Le musée du Quai Branly restitue au Bénin 26 œuvres d’art historiques

| | , ,

Ce mercredi 10 novembre, des trésors royaux d’Abomey ont rejoint le Bénin. Ces œuvres d’art étaient jusqu’ici conservées au musée du Quai Branly.

Un geste fort

Il s’agit d’un retour historique et d’un geste très fort de la part du musée emblématique. Ces œuvres étaient depuis lors exposées en France, après avoir été pillées au 19e siècle par des troupes coloniales. Cette restitution marque un pas en avant dans la reconnaissance des pillages culturels effectués en Afrique durant les périodes de colonisation.

« J’anticipe la joie des Béninois qui recevront ces œuvres qui leur ont longtemps manquées »

Tels sont les mots de Felwine Sarr. Cet écrivain et économiste est chargé depuis 2018 d’étudier les questions de restitutions (temporaires ou définitives) du patrimoine africain.

Ainsi, les œuvres concernées rejoindront le palais présidentiel, situé à Cotonou. Elles comportent notamment des statues Ghézo, Glélé et Behanzin. Ces trois figures furent les derniers rois de l’Empire d’Abomey. Ce dernier s’écroula en 1892, sous les assauts du Général Dodds, alors à la tête de troupes coloniales.

Le musée du Quai Branly restitue au Bénin 26 œuvres d’art historiques © CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Un visiteur lors de l’exposition Bénin présentée au musée du quai Branly à Paris, en septembre 2021. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

« Elles sont chargées d’Histoire : elles permettront aux Béninois de retrouver les traces matérielles d’une dimension de leur Histoire, et un moment très important pour eux, c’est le moment où l’Empire d’Abomey chute. »

Felwine Sarr

La joie du Bénin

Sans surprise, cette restitution génère énormément d’enthousiasme au Bénin. Le retour de ce patrimoine historique est à la fois vecteur de joie, mais également d’espoir pour de nombreux férus de culture. Marie-Cécile Zinsou, présidente de la fondation Zinsou (tournée vers l’action sociale et la culture), a ainsi déclaré :

« C’est un sujet qui est vraiment partout à Cotonou […]. Les gens parlent beaucoup de ça ces derniers temps parce que c’était impossible. Le patrimoine français est inaliénable. Donc quand un objet rentre dans les collections du patrimoine français, il n’en ressort plus jamais […]. Et puis, il y a eu cette loi d’exception votée en mai 2020 et ce changement de paradigme total […]. Et du coup, évidemment, aujourd’hui, de se dire que les gens vont enfin pouvoir y avoir accès librement quand ils le souhaitent, c’est merveilleux »

Florentin Nangbe, professeur de sociologie à l’Université d’Abomey-Calavi, s’est quant à lui exprimé dans ces termes :

« C’est une grande fierté pour moi ; parce que quand on parle de la colonisation aux jeunes, ils n’y comprennent pratiquement rien. Et maintenant, ils cherchent à comprendre mieux ce qu’il s’est passé »

Selon de nombreux experts, des milliers d’œuvres d’art se trouvent aujourd’hui hors du continent africain. Celles-ci sont réclamées par des pays tels que le Sénégal, la Côte d’Ivoire ou encore le Mali. Avec la restitution de ces objets historiques, le musée du Quai Branly a ainsi amorcé un mouvement diplomatique qui pourrait bien prendre de l’envergure.

 

Sources :

The following two tabs change content below.

Robin Uzan

Journaliste, photographe et réalisateur indépendant, écrire et gérer Cultea est un immense plaisir et une de mes plus grandes fiertés.
Précédent

Disney+ va proposer plusieurs films Marvel en format IMAX !

Francis Lai : Une histoire d’amour

Suivant

Laisser un commentaire