L’histoire de la chapelle Sixtine et du plafond de Michel-Ange

L'histoire de la chapelle Sixtine et du plafond de Michel-Ange - Cultea

La chapelle Sixtine fait partie des salles des palais pontificaux du Vatican, mais aussi du musée de celui-ci. Elle abrite les célèbres fresques de Michel-Ange, réalisées au début du XVIe siècle. Retour aujourd’hui sur la plus grande chapelle du Vatican et sur les fresques du célèbre artiste italien !

La chapelle Sixtine

En soi, l’architecture de la chapelle Sixtine est assez simple. C’est en effet une salle rectangulaire de 40 mètres de long, 13 mètres de large, et environ 21 mètres de hauteur. Au plafond, une voûte, et 12 fenêtres sur les murs. Ensuite, le sol est recouvert de marbres polychromes. Ce qui fait la renommée de la chapelle, ce sont en fait les nombreuses œuvres d’art et fresques qu’elle abrite. Les plus connues d’entre elles sont sans doute celles de Michel-Ange, mais des artistes tels que Luca Signorelli et Sandro Botticelli ont également contribué à sa décoration.

Depuis le XVe siècle, la chapelle abrite le conclave. En d’autres termes, c’est le lieu où les cardinaux élisent le nouveau pape. Mais c’est seulement à partir de 1878 que le conclave s’y déroule de manière systématique.

La chapelle Sixtine vue d'en haut - Cultea
La chapelle Sixtine vue d’en haut.

L’histoire de la chapelle Sixtine

On pense qu’une chapelle papale existait déjà à la place de la chapelle Sixtine dès 1368, sous le nom de « Capella magna » (Cappella Maggiore en italien). Elle devait accueillir des célébrations cérémonielles de la cour pontificale, ou des célébrations liturgiques.

Au XVe siècle, Rome fait face à d’importants troubles civils. De fait, on laisse de nombreux monuments chrétiens en ruine. Le pape Martin V, désireux de remédier à cette situation, décide de restaurer les monuments les plus importants de la ville. En 1471, Sixte IV prend sa place en tant que pape et continue le travail qu’a entamé son prédécesseur. De fait, il commande les travaux de rénovation de la chapelle palatine du Palais apostolique lors de son jubilé de 1475. Les travaux commencent 2 ans plus tard et se finiront en 1480. Le 15 août 1483, on consacre la chapelle pendant la première messe de la fête de l’Assomption.

Pérugin commence la décoration picturale de la chapelle en réalisant une représentation de l’Assomption de la Vierge, sur le mur derrière l’autel. Par la suite, entre 1481 et 1482, on demande aux peintres italiens les plus célèbres de l’époque de réaliser des fresques. Dès lors, Sandro Botticelli, Domenico Ghirlandaio, Cosimo Rosselli ainsi que leurs collaborateurs, peignent les quatre panneaux sur le mur à droite de l’autel. Plus tard, on leur demande de s’occuper des dix panneaux restants.

Le Châtiment de Coré, Datan et Abiram (Chapelle Sixtine) de Botticelli - Cultea
Le Châtiment de Coré, Datan et Abiram (Chapelle Sixtine), Botticelli.

L’œuvre de Michel-Ange

En 1505, le pape Jules II convoque Michel-Ange à Rome et lui demande de travailler sur sa future tombe. Malheureusement, les deux hommes ne s’entendent pas et le projet tombe à l’eau, ce qui pousse l’artiste à quitter la ville. Jules II lui demande de revenir, mais cette fois pour réaliser les fresques du plafond de la chapelle Sixtine. En 1508, Michel-Ange revient donc à Rome et commence à peindre la structure d’environ 40 mètres de long et 14 mètres de large. Beaucoup doutent de lui, l’artiste étant plus connu pour ses travaux en tant que sculpteur qu’en tant que peintre.

La réalisation de la fresque s’avère complexe. En effet, Michel-Ange utilise une technique nécessitant l’application de lavis de peinture sur du plâtre humide. De fait, il n’a pas le droit à l’erreur. En plus de cela, il doit diviser ses croquis en sections, car en faire trop à la fois risquerait de dessécher le plâtre, qui ne pourrait alors pas absorber les couleurs. Plus tard, il demande l’aide de quelques artistes Florentins, mais leur préparation de plâtre entraîne l’apparition de taches de moisissures. On doit donc enlever la peinture, ce qui retarde grandement les travaux.

L’artiste mettra 4 ans à peindre son œuvre. Sur la voûte de la chapelle, on pourra observer trois sections consacrées à des épisodes de l’Ancien Testament : la création, le jardin d’Eden et le déluge.

Le Jugement Dernier de Michel-Ange (Chapelle Sixtine) - Cultea
Le Jugement Dernier de Michel-Ange.

Des années plus tard, en 1536, le pape Paul III demande à Michel-Ange de réaliser une nouvelle fresque. Cette fois, celle-ci devra représenter le Jugement Dernier. À contrecœur, le peintre accepte. L’œuvre sera d’ailleurs censurée à partir de 1564. En effet, le pape Pie IV avait demandé que la nudité soit couverte. En tout, on aura ajouté quarante revêtements afin de censurer la fresque.

On restaura les fresques de la chapelle Sixtine dans les années 1980 et 1990. Aujourd’hui, la chapelle accueille entre 10 000 et 20 000 visiteurs par jour. Malgré tout, sa haute fréquentation met les peintures en danger, qui pourraient être endommagées par les émanations de gaz carbonique.

 

Sources :

2 Replies to “L’histoire de la chapelle Sixtine et du plafond de Michel-Ange

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.