L’histoire du Monopoly, un jeu anticapitaliste ?

L'histoire du Monopoly, un jeu anticapitaliste ? - Cultea

Dans les boîtes de Monopoly, on a longtemps pu lire que le jeu avait été inventé par Charles Darrow dans les années 30 lors de la Grande Dépression. Il aurait alors présenté l’idée à Parker Brothers et serait devenu millionnaire. L’histoire est cependant un peu plus compliquée que cela.

Le jeu de plateau le plus connu du monde a en réalité une histoire plutôt chaotique. Si, aujourd’hui, il semble faire l’apologie de la monopolisation des richesses, il semble qu’il ait été pensé autrement à l’origine.

Origin story du Monopoly

Nommée Jeu du propriétaire, la première version du Monopoly est créée en 1904 par Elizabeth Magie. Cette progressiste américaine pense un jeu de plateau dénonçant les abus capitalistes de l’époque. Les trusts américains de Rockfeller dans le pétrole ou Carnegie dans l’acier étaient au tournant du XXe siècle un exemple criant de monopolisation des richesses. Grâce à son père James Magie, Elizabeth découvre les travaux de l’économiste Henry George. Son livre majeur, Progress and Poverty, est une œuvre dite progressiste ; son auteur essaye d’y montrer l’importance du fardeau fiscal et préconise de faire payer plus de taxes aux riches propriétaires fonciers.

Inspirée, Elizabeth Magie décide d’en faire un jeu à double visage. D’une part, elle crée une version « capitaliste », et d’autre part, une version « anti-monopolistique ». Si la version capitaliste est plus ou moins celle que l’on connaît aujourd’hui, la version anti-monopolistique permet à tous les joueurs de s’enrichir via un pot commun. Charles Darrow ne présentera plus tard que la première version à Parker Brothers. Le jeu commence alors à se diffuser lentement aux États-Unis ; on y joue dans les cercles universitaires de la côte Est et dans quelques foyers.

"The Landlord's game", ou "Jeu du propriétaire" - Cultea
« The Landlord’s game », « Jeu du propriétaire »

Monopoly, ou le vol de Charles Darrow

Originaire de Philadelphie, Charles Darrow a 40 ans lorsque la crise économique de 1929 éclate. À présent au chômage, il va faire tout son possible pour parvenir à gagner de l’argent. Il découvre grâce à un ami le Jeu du propriétaire. Jeu de plateau circulaire, cette version a déjà des noms de rues connues d’Atlantic City. Il contient également les cases « parc gratuit » et « allez en prison », encore présentes sur les versions actuelles.

Darrow décide de proposer le jeu à Parker Brothers en le modifiant légèrement, fixant les prix des propriétés. En plus des discussions avec Charles Darrow, la société Parker Brothers rachète deux jeux à Elizabeth Magie. Celle-ci pense voir le Jeu du propriétaire se développer, mais Parker Brothers ne répond pas à ses attentes. À la place, la société d’édition commercialise le jeu de Darrow dès 1935. Un brevet est déposé pour le Monopoly la même année, alors que le Jeu du propriétaire était breveté depuis 1904.

La redécouverte de Magie

Charles Darrow et Parker Brothers, devenus millionnaires, obtiennent la paternité du jeu dans la conscience commune. Dans les années 70, les règles du jeu content même l’histoire de Darrow, chômeur qui aurait inventé le jeu après la grande crise de 1929.

C’est en 1973 que Ralph Anpasch, professeur d’économie, va redécouvrir la vraie histoire de la création du jeu. Il s’engage dans une lutte judiciaire contre la société Parker Brothers qui tente d’interdire la commercialisation de son jeu Anti-Monopoly. C’est lors de ces poursuites qu’il se rend compte dans un premier temps que le jeu Monopoly a un ancêtre créé par Magie, mais aussi que son propre jeu a déjà existé sous une autre forme. Il gagne finalement la bataille devant la Cour Suprême des États-Unis au bout de 10 ans et aide à la diffusion de ce qu’il appelle « le mensonge Monopoly ».

Flouée, la talentueuse Elizabeth Magie ne parviendra à obtenir que 500 dollars de la commercialisation de son jeu (entre 8 000 et 16 000 $ aujourd’hui). Charles Darrow ne sera quant à lui jamais inquiété et sera considéré toute sa vie comme le créateur du jeu à succès.

 

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *