Le 15 août 1977, la Terre recevait un message étrange du ciel… Le « Signal Wow »

| | ,

Si on s’intéresse à l’espace et qu’on aime traîner sur internet, on a tôt fait de tomber sur des sites peu fiables nous expliquant que les extra-terrestre sont parmi nous et que les gouvernements nous cachent leur existence… Pourtant, c’est oublier que la recherche de la vie extraterrestre est un sujet très sérieux, étudié par de nombreux scientifiques à travers le monde. Et le 15 août 1977, la Terre a reçu un message qui laisse encore ces scientifiques optimistes quant à sa possible origine extraterrestre : le « Signal Wow » ! 

Un peu de contexte

A partir des années 1950 et pour la vingtaine d’année qui va suivre, l’espace est un sujet qui passionne autant les foules que les experts. Il faut dire que l’exploration spatiale (et notamment la conquête lunaire) était un enjeu majeur de la guerre froide. En effet, le bloc américain et le bloc soviétique se faisaient la guerre par procuration, en essayant de démontrer leur supériorité technologique via leur exploits spatiaux.

En 1960, le légendaire astronome Frank Drake lance le projet OZMA, qui donnera lui-même naissance au projet SETI. L’objectif ? Ecouter le ciel, dans le but de détecter de potentiels signaux extra-terrestres. Cela se fera à l’aide d’un radiotélescope, permettant de détecter les ondes émises dans l’espace.

Cependant, ce radiotélescope ne sera pas calibré n’importe comment. Il sera en effet placé sur ce qu’on appelle la « Raie à 21 centimètres ». Pourquoi ? Parce-que le rayonnement électromagnétique produit à cette longueur d’onde est celui qui passe le mieux à travers l’hydrogène.

L’hydrogène étant l’élément le plus présent dans l’univers, il est logique de s’attendre à capter des signaux extra-terrestres sur cette longueur d’onde précise. Et la fréquence permettant à l’hydrogène de faire le mieux passer un message longue distance est celle-ci : 1420.405751786 MHz (mégahertz).

Après des mois d’écoute, Frank Drake n’entend toujours rien laissant présager une potentielle vie extraterrestre. Mais le projet passionne tout de même la communauté scientifique, qui lancera le Projet SETI (Search for Extra-Terrestrial Intelligence). Et la nuit du 15 août 1977, le radiotélescope « Big Ear », placé dans de l’Etat de l’Ohio, captera un signal qui restera dans les mémoires… 

Réception du « Signal Wow »

Pour être un peu plus précis, Big Ear n’enregistrait pas les signaux de l’espace à proprement parler. Mais plutôt leur intensité. C’est ainsi que le 15 août 1977, tandis que le radiotélescope « écoute » le ciel, une étrange fréquence est détectée. A 22h15, la machine s’affole. L’intensité du signal explose pendant 72 secondes et sera notée sur le relevé de ces écoutes.

Lorsque l’astrophysicien Jerry R. Ehman constate cela, il entoure les données en rouge et inscrit sur le diagramme trois lettres devenues cultes : « Wow ».

Signal Wow! — Wikipédia

72 secondes de signal, pour des décennies de doutes…

Lors de la réception de ce signal, Jerry Ehman est perplexe. Après tout, ne serait-ce pas une interférence venue tout simplement de chez nous ? Cela reste possible, mais il y a très peu de chances. 

Après tout, cette fréquence n’est utilisée par aucun type d’émetteur terrestre. Il existe même un accord international bannissant cette fréquence de tout usage civil ou militaire. Pourquoi ? justement pour que les scientifiques puissent écouter le ciel tranquillement.

En outre, ce signal est précisément ce que l’on est en droit d’attendre d’un potentiel signal artificiel. il a en effet été émis sur la Raie à 21 centimètres évoquée ci-dessus. Et jusqu’à aujourd’hui, on ne connait aucun phénomène naturel pouvant émettre un signal de façon aussi ciblée. Pourtant, voilà plusieurs décennies qui les scientifiques tentent de trouver une explication à ce phénomène. Mais jusqu’à maintenant, toutes les pistes ont été écartées.

La piste du bug

Et s’il s’était tout simplement agit d’un bug de Big Ear ? Après tout, le « Signal Wow » pourrait tout simplement être un problème de fonctionnement très temporaire du radiotélescope. Mais rien ne laisse entendre qu’un dysfonctionnement ait eu lieu. Et d’ailleurs, cela ne s’est jamais reproduit.

Interférence humaine

Cela a fait débat pendant de très nombreuses années. Mais le consensus actuel semble pencher vers une origine non-humaine. Au delà du fait que la fréquence soit bannie par un accord international, pour émettre la même courbe que ce signal, il faudrait être très éloigné dans l’espace.

Certains ont alors émis l’hypothèse d’un satellite, mais rien de semblable n’a été répertorié. Alors un satellite espion ? Pourquoi pas, après tout la période y était propice… Mais là encore, rien ne laisse entendre que ça ait pu être le cas.

Un pulsar ?

Un pulsar est une étoile à neutron tournant à une vitesse folle sur elle-même, émettant ainsi des signaux réguliers qui peuvent sembler artificiels. Le premier fut découvert en 1967 et justement, on avait cru à l’époque à un signal extraterrestre. Sauf qu’aucun pulsar n’a été détecté à cette époque dans cette partie du ciel. De plus, les signaux émis par les pulsars durent généralement une fraction de seconde, là où le « Signal Wow » a duré 72 secondes…

https://www.sciencesetavenir.fr/assets/img/2019/08/19/cover-r4x3w1000-5d5ac052b0146-pulsar.jpg

Une comète ?

L’origine cométaire du « Signal Wow » a été (et est toujours) au cœur de houleux débats parmi la communauté scientifique. En 2015, Antonio Paris, professeur d’astronomie, développe une hypothèse selon laquelle deux comètes seraient passées dans le ciel, dans le champ d’action de Big Ear lors de cette fameuse nuit. Ces 2 comètes qui n’ont été découvertes qu’en 2006 et 2008, étaient donc inconnues à l’époque. Antonio Paris suppose et affirme même que le « Signal Wow » proviendrait en fait de l’hydrogène de ces comètes.

Mais malgré cette affirmation, de nombreux astronomes s’élèvent contre cette théorie, la jugeant peu voire pas du tout crédible. L’astronome Jacques Crovisier réfutera même de façon très explicite cette hypothèse en déclarant ceci :

« Je me suis replongé dans les éphémérides des deux comètes évoquées par Paris pour expliquer « Wow! » (266P/Christensen et P/2008 2 Gibbs).  Et comme l’a noté Robert Dixon, leurs positions le 15 août 1977 ne correspondent pas à celle du Signal Wow ! (Ni d’ailleurs à celles que donne Paris dans son premier article…) »

Il ajoutera même sans détour :

« L’hypothèse d’Antonio Paris n’est absolument pas crédible […] Il faudrait qu’elles soient des milliers de fois [ndlr : les comètes] plus brillantes à cette longueur d’onde pour pouvoir rendre compte du Signal Wow. »

Cette hypothèse a donc beau être l’une des plus médiatisées, elle ne fait absolument pas consensus… Mais alors d’où ce signal pourrait-il venir, s’il s’avère être naturel ?

Un phénomène céleste inconnu

Et si le « Signal Wow » était un phénomène naturel que nous n’avons pas encore découvert ? Après tout, nous n’avons fait qu’effleurer la surface des connaissances concernant l’immensité de l’espace. Et plus de 40 ans après la réception de ce signal, nous avons découvert de nombreux phénomènes stellaires alors inconnus… Il se pourrait donc bien que cela soit tout simplement quelque chose de naturel que nous découvrirons dans les décennies à venir.

Mais si tous les phénomènes naturels connus ont été balayés par la communauté scientifique, ne faudrait-il pas se tourner vers une autre possibilité ? La possibilité d’un signal artificiel ?

Le « Signal Wow » : un message venu d’une civilisation extraterrestre ?

Parler d’extraterrestres, c’est le meilleur moyen de passer pour un illuminé. Et il faut dire qu’avec toutes les hypothèses farfelues qui circulent sur internet, il y a de quoi vite se méfier… Mais le « Signal Wow » est différent. Car il est un cas très rare voire même unique, où la communauté scientifique se penche de façon très sérieuse sur la piste extraterrestre. 

Déjà, Le « Signal Wow » est très précisément ce que l’on est en droit d’attendre d’un message venu d’une autre civilisation. Notamment de par la fréquence sur laquelle il fut émis. La Raie à 21 centimètres de l’hydrogène est justement celle permettant aux message de traverser l’univers sur de très longues distances. Et le fait qu’aucun objet céleste connu ne puisse émettre à cette fréquence renforce l’hypothèse du signal artificiel.

Mais si ce message vient effectivement d’une autre civilisation, pourquoi n’avons nous rien entendu de similaire depuis ? Plusieurs explications pourraient être crédibles :

  • Ce message pourrait n’avoir été destiné à personne en particulier. Après tout, la planète Terre envoie en permanence des signaux radios qui ne sont qu’à notre intention.
  • A l’inverse, ce message aurait pu être destiné à un endroit très précis de l’espace. On peut alors imaginer deux civilisations communiquant entre-elles et dont nous avons capté un message par le plus grand des hasards.
  • Ou bien peut-être ce message était-il destiné à nous ou à n’importe quelle civilisation vivant dans la galaxie. Nous avons nous-même envoyé plusieurs message aux confins de l’espace pour tenter d’être découverts par une autre civilisation. Et rien n’empêche une potentielle autre civilisation d’en faire autant.

Toutefois, bien que l’hypothèse extraterrestre laisse rêveur, elle n’a encore pas été confirmée. Et il y a d’ailleurs peu de chances pour qu’elle le soit un jour, puisqu’aucun signal semblable n’a pour l’instant été détecté, malgré tous les efforts des scientifiques. Toutefois, cet indice étant l’un des plus probants concernant la potentiel vie extraterrestre, rien ne nous empêche de continuer à chercher et à rêver…

Et vous alors ? Croyez-vous que nous soyons seuls dans l’univers ? Ou pensez-vous que d’autres civilisations n’attendent que d’être découvertes ? 

 

A lire également – 5G : utilité, dangers, infos, intox… Ce qu’il faut savoir

 

Sources :

 

Pour aller plus loin avec le « Signal Wow », vous pouvez également consulter les passionnantes vidéos d’Astronogeek et de DidiChandouidoui ci-dessous 

 

 

The following two tabs change content below.

Robin Uzan

Journaliste, photographe et réalisateur indépendant, écrire et gérer Cultea est un immense plaisir et une de mes plus grandes fiertés.
Précédent

Nous avons des nouvelles du tant attendu « Avatar 2 » !

« Scream 5 » se voit freiné dans son tournage par l’épidémie de Covid-19

Suivant