Les « Forty Thieves » et Alice Diamond : le gang de femmes à Londres

Les "Forty Thieves" et Alice Diamond : le gang de femmes à Londres

A la fin du XIXème et début du XXème siècle, les gangs faisaient rage en Angleterre. Les Peaky Blinders semaient la terreur à Birmingham et le gang de Sabini arpentait les rues de Londres. Toutefois, les femmes prirent également part à ses activités illégales. Un gang exclusivement féminin baptisé les Forty Thieves ou Forty Elephants se spécialisa dans le vol. Il régna sur le sud de la capitale avec Alice Diamond à sa tête. Retour sur ces femmes qui n’avaient pas peur de se salir les mains et redoublaient d’intelligence.

Un gang féminin égal à ceux des hommes

Les Forty Thieves (40 voleuses) furent un gang exclusivement féminin de vol à la tire qui régna sur le sud de la capitale britannique. On les appelait également Forty Elephants car elles venaient du quartier Elephant and castle. Le groupe fut officiellement créé 1873, mais certains registres de police indiquent des activités qui pourraient remonter aussi tôt que la fin du XVIIIème siècle. Elles étaient alliées au gang londonien dirigé par Sabini, Elphant and Castle Mob.

Forty Elephants

Celles-ci s’habillaient élégamment pour mieux voler des bijouteries et des magasins de luxe. Le gang avait ses propres règles et était respecté par ses homologues masculins. Les femmes du gang, bagarreuses hors-pair, ne se laissaient pas impressionner, elles pouvaient affronter physiquement des groupes d’hommes aussi nombreux et n’hésitaient pas à se jeter dans la bagarre. Le gang gagna en renommée et atteint son apogée dans les années 1920, après qu’Alice Diamond en ait prit le contrôle.

Alice Diamond : l’une des gangsters les plus mémorables du XXème siècle

Alice Diamond naquit le 22 juin 1896, fille de Mary Ann Alice et Thomas Diamond. Aînée de sept enfants, elle grandit dans la violence. En effet, son père fit l’objet d’au moins trois condamnations pour des accès de violence. Il agressa même le fils du Maire de Londres lors d’une réunion politique en lui poussant violemment la tête à travers une vitre.

S’appeler « Diamond » ne suffisait pas pour Alice, elle souhaitait en porter et rêvait de glamour, d’opulence et d’aventures, tout l’inverse de son modèle paternel. Les premiers petits vols d’Alice eurent donc lieu durant son adolescence, quand elle chaparda des bonbons et des chocolats. Ses premiers délits lui valurent déjà quelques temps en prison.

Âgée d’à peine de 20 ans, Alice rejoignit le gang des Quarante Voleuses et en prit la tête, devenant ainsi « The Queen of the Forty Thieves« . Elle s’imposa rapidement comme la cheffe incontestée du gang. En effet, elle était autant à l’aise dans les salons que dans les bastons, mesurait un mètre soixante-quinze, dépassant ainsi la majorité des hommes de l’époque, et portait de grosses bagues en diamants sur tous les doigts. Dirigeante sévère, elle attendait des membres une loyauté sans faille et une parfaite exemplarité. Ainsi, elle fit du gang une réussite.

Les méthodes des Forty Thieves

Les Forty Thieves et notamment Alice Diamond planifiaient méticuleusement chacune de leurs opérations. Le gang écumait les quartiers riches de West End et faisait preuve d’une créativité exceptionnelle en matière de vol.

Forty Thieves

Les voleuses utilisaient de nombreux subterfuges et diversions pour arriver à leur fin. Elles se déguisaient par exemple en femmes de ménage avec de fausses références pour pouvoir dépouiller les maisons des riches. Elles utilisaient beaucoup les poches cachées dans les jupes, les ceintures et les doublures de manteaux.

Leur mode opératoire le plus original et le plus efficace fut le coup du faux bras. Un membre du gang déambulait avec un faux bras afin que le vrai puisse discrètement dérober les bijoux. Elles ont également eu recours à des livres troués et ont échangé une copie d’un bijou avec le vrai, classiques !

Elles arrivaient à échapper aux autorités en cachant leur butin. Ainsi dès qu’elles se faisaient arrêter, elles étaient innocentées. Avec les récoltes amassées, les femmes faisaient la fête. Elles se rendaient dans de nombreux restaurants et clubs, consommaient de l’alcool ou de la cocaïne à volonté et se paraient de manteaux en fourrure et de robes à la mode. La police les arrêta plusieurs fois, mais un peu de prison en échange d’une vie dans le luxe ne les effrayait pas. Pour nos voleuses, le jeu en valait la chandelle car cela valait mieux que la pauvreté.

La fin du règne d’Alice sur les Forty Thieves

En 1925, alors qu’Alice menait une expédition, la police intervint et l’arrêta. C’est lors de ce séjour en prison qu’Alice perdit la tête du gang. Une nouvelle reine la remplaça, Lilian Rose Kendall, qui apporta plus de modernité au Forty Thieves. Désormais, elles braquaient les bijouteries avec des automobiles pour briser les vitres.

Frty Thieves Lilian Rose Kendall

Quand Alice sortit de prison, elle ne réclama pas son retour dans la bande. Le gang continua cependant d’exister jusque dans les années 1950. Alice Diamond dirigea une maison close jusqu’à la fin de sa vie et continua de protéger les jeunes voleuses. Elle mourut de la sclérose en plaques en 1952.

Nous connaissons tous Alibaba et les quarante voleurs, mais les quarante voleuses de Londres sont bien moins connues… Elles sont pourtant toutes aussi fascinantes, si ce n’est plus. Les Quarante Voleuses furent au moins aussi téméraires que les femmes samouraï et les gladiatrices à une autre époque. 

 

Sources : 

One Reply to “Les « Forty Thieves » et Alice Diamond : le gang de femmes à Londres”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.