Amsterdam : une église cachée, vestige de l’interdiction du culte catholique

Amsterdam : une église cachée, vestige de l'interdiction du culte catholique

A défaut de pouvoir franchir les frontières françaises pour l’instant, Cultea vous emmène aujourd’hui en voyage. Nous allons découvrir un recoin méconnu de la célèbre Amsterdam ! En effet, c’est en plein cœur du non moins célèbre Quartier Rouge que se trouve un lieu secret. Ce lieu est une église clandestine.

Celle-ci fut construite dans les trois derniers niveaux d’une maison typique. Mais pourquoi est-elle cachée ? Sur fond de tensions religieuses au XVIIe siècle, découvrons ensemble ce lieu peu commun.

Une intolérance du culte catholique

Tout d’abord, un peu d’histoire.

En effet, pour comprendre tous les enjeux de cette église dans le grenier, il faut revenir aux sources de son histoire. A partir du XVIe siècle, avec l’apparition du protestantisme, l’Europe entière est traversée par de très graves crises. Ce sont les Guerres de Religion. Celles-ci ont déchiré l’Europe du XVIe siècle au XVIIIe siècle. Divisant des nations entières, ce furent des conflits particulièrement meurtriers. En France l’épisode le plus connu est évidemment le Massacre de la Saint Barthélémy.

Aux Pays-Bas, il y a aussi eu plusieurs épisodes de conflits. Dès l’arrivée du protestantisme dans ces terres septentrionales, il connait un certain essor. Malheureusement, c’est l’Empereur Charles Quint qui gère ces provinces. Il décide de n’autoriser que le catholicisme et déclenche une Inquisition contre les protestants. De nombreux soulèvements en découlent. Essentiellement durant le règne de son fils, Philippe II. Des nobles demandent à Philippe II d’assouplir sa politique, mais il refuse et répond à la violence par la violence.

Cependant, ces répressions déclenchent en 1566 la Révolte des Gueux. Guidés par Guillaume d’Orange, les révoltés demandent la liberté de culte. Celle-ci débouche sur la Guerre de Quatre-Vingts Ans. Une guerre qui opposa les provinces des Pays-Bas à la monarchie espagnole.

Dans la province de Hollande dont Amsterdam fait partie, le catholicisme est tout simplement interdit au profit du protestantisme dès 1573. A la fin du XVIIe siècle, il sera de nouveau toléré mais le culte devra rester invisible. C’est à ce moment que l’histoire de l’église dans le grenier commence.

Façade de la maison où se trouve l’église cachée.

Amsterdam : pratiquer son culte caché

A Amsterdam, le culte catholique doit donc rester dissimulé. En effet, celui-ci étant interdit, les fidèles trouvent d’autres moyens de pratiquer. Cela passe par la création d’églises invisibles de l’extérieur. En effet, on les édifie à l’intérieur de maisons traditionnelles.

Dans la ville, on en trouve ainsi plusieurs, dissimulées dans les maisons bourgeoises. Elles sont toujours invisibles de la rue. En 1887, on autorise le culte catholique de nouveau et on construit la grande église Saint-Nicolas . Toutes les églises clandestines n’ont alors plus lieu d’être. Cependant, on décide de conserver une église en particulier. Celle-ci, se visite comme un musée depuis 1888, ce qui en fait le musée le plus ancien d’Amsterdam, après le Rijksmuseum.

« Notre Seigneur au Grenier »

L’église conservée se nomme aujourd’hui « Ons’ Lieve Heer op Solder » , littéralement, « Notre Cher Seigneur au Grenier » . Le musée regroupe trois maisons bourgeoises et raconte l’histoire du catholicisme à Amsterdam. Il est possible d’y voir des pièces reconstituées comme au XVIIe siècle, ainsi que la cellule du prêtre.

Le point d’orgue de la visite réside dans l’ascension d’un tout petit escalier qui mène à une vraie église de grande dimension. En effet, elle pouvait accueillir jusqu’à 150 fidèles ! L’église occupe les trois derniers étages de la maison. Elle possède tout d’une église habituelle, : une nef avec des sièges pour les fidèles, deux niveaux de galeries, un autel… Son air de théâtre à l’italienne lui rajoute un charme supplémentaire. Mais surtout, elle est absolument invisible depuis l’extérieur, même aujourd’hui. Cette église fut construite entre 1661 et 1663.

Amsterdam
Intérieur de l’église dans le grenier.

Cet édifice est un véritable joyau au cœur d’un quartier extrêmement touristique. De plus, sa position est intéressante. En effet, il se trouve le long du canal Oudezijds Voorburgwal. C’est le long de ce canal que se situe la plus vieille église de la ville, Oude Kerke. Non loin, de l’autre côté de l’église dans le grenier se trouve l’église Saint Nicolas, construite après les conflits.

Ce sont donc trois périodes du catholicisme à Amsterdam qu’il est possible de découvrir en très peu de temps. D’ailleurs, il est possible de voir les deux églises par les fenêtres de l’église clandestine, de part et d’autre de l’autel.

Si vous visitez Amsterdam, n’hésitez donc pas à vous rendre dans ce musée. En effet, Il vous apportera du calme au cœur du bouillonnant Quartier Rouge. Ainsi que la découverte d’un lieu méconnu chargé d’histoire. 

 

Sources :

3 Replies to “Amsterdam : une église cachée, vestige de l’interdiction du culte catholique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *