« Hantise » (1999) : un film idiot ou un long-métrage avant-gardiste ?

| |

Dans la catégorie des films d’épouvante à gros budget ratés, nous appelons à la barre Hantise (1999) ! Remake du classique de Robert Wise La Maison du diable, lui-même adapté d’un livre de Shirley Jackson, le film n’a pas laissé un impact très positif dans l’histoire du cinéma. Pourtant, derrière sa multitude de défauts se cache une production plus que rocambolesque !

Une histoire déjà portée à l’écran

S’il y a quelque chose d’essentiel au succès d’un film d’épouvante, c’est bien son ambiance, propice à susciter l’angoisse, avec le moins d’artifices possible. La première adaptation du roman de Shirley Jackson, La Maison du diable, fut en son temps une véritable claque visuelle qui atteignit admirablement bien cet objectif.

Robert Wise proposa avec La Maison du diable en 1963 une adaptation du roman de Jackson devenue culte - Cultea
Robert Wise proposa en 1963 une adaptation du roman de Jackson devenue culte.

Cette œuvre essentielle du genre fantastique parvient encore aujourd’hui à plonger les spectateurs dans l’angoisse et la démence. Et ce, sans jamais clairement montrer à l’écran le moindre spectre ou phénomène paranormal !

Plus de 35 ans après ce tour de force signé Robert Wise (Planète interdite, La Guerre des mondes), un remake permit au public de pénétrer à nouveau dans les sombres intérieurs de Hill House… Ce projet passa entre quantités de mains, avant d’aboutir au résultat connu aujourd’hui.

Les acteurs du film "Hantise" (1999) - Cultea
Lili Taylor (Nell), Catherine Zeta-Jones (Théo), Liam Neeson (Dr. Marrow) et Owen Wilson (Luke).

Synopsis : Afin d’étudier la peur, le Dr. Marrow invite trois cobayes à passer la nuit au cœur de la demeure de Hill House. Dès leur arrivée, Nell, Théo et Luke sont confrontés à une sinistre présence dans ces lieux… qui ne tarde pas à se manifester à la tombée de la nuit…

Une maison hantée passée entre plusieurs mains

Ayant plusieurs fois cité le roman original de Shirley Jackson comme l’un de ses favoris, le maître du suspense, Stephen King, rédigea le premier jet de cette nouvelle adaptation dès qu’elle fut prévue. Malgré tout, les studios, peu convaincus du résultat, préférèrent se dispenser des services de l’écrivain. Cela n’empêcha pas King de retravailler son manuscrit, aboutissant en 2002 à la minisérie à succès Rose Red.

Avec Rose Red, Stephen King put rendre hommage à l'un de ses romans favoris - Cultea
Avec Rose Red, Stephen King put rendre hommage à l’un de ses romans favoris.

Du côté de la mise en scène, on a vu défiler plusieurs grands noms de l’horreur. L’un des plus marquants est sans conteste celui de Wes Craven qui, alors appuyé par Dimension Films, finit par abandonner le projet pour tourner Scream (1996).

Une autre figure souvent oubliée de la production de Hantise est celle de Steven Spielberg. Le réalisateur que l’on ne présente plus fut fortement impliqué dans le film. Son absence au générique ainsi que dans la promotion du film est largement imputable à sa « gêne » face au produit final. En effet, son mécontentement fut tel que de nombreuses rumeurs prétendent que Spielberg aurait essayé d’arranger le film en post-production, via des reshoots.

Seuls quelques magazines datant d'avant la sortie de Hantise ont présenté le film comme un projet de Steven Spielberg - Cultea
Seuls quelques magazines datant d’avant la sortie de Hantise ont présenté le film comme un projet de Steven Spielberg.

Finalement, Hantise débarqua sur nos écrans en juillet 1999, quasi unanimement lynché par la critique. Et malheureusement, on ne peut leur reprocher d’avoir manqué d’honnêteté…

Une démo technique, plus qu’un digne remake

Le principal reproche fait au film, encore aujourd’hui, réside dans sa profonde absence d’angoisse. Mis à part un premier tiers plus subi, tendu et maîtrisé, le film tombe vite dans les travers de son réalisateur, Jan de Bont. Principalement connu pour avoir réalisé des films à grand spectacle tels que Speed (1994) ou Twister (1996), le spécialiste de l’action reste conforme à ses habitudes.

L'utilisation outrancière d'effets spéciaux empêche le film "Hantise" de devenir réellement effrayant - Cultea
L’utilisation outrancière d’effets spéciaux empêche le film de devenir réellement effrayant.

De ce fait, les fantômes et phénomènes paranormaux, simplement suggérés dans le film de 1963, s’affichent à l’écran toutes les dix minutes. Statues qui s’animent, mains qui émergent des murs, spectres en 3D interagissant avec les comédiens et autres manifestations surnaturelles finissent par plonger le film dans le grand-guignolesque. De plus, la surutilisation d’effets spéciaux numériques (vieillis) participe à changer ce qui aurait dû être une immersion dans la terreur, en un simple tour dans une attraction de fête foraine.

Mention spéciale au dénouement du film, voyant Nell (Lili Taylor) renvoyer en enfer l’entité maléfique avec le pouvoir de l’amour. Ce climax (assez gênant) est d’ailleurs fortement imputé à des reshoots, comme expliqué par Jan de Bont au magazine Entertainement.

Difficile de garder son sérieux devant le final grand-guignolesque du film Hantise - Cultea
Difficile de garder son sérieux devant le final grand-guignolesque du film Hantise.

« On a ajouté de nouveaux plans avec les esprits des enfants au cours des reshoots. »

Au final, ce trop-plein d’artifices fait encore aujourd’hui de Hantise un nanar à plus de 80 millions de dollars. Néanmoins, de cet échec critique, il nous reste quelques points à sauver. On peut notamment citer une photographie, une musique et des décors à couper le souffle, tous plus angoissants que le film en lui-même.

Pourtant, si Hantise a recyclé les clichés et tendances de son temps, il lui reste un point assez singulier pour l’époque

Hantise, le premier blockbuster LGBT de l’histoire ?

En dehors de son impressionnant budget pour un film d’épouvante, Hantise avait un autre aspect assez avant-gardiste. Le film peut en effet être considéré comme le tout premier « blockbuster » et film fantastique comportant un personnage principal non hétérosexuel, ainsi qu’un couple lesbien.

Cette scène de pédicure intimiste/flirt, présente dans le script, sera finalement coupée du film Hantise - Cultea
Cette scène de pédicure intimiste/flirt, présente dans le script, sera finalement coupée du film Hantise.

Ce label peu orthodoxe provient de la relation entre Nell et Théo dans le remake. Cependant, une bonne partie des scènes mettant en avant l’attirance mutuelle des jeunes femmes s’est vue écartée de la version finale. On peut par exemple citer une séquence de flirt, coupée à la dernière phase du montage… Prétendument pour conserver un classement PG-13. Lili Taylor (Nell) s’exprimait d’ailleurs sur ce sujet en 1999.

« Ca ne me surprend pas qu’on ait coupé ça, ça ne paraissait pas très essentiel pour l’histoire de toute façon. »

Ces coupes de la part des studios, parfois qualifiées d’auto-censure, étaient déjà imposées à d’autres films de l’époque. Par exemple, l’année précédant la sortie de Hantise voyait les studios Dimension Film changer les relations bisexuelles des protagonistes de Studio 54 en simples rapports hétérosexuels, via une série de reshoots.

Le film Studio 54 témoigne lui aussi d'un certain puritanisme hollywoodien des années 1990 - Cultea
Le film Studio 54 témoigne lui aussi d’un certain puritanisme hollywoodien des années 1990.

Il est assez intéressant de constater que, malgré ces coupes, Hantise parvient à conserver une dynamique de couple entre ses deux personnages principaux. À vrai dire, en dépit de son âge, le film est beaucoup plus décomplexé dans cette approche que d’autres blockbusters modernes jouant la carte de la diversité sexuelle. On pourra citer comme exemples Jurassic World: Fallen Kingdom, Thor Ragnarök ou Birds of Prey, ayant tous filmé et supprimé de leurs montages des séquences supposant l’homosexualité/bisexualité de divers personnages.

Des coupes ultérieures

Un autre moment écarté de Hantise prenait la forme d’un épilogue plus poétique que celui de la version finale. Celui-ci montrait Théo revenir à Hill House, plusieurs mois après les événements du film, tentant de communiquer avec l’esprit de Nell.

Dans un épilogue inédit de Hantise, Théo devait revenir de jour à Hill House, à la recherche de Nell - Cultea
Dans un épilogue inédit de Hantise, Théo devait revenir de jour à Hill House, à la recherche de Nell.

Dans leur ensemble, toutes les scènes coupées de Hantise n’ont, à ce jour, jamais été rendues publiques. L’échec du film a sans doute contribué à cela.

De telles coupes sur la sexualité de Théo furent déjà imposées au film original (La Maison du diable). Finalement, il faudra attendre l’adaptation Netflix de 2018 pour que soit intégré explicitement cet aspect intimiste écarté des versions antérieures.

Aujourd’hui, plus de 20 ans après son apparition en salles, Hantise a de quoi laisser circonspects. Produit bancal d’un réalisateur en roue libre ou œuvre plus novatrice qu’elle n’y paraît, la question reste toujours en suspens.

Hantise – Bande-annonce

 

Sources :

 

À lire également : Cursed, un bon gros désastre horrifique à l’hollywoodienne

The following two tabs change content below.

Axel Juin

Etudiant en communication, passionné de journalisme, ouvert à diverses variétés de cultures et sujets. Intéressé par l'histoire, le cinéma, le folklore moderne et plus ancien ainsi que les sciences en tout genres.
Précédent

Néron a-t-il vraiment provoqué le grand incendie de Rome ?

« Star Wars » : Mace Windu peut-il revenir dans « The Mandalorian » ?

Suivant

1 réflexion au sujet de « « Hantise » (1999) : un film idiot ou un long-métrage avant-gardiste ? »

Laisser un commentaire