L’histoire du château d’Édimbourg, l’un des plus vieux châteaux d’Europe

| | , ,

Si vous passez par la capitale de l’Écosse, il vous sera impossible de manquer le château d’Édimbourg. Celui-ci se trouve sur un rocher d’origine volcanique, dans le centre de la ville. Plus précisément, l’ancienne forteresse se trouve au sommet de la rue High Street et au-dessus du Palais de Holyrood. Chez Cultea, on vous propose de découvrir l’histoire de cette forteresse aujourd’hui devenue mythique. 

Les origines très anciennes du château d’Édimbourg

On ne connaît pas exactement les origines du site, puisqu’elles sont très anciennes. Néanmoins, plusieurs études archéologiques ont montré qu’il y aurait eu une présence humaine pendant l’âge du bronze. On aurait en effet construit un fort au sommet du rocher, sa position étant avantageuse d’un point de vue stratégique. Par la suite, d’autres fouilles ont attesté d’une occupation romaine.

C’est au XIVe siècle qu’on trouve la première référence au château. John of Fordun le mentionne en effet dans un de ses livres, dans lequel il fait allusion à la mort du roi Malcolm III d’Écosse en 1093.

Perspective du château d’Édimbourg vu de l’est - Cultea
Perspective du château d’Édimbourg vu de l’est.

Les guerres d’indépendance de l’Écosse

En 1286, le roi Édouard Ier d’Angleterre s’empare du trône et envahit l’Écosse. Ce sera le début de la guerre d’indépendance de l’Écosse. Édimbourg se soumet à lui très vite. Mais, à sa mort en 1307, la domination de l’Angleterre sur sa voisine s’affaiblit. En 1314, les Écossais reprennent donc le château aux Anglais lors d’un audacieux raid nocturne mené par Thomas Randolph, neveu de Robert Ier d’Écosse.

En 1333, la deuxième guerre d’indépendance de l’Écosse éclate. Le roi Édouard III d’Angleterre a en effet envahi le territoire et les forces anglaises commencent à fortifier le château d’Édimbourg. Elles l’occuperont d’ailleurs jusqu’en 1341. Plus tard, William Douglas attaque les Anglais, et les Écossais récupèrent le château.

Finalement, le traité de Berwick de 1357 met fin aux deux guerres. Le roi David II démarre alors un vaste projet de reconstruction du château, qui se poursuivra jusqu’au XVe siècle.

Une résidence royale

Pendant de nombreux siècles, le château d’Édimbourg accueille les rois et reines du pays. La reine Margaret y est d’ailleurs morte en 1093. Son fils, le roi David Ier, fait construire une chapelle en son honneur, qui est aujourd’hui le plus ancien bâtiment de la ville.

On continue d’agrandir et d’améliorer le château dans les siècles qui suivent. On a par exemple construit le Great Hall au début du XVIe siècle, pour le roi Jacques IV. Celui-ci accueille de grands banquets et des événements d’État, mais le roi n’en profite que très peu, puisqu’il meurt à la bataille de Flodden, 2 ans après l’achèvement de la construction. Il combattait alors les forces anglaises envoyées par son beau-frère, le roi Henri VIII d’Angleterre.

Marie Ière d’Écosse monte sur le trône en 1543. Elle donne naissance à Jacques VI dans le palais royal en 1566. Celui-ci deviendra roi d’Écosse à l’âge de 13 mois et unira les couronnes d’Écosse et d’Angleterre en 1603. En 1567, la reine est emprisonnée dans un château en dehors de la ville. Cependant, elle s’en échappe et revient à Édimbourg. Elle reste en sécurité dans le château pendant plusieurs années jusqu’à ce que le gardien de ce dernier, William Kirkcaldy, meurt. James Douglas le remplace en 1573, et contrairement à Kirkcaldy qui était favorable à la reine, il prévient Elizabeth Ière d’Angleterre de sa présence. Par conséquent, la reine d’Angleterre et rivale de Marie bombarde le château d’Edimbourg .

Marie Ière d'Écosse avec son fils Jacques VI, XIXe siècle - Cultea
Marie Ière d’Écosse avec son fils Jacques VI, XIXe siècle.

Une utilisation militaire

À partir de 1603, le château d’Édimbourg est rarement visité par les monarques. De fait, il devient une importante base militaire en 1650. Entre 1689 et 1746, on reconstruit et améliore les défenses en réponse aux révoltes jacobites. De nouvelles batteries de canons ainsi que de nouvelles casernes sont ajoutées, pour pouvoir accueillir les nombreux soldats. Les Nouvelles Casernes, construites pendant les guerres napoléoniennes avec la France, logent environ 600 soldats. L’armée les utilise d’ailleurs toujours aujourd’hui.

De nombreux prisonniers sont également enfermés dans des caves sous Crown Square. Entre 1757 et 1814, ces dernières ont accueilli des centaines de prisonniers de guerre. En effet, le château était considéré comme le lieu de détention le plus sûr d’Écosse.

L’armée utilise toujours quelques parties du château, et ce, depuis 300 ans. Malgré tout, il est aujourd’hui principalement une attraction touristique (c’est d’ailleurs la première attraction touristique payante d’Écosse). Le château d’Édimbourg fait également partie des anciennes et nouvelles villes d’Édimbourg, site du patrimoine mondial. Enfin, il abrite les honneurs (joyaux de la couronne) d’Écosse, la pierre du destin, le célèbre canon du XVe siècle Mons Meg, le One O ‘Clock Gun et le National War Museum of Scotland.

 

Sources :

The following two tabs change content below.

Lauren Puma

Etudiante en Master Culture, patrimoine et médiation, je m'intéresse de très près à l'histoire ainsi qu'à culture pop, particulièrement à Marvel et Star Wars. Passionnée d'anglais depuis toujours, j'ai un goût prononcé pour les contenus dans cette langue ainsi que les pays où elle est parlée.
Précédent

Pourquoi Robin est le super-héros le moins chanceux des adaptations cinéma !

Bloody Sunday : que s’est-il passé le dimanche 30 janvier 1972 ?

Suivant

2 réflexions au sujet de “L’histoire du château d’Édimbourg, l’un des plus vieux châteaux d’Europe”

Laisser un commentaire