Wilma Rudolph : une ancienne paralysée devenue triple championne olympique !

Wilma Rudolph : une ancienne paralysée devenue triple championne olympique ! - Cultea

Rien ne prédestinait Wilma Rudolph à devenir la première Américaine triple médaillée d’or aux Jeux olympiques. En effet, enfant, elle perd l’usage de sa jambe gauche à la suite d’une maladie. Les médecins sont catégoriques : elle ne marchera plus jamais. Pourtant, la future athlète refuse de s’avouer vaincue et, après un long combat, elle va même devenir une légende !

Véritable légende vivante oubliée, Wilma Rudolph a réuni toute sa volonté pour donner tort à ses médecins. Entourée de sa famille, elle parviendra à surmonter les obstacles que lui impose la vie, jusqu’à arriver au sommet de la gloire. Par ailleurs, son histoire deviendra une véritable inspiration pour les jeunes athlètes afro-américaines de l’époque.

L’enfance de Wilma Rudolph

Une santé déclinante

La jeune Wilma naît prématurément le 23 juin 1940, dans le nord du Tennessee aux Etats-Unis. C’est la vingtième d’une fratrie de vingt-deux enfants. Son père est porteur de bagages et sa mère est domestique. Si elle voit le jour dans une famille aimante et soudée, l’enfance de Wilma sera néanmoins parsemée de problèmes de santé. Alors âgée de quatre ans, elle est atteinte d’une double pneumonie et contracte également la scarlatine. Une poliomyélite s’ajoute également à la liste, menaçant l’enfant de perdre l’usage de sa jambe gauche.

A cette époque, la ségrégation raciale sévit aux Etats-Unis et Wilma ne peut être soignée dans n’importe quel hôpital. Elle doit alors se rendre à Nashville pour être soignée. Les médecins acceptent de traiter les Afro-Américains, contrairement à ceux de l’hôpital de sa ville. Ainsi, elle se retrouve à se déplacer deux fois par semaine là-bas pour être soignée. Cependant, les médecins sont clairs : à cause de sa polio, elle ne pourra plus jamais marcher. Pourtant, la jeune Wilma se passera de leur avis médical.

« Mon docteur m’a dit que je ne pourrais plus jamais marcher. Ma mère m’a dit que j’en serai capable. J’ai fait confiance à ma mère. »

Wilma Rudolph

Un soutien considérable

A la maison, sa famille est d’un soutien considérable pour la petite fille. Désormais, elle porte une attelle et doit se faire masser quotidiennement. Ses frères et sœurs lui prêtent volontiers main-forte. Elle n’a jamais abandonné son rêve de remarcher un jour. Par ailleurs, elle parcourt toutes les semaines les 80 kilomètres séparant son foyer de l’hôpital à pied. Grâce à cela, sa condition s’améliore petit à petit et, à neuf ans, elle abandonne les attelles pour de bon – elle qui a toujours cherché à s’en débarrasser.

« J’ai passé le plus clair de mon temps à chercher comment retirer mes attelles. Quand vous êtes issus d’une famille formidable, il y a toujours un moyen de parvenir à ses fins. »

Désormais âgée de onze ans, Wilma marche – elle court même ! Elle court vite et saute, également. Grande et rapide pour son âge, Wilma Rudolph se tourne alors vers le sport. Elle intègre l’équipe de basket de son école et se fait rapidement repérer par les entraîneurs. Elle intégrera même l’équipe de l’Etat du Tennessee. Ed Temple la prend d’ailleurs sous son aile. Ce faiseur de championnes olympiques, stupéfait par le talent de la jeune sportive, compte bien la faire grimper sur le podium.

Une carrière à l’effigie de tous ses efforts

Wilma Rudolph, triple médaillée d’or !

En 1958, Wilma Rudolph rejoint les « Tigerbelles » de l’Université du Tennessee. Deux ans plus tard, elle réalise son premier record mondial en courant le 200 mètres en moins de 23 secondes. Elle se fait dès lors un peu de place dans le monde de l’athlétisme. Une occasion pour elle de se faire un nom avant sa performance légendaire des Jeux olympiques de Rome, la même année. De fait, Wilma Rudolph, aux couleurs des Etats-Unis, devient championne olympique dans trois disciplines : le 100 mètres, le 200 mètres et le relais en 4×100 mètres.

Wilma Rudolph remporte le 100 mètres des Jeux olympiques de Rome - Cultea
Wilma Rudolph remporte le 100 mètres des Jeux olympiques de Rome.

La presse italienne la surnomme alors la « gazelle noire », tandis que le monde entier a les yeux rivés sur Wilma, dès lors considérée comme la femme la plus rapide du monde. De plus, sa performance lui vaut également le surnom « la tornade ». Plus surprenant encore, elle a réalisé son exploit avec une cheville bandée ! En effet, la jeune championne olympique avait marché dans un trou à l’entraînement précédant l’épreuve. Du haut de ses vingt ans, de son enfance à la santé difficile, Wilma Rudolph a bravé les obstacles et s’est imposée en championne, ce jour-là.

Une athlète devenue une icône inspirante

Bien évidemment, son exploit la projettera sous les feux des projecteurs. Wilma Rudolph, triple médaillée d’or à 20 ans, devient une véritable star. De fait, elle devient la sportive la plus célèbre de son époque. De plus, en 1961, elle est la première femme invitée à jouer aux jeux de Millrose, uniquement réservés aux hommes jusque-là. Cela invite de nombreuses sportives, notamment afro-américaines, à se lancer également dans le sport.

« Wilma a posé les fondations pour toutes les femmes qui voulaient devenir de grandes athlètes. »

Jackie Joyner-Kersee, championne d’heptathlon

« Elle a montré que c’était normal pour une femme d’être puissante, noire et belle. »

Benita Fitzgerald, championne olympique

Wilma raccrochera ses pointes en 1962 et consacrera le reste de sa vie aux autres. Trop satisfaite de son record de triple championne olympique, la jeune athlète craignait de ne plus retrouver cette sensation de satisfaction. De fait, elle ne se présentera plus aux Jeux olympiques pour remettre son titre en jeu. De plus, cette pratique sportive ne peut pas la faire vivre. Ainsi, elle se tournera vers l’éducation des jeunes sportifs et créera une association à son nom. Cette dernière est destinée à aider la jeunesse et, surtout, celle issue des minorités.

La triple championne olympique à la carrière emblématique d’une légende décédera en 1994. Elle fut une pionnière des femmes dans le sport et a laissé une trace indélébile dans l’histoire américaine des Jeux olympiques. Si son histoire n’est pas très connue, elle fut tout de même une source d’inspiration pour beaucoup. Son parcours épineux l’a conduite à devenir l’une des figures les plus importantes de son époque. Wilma Rudolph est, de fait, une véritable légende.

 

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.