L’avenir de l’e-sport est plus incertain que jamais chez Nintendo

L'avenir de l'e-sport est plus incertain que jamais chez Nintendo

Dans un communiqué du 24 octobre 2023, le groupe Nintendo a annoncé de grands changements concernant les règles qui encadrent les tournois e-sport. Des restrictions qui risquent de compromettre l’avenir des compétitions internationales.

La centralisation du contenu Nintendo

Le groupe Nintendo est un des acteurs majeurs du jeu vidéo, et ses jeux extrêmement populaires ont pris une place toute aussi importante dans les compétitions d’e-sport. La communauté la plus notable est celle de la licence Super Smash Bros. C’est une série de jeux de combat créée en 1999, qui réunit une grande partie des personnages Nintendo et d’autres groupes comme Capcom, Sega ou Bandai Namco. Entre Super Smash Bros Melee qui garde sa place compétitive malgré une première sortie sur GameCube et le dernier opus Super Smash Bros. Ultimate, la communauté est grande et perdure.

Le roster très diversifié de Super Smash Bros Ultimate

Le contenu produit par les fans n’a jamais été la tasse de thé du grand groupe Japonais… Grand nombre de fan games ont été supprimés et les procès intentés à leurs créateurs sont tout aussi nombreux. Ils ne s’associent pas non plus aux compétitions (qu’ils n’organisent pas eux-mêmes). La licence Pokémon en est un exemple typique, sur un plan plus large que Super Smash Bros.

Des règles très restrictives pour l’e-sport Nintendo 

Le 24 octobre 2023, un communiqué concernant les compétitions sur les jeux Nintendo est publié sur leur site officiel. On constate que l’entreprise ne veut pas du tout être affiliée aux tournois communautaires et souhaite reprendre le contrôle.

Le communiqué concernant les Community Tournament Guidelines

Les compétitions, qu’ils appellent donc tournois communautaires, devront se faire sous de nouvelles conditions. En effet, pas plus de 200 participants par jour autorisés hors ligne et pas plus de 300 en ligne de manière générale. Le prix de participation est fixé à 20 euros et le prix d’entrée à 15 euros maximum. Il est également interdit aux joueurs d’utiliser des accessoires qui ne sont pas de la marque Nintendo, comme par exemple des manettes.

La ceinture se serre surtout pour les organisateurs de tournoi qui sont soumis à des restrictions financières. Un tournoi ne peut pas rapporter plus de 5000 euros et un organisateur ne doit pas gagner plus de 10000 euros sur 12 mois. Les sponsors, qu’ils soient financiers, matériels ou sous forme de services, sont interdits. Les comptes de chaque tournoi doivent être rendus publics sur les réseaux sociaux ou sur le site web de l’évènement. Il est strictement interdit de dégager du profit personnel d’un tournoi basé sur un jeu Nintendo. La vente de nourriture, boissons ou merchandising est elle aussi interdite.

La communication est elle aussi restreinte. En effet, il est prohibé d’associer Nintendo aux tournois que ce soit sa marque, ses personnages ou ses jeux dans la promotion de son tournoi. C’est-à-dire pas de visuels ou de noms qui s’en rapprochent. Les abréviations ou surnoms ne sont pas autorisés non plus. Les organisateurs pourront quand même préciser autour de quel jeu tourne la compétition. Ils devront néanmoins préciser :

« Nintendo ne sponsorise pas ce tournoi et n’y est pas affilié. »

Le lien des règles de tournois communautaires définies par Nintendo doit aussi être présent sur les réseaux sociaux et autres sites web.

Des mesures plus positives

Malgré de nombreuses restrictions qui risquent de chambouler à tout jamais l’univers compétitif des jeux Nintendo, le groupe Japonais décide aussi de resserrer la vis sur le plan moral. Il est précisé que l’organisateur doit s’assurer absolument de la santé et la sécurité des participants. Les tournois doivent être accueillants pour tous et doivent respecter à tout prix ses participants.

On insiste sur le harcèlement et la discrimination et à quel point cela est intolérable. Il est vrai que le monde de l’e-sport est sujet à ces questions, surtout dans des communautés qui rassemblent autant de monde que celles des jeux Nintendo. Il était crucial de l’évoquer, et on compte sur la firme pour prendre des mesures sans hésitation en cas de problème. C’est une question importante qui doit être mise en avant davantage. On interdit aussi l’alcool et la drogue officiellement, sans oublier la prohibition des prix considérés comme moralement discutables.

La compétition e-sport Nintendo est-elle condamnée ?

La réception de ce communiqué a fait l’effet d’un coup de tonnerre et les joueurs se sont affolés assez rapidement. Les organisateurs essayent de se préparer au mieux. Une bonne nouvelle déjà, ces règles ne s’appliquent pas encore aux tournois de l’année 2023 annoncés avant leur publication. Une demande de permission d’outrepasser certains de ces interdits est possible pour certaines organisations, entreprises ainsi que pour des actions caritatives.

Super Smash Bros Ultimate à l’EVO 2019

Mais attention, Nintendo se réserve le droit de lancer des poursuites judiciaires en cas de non-respect des règles. Ce droit s’applique aussi à tout ce qu’ils jugeraient inapproprié pour la marque. Ils précisent à la fin du communiqué qu’ils ne sont pas responsables des futurs problèmes créés par ce nouveau système. Ils annoncent aussi qu’ils ne répondront à aucune question supplémentaire.

Les acteurs de la communauté compétitive Nintendo devront donc s’adapter à ces obligations. L’avenir des tournois communautaires de grande ampleur est incertain. L’idée qu’une demande de permission soit possible rassure néanmoins. Les règles prendront officiellement effet le 15 novembre 2023. 

Vous pouvez retrouver la déclaration de Nintendo sur leur site officiel (en anglais.)

2 Replies to “L’avenir de l’e-sport est plus incertain que jamais chez Nintendo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *