Leonarda Cianciulli : la tueuse en série et cannibale italienne

Leonarda Cianciulli : la tueuse en série et cannibale italienne

On la surnommait Saponificatrice de Correggio (la Saponificatrice di Correggio en italien) ! On la connait pour avoir assassiné 3 femmes à Corregio entre 1939 et 1940, et pour avoir transformé leurs corps et gâteaux et savons. Retour aujourd’hui sur les méfaits de Leonarda Cianciulli…

La vie de Leonarda Cianciulli

Leonarda naît à Montella le 14 avril 1894. Jeune fille, elle tentera de se suicider deux fois. En 1917, elle se marie à Raffaele Pansardi, ce que ses parents n’approuvent pas. Quatre ans plus tard, le couple déménage à Lauria, la ville natale de Pansardi. On condamnera d’ailleurs Cianciulli pour fraude en 1927, avant qu’elle ne soit libérée et que le couple parte s’installer à Lacedonia. Plus tard, en 1930, ils devront déménager suite à la destruction de leur maison par le tremblement de terre d’Irpinia. Ils s’installent alors à Correggio, ou Cianciulli ouvre une petite boutique et devient diseuse de bonne aventure.

Le couple aura quatre enfants, que Cianciulli protège corps et âme. En effet, celle-ci a déjà fait trois fausses couches. Déjà très angoissée à l’idée de perdre un autre de ses enfants, elle apprend que son fils préféré, Giuseppe, doit rejoindre l’armée italienne, en raison de la Seconde Guerre mondiale. Afin de la protéger, elle décide de pratiquer des sacrifices humains…

Leonarda Cianciulli
Leonarda Cianciulli.

Ses meurtres

Cianciulli trouve toutes ses victimes à Correggio. La première est Faustina Setti, une jeune femme qui vient lui demander de l’aider à trouver un mari. La future meurtrière persuade Setti de se rendre à Pola, où un potentiel partenaire l’attend. Elle lui dit de ne le dire à personne et d’attendre d’être arrivée sur place pour envoyer des cartes postales à ses proches. Avant de partir pour Pola, la jeune femme passe voir Cianciulli. Cette dernière la drogue puis la tue avec une hache avant de la découper en neuf morceaux. De plus, elle rassemble le sang de sa victime dans un bassin. Dès lors, elle transforme les parties du corps de la défunte en savon grâce à de la soude caustique. Ensuite, elle utilise son sang pour cuisiner un gâteau.

Peu après, Francesca Soavi rend visite à Cianciulli afin que cette dernière ne l’aide à trouver du travail. La diseuse de bonne aventure dit alors à la jeune femme d’envoyer des cartes postales à ses proches de Correggio. À l’instar de Setti, Soavi va voir Cianciulli avant son départ. Le 5 septembre 1940, cette dernière tue Soavi à la hache et répète le processus qu’elle a utilisé pour sa première victime.

Virginia Cacioppo fut la dernière victime de la tueuse en série. De la même manière que Soavi, la jeune femme alla voir la diseuse de bonne aventure afin de trouver un emploi. Encore une fois, cette dernière dira lui avoir trouvé un travail dans une autre ville, mais qu’elle ne devait annoncer la nouvelle à personne. Le 30 septembre 1940, la jeune femme va voir Cianciulli avant de partir, qui la tuera de la même façon que ses deux dernières victimes. Toutefois, elle fera cette fois fondre son corps avec de la Cologne.

Les victimes de Leonarda Cianciulli
Les victimes de Leonarda Cianciulli.

L’arrestation et le procès de Leonarda Cianciulli

Plus tard, la belle-sœur de Cacioppo (la première victime) commence à suspecter la tueuse. Elle va donc voir la police à Reggio d’Émilie, où une enquête est ouverte. Très vite, on arrête Leonarda Cianciulli, qui n’attendra pas pour avouer ses meurtres. Elle détaillera plus tard son premier meurtre :

« J’ai jeté les morceaux dans un pot, ajouté sept kilos de soude caustique, que j’avais achetés pour faire du savon, et j’ai remué le mélange jusqu’à ce que les morceaux se dissolvent dans une bouillie épaisse et sombre que j’ai versée dans plusieurs seaux et vidée dans une fosse septique à proximité. Quant au sang dans le bassin, j’ai attendu qu’il coagule, je l’ai séché au four, moulu et mélangé avec de la farine, du sucre, du chocolat, du lait et des œufs, ainsi qu’un peu de margarine, en pétrissant tous les ingrédients ensemble. J’ai fait beaucoup de gâteaux au thé croquant et les ai servis aux dames qui sont venues nous rendre visite, bien que Giuseppe et moi les ayons également mangés. »

En 1946, on la condamne à trente ans de prison. De plus, elle devra passer trois mois dans un asile psychiatrique. Le 15 octobre 1970, elle meurt dans la prison de Pouzzoles.

Plusieurs films s’inspirant de la tueuse en série et cannibale italienne ont été réalisés, tels que Black Journal de Mauro Bolognini. Enfin, certaines preuves de l’affaire se trouvent dans le musée criminel de Rome, comme la bassine dans laquelle elle fit fondre ses victimes.

 

Sources :

3 Replies to “Leonarda Cianciulli : la tueuse en série et cannibale italienne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.