Matiate : une ville souterraine découverte en Turquie !

Matiate : une ville souterraine découverte en Turquie !

En Turquie, une équipe d’archéologues a fait la découverte d’une ville souterraine, située sous la ville de Midyat. Cette découverte essentiellement due au hasard, est un lieu qui aurait servi de refuge pour les premiers chrétiens, il y a 2000 ans, lors de persécutions religieuses.

Une ville souterraine gigantesque

Ce lieu fait partie des nombreux sites archéologiques situés en Turquie. Cette ville souterraine, baptisée Matiate en référence à l’ancien nom assyrien de Midyat, date d’il y a près de deux millénaires. Elle est située dans la province de Mardin, dans le sud-ouest de la Turquie. Midyat est une ville touristique qui accueille près de trois millions de touristes chaque année. En effet, qu’il s’agisse des maisons traditionnelles, des églises orthodoxes ou des monastères, ces bâtiments sont classés au patrimoine mondial de l’UNESCO et attirent les visiteurs.

De fait, il y a deux ans, la mairie avait ordonné un grand projet de nettoyage de la ville. Des travaux d’amélioration pour convenir encore plus au tourisme. Seulement, les ouvriers sont tombés sur un mystérieux tunnel, lors de leurs travaux. Ce tunnel menait à la ville souterraine. Personne ne s’y attendait : une ville en cachait une autre. De quoi enflammer encore plus le tourisme, désormais.

L’archéologue Gani Tarkan et son équipe prennent alors les choses en main et entreprennent leurs fouilles. Pendant leurs recherches, ils découvrent des dizaines de chambres souterraines ainsi que des structures similaires. L’équipe d’archéologues met au jour des passages de liaison, des puits d’eau et des silos de stockage de céréales. De même qu’ils découvrent des lieux de culte comme une église chrétienne ainsi que synagogue juive.

Dans une cave à Mardin
Une des nombreuses cachettes trouvées (DW)
Une cave sombre à Mardin
Un des tunnels de la ville (DW)

Pour les archéologues, cette partie de la ville n’est que la partie visible de l’iceberg. Ils estiment que seulement moins de 5% de la ville a été explorée pour le moment. Selon Gani Tarkan, il s’agirait là de la plus grande ville souterraine du monde.

Un lieu de refuge

D’après les décorations des murs et des artéfacts retrouvés sur place, la ville aurait été construite au cours du IIème ou IIIème siècle. Lors du Ier siècle de notre ère, les chrétiens et les juifs n’étaient pas distincts. Les autorités les considéraient comme pratiquant la même religion. Par ailleurs, ils n’avaient pas toujours tort, car à l’époque de nombreux chrétiens étaient également juifs. Sans oublier que le christianisme n’était même pas une religion officielle au IIème siècle.

Seulement, en l’an 64, la situation pris un tournant plus compliqué pour ces derniers. L’empereur Néron accusa les chrétiens d’avoir volontairement provoqué l’incendie qui réduit Rome en cendres. De là ont commencé les persécutions religieuses contre les chrétiens et les juifs qui n’eurent d’autre choix que de fuir et de se réfugier dans cette ville souterraine.

Représentation du grand incendie de Rome, d’après un tableau de Karl Theodor von Piloty, vers 1861.

Ainsi, les archéologues estiment que l’endroit aurait pu contenir jusqu’à 70 000 personnes, ce qui est exceptionnel car bien au-dessus des standards de l’époque. Matiate aurait donc servi de refuge à ces familles, construite spécialement pour cela. Les premières générations de chrétiens auraient alors vécu sous terre, fuyant les persécutions orchestrées par le pouvoir impérial romain.

Il faudra par la suite attendre l’an 313 apr. J-C pour que le christianisme soit officialisé comme religion, grâce à l’édit de Milan, publié par l’empereur Constantin.

Les archéologues cherchent encore à percer les mystères de cette ville oubliée. Sa découverte, fruit du pur hasard, est sûrement l’une des plus grandes dans le monde de l’archéologie. Sa superficie n’ayant été explorée qu’à 5% pour le moment, la ville ne saurait tarder à nous faire de nouvelles révélations sur cette époque. Affaire à suivre.

 

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.