Site icon Cultea

Teddy Bear, un nom qui fait référence à un président des États-Unis

Rhéodore Roosvelt refuse de tuer un ourson

L’ours en peluche est l’un des premiers cadeaux que l’on fait à un enfant. Chaleureux, rassurant, doux… Il a tout pour plaire. Mais saviez-vous que Teddy Bear, un des nombreux noms que l’on utilise pour caractériser ladite peluche, est lié à l’un des présidents des États-Unis ? Il s’agit en effet d’une référence au 26ème président, Théodore Roosevelt, qui avait pour surnom Teddy.

Une journée de chasse mémorable pour Teddy

Pour avoir établi son propre ranch et son propre élevage dans l’État du Dakota du Nord, on peut dire que Théodore Roosevelt entretenait un lien spécial avec la nature.

Amateur de chasse, le président des États-Unis s’adonne à nombreuses parties. En 1902, il se trouve au Mississippi pour couvrir un enjeu politique : la question des frontières entre le Mississippi et la Louisiane. Il en profite alors pour faire une journée de chasse. Cette dernière s’avère être bredouille. Théodore n’a rien trouvé lors de sa battue.

Les rabatteurs qui l’accompagnaient décident alors d’attacher un ourson  blessé à un arbre. L’idée était de satisfaire le président, afin qu’il puisse repartir avec un trophée de chasse. Malheureusement pour les rabatteurs et heureusement pour l’ourson, l’effet que cela a eu sur Théodore n’a pas été celui escompté. Théodore Roosevelt entre dans une colère noire. Il trouve l’acte anti-sportif, cruel et outrageant. Il ordonne alors la libération de l’animal.

Un acte reprit par la presse, qui lance la production  d’ours en peluche

Un caricaturiste du nom de Clifford Berryman suit le cortège présidentiel. Naturellement, il assiste à la scène et à l’humanité dont a fait preuve Théodore Roosevelt.

Il décide alors d’immortaliser le moment. Il crée un dessin qui représente le président, refusant d’abattre l’ourson tenu par un des rabatteurs. Sur le dessin, il écrit la phrase suivante : « Drawing the line in Mississippi », qui signifie en français « En traçant la frontière sur le Mississippi ». La caricature est massivement reprise dans la presse. Tout le monde prend ainsi connaissance de l’acte de Roosevelt.

Caricature de Berryman qui représente Théodore refusant d’abattre l’ourson, 1902 (source : Wikipédia)

Un émigré russe, Morris Michtom, tombe sur le dessin en question. Cela lui donne une idée. Avec sa femme, il tient un magasin de confiseries qui propose aussi la vente de petits jouets, tous confectionnés par sa femme. Il décide alors de créer, en 1903, un ours en peluche. Il demande au président s’il peut l’appeler par le surnom de ce dernier : Teddy. Roosevelt accepte. C’est ainsi qu’est né le Teddy Bear que l’on connaît tous aujourd’hui.

Un Teddy Bear installé à coté de Théodore Roosevelt (source : France Inter)

Pour ce qui est du couple Michtom, les ours se sont tellement bien vendus, que ce dernier a pu ouvrir une entreprise : Ideal Novelty and Toy Co. Cette société est notamment connue pour avoir commercialisé le Rubik’s Cube.

Le hasard fait que, au même moment en Allemagne, une femme nommée Margarete Steiff a la même idée que le couple Michtom. Elle crée alors son propre ours en peluche qu’elle baptise « Friend Petzy ». Ce dernier connaît le même succès que celui proposé par le couple américain. 

 

Source :

Quitter la version mobile