odyssée de l’espace, sorti en 1968.

Quand la fille de Stanley Kubrick s’en mêle ! 

Autant dire qu’une hypothèse pareille a de quoi faire fulminer de rage la famille du cinéaste. Ainsi, sa fille Vivian n’a pas mâché ses mots en 2016 concernant cette idée saugrenue :

« Un artiste comme mon père, dont le profond degré d’intégrité artistique est évident, dont la conscience politique et sociale est manifestement présente dans pratiquement chaque film qu’il a fait, qui a risqué sa vie à aborder des sujets hautement controversés… Ne pensez-vous pas qu’il serait la dernière personne à venir en aide au gouvernement américain, et à trahir ainsi ses adeptes ? »

La fille du cinéaste légendaire met ainsi le doigt sur quelque chose d’essentiel : son père a passé sa carrière entière à critiquer les aspects les plus décadents de la société. Autant dire qu’il aurait été la dernière personne à vouloir participer à une fumisterie pareille, si elle avait eu lieu.

Des images truquées ? Pas vraiment possible d’un point de vue technique… 

Si l’idée du fait que le tournage de l’alunissage a été fait en studio de télévision, alors nous nous attendons aussi à ce que la chose soit tournée en 30 images par seconde. C’était la norme en télévision à l’époque. Mais la vidéo de l’alunissage a été enregistrée à 10 images par seconde. Voilà pourquoi le rendu a cet aspect un peu « lent ».

Certains soulignent que la vidéo aurait pu être ralentie. Cependant, les enregistreurs à disques capables de stocker des séquences au ralenti à l’époque ne pouvaient enregistrer que 30 secondes (pour 90 secondes au ralenti). Pour capturer 143 minutes au ralenti, il faudrait enregistrer (et pouvoir stocker) 47 minutes d’action. À l’époque, cela était impossible.

Pour avoir autant de temps de film qu’on veut, on peut tourner ça en pellicule. Cependant, au vu des capacités des bobines de numériques, il faudrait 6 bobines et demie pour filmer l’alunissage. Il faut ensuite assembler les bobines. Et assembler des bobines, ça laisse des marques. L’épissure des jointures, le transfert, l’impression et tous les grains, taches et poussières qui peuvent s’y immiscer… Cela aurait tout de suite été remarqué par des professionnels de la vidéo (des VRAIS professionnels de la vidéo).

Aujourd’hui encore, beaucoup croient en cette théorie fumeuse sur Stanley Kubrick. La chaîne Arte a d’ailleurs sorti en 2002 un faux documentaire sur la conquête lunaire. Opération Lune est un très bon film sur le pouvoir des images. Ainsi que sur le fait qu’avec des images, on peut tout faire croire… Même les choses les plus tirées par les cheveux !

Sources

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.