La politique de l’enfant unique en Chine

La politique de l'enfant unique en Chine - Cultea

En 1979, le président chinois Deng Xiaoping met en place la politique de l’enfant unique dans le pays. Pendant 35 ans, beaucoup de familles chinoises avaient l’interdiction d’avoir plusieurs enfants. Zoom sur la politique démographique la plus autoritaire jamais mise en place à l’échelle d’un pays.

Deng Xiaoping met en place la politique

Dans les années 50, la Chine fait face à un problème. Elle n’arrive pas à nourrir convenablement une population en augmentation constante. L’État commence alors à penser à une mesure de contrôle des naissances. Mao Zedong, président du pays dans ces années-là, refuse tout de suite cette suggestion. Vingt ans plus tard, lorsque Deng Xiaoping s’empare du pouvoir, une politique de planification familiale commence à émerger. Pour le gouvernement, un enfant c’est trop peu, deux c’est suffisant, et trois c’est trop.

En Chine, la politique de l’enfant unique est appelée « politique du planning familial ». Elle voit le jour en 1979. Le contrôle des naissances se durcit alors drastiquement. Désormais, les couples ne peuvent avoir qu’un seul enfant. Des campagnes de stérilisation et d’avortement sont lancées afin d’atteindre les objectifs. Le gouvernement installe aussi des appareils d’échographie dans les cliniques de planning familial, dans le seul but de vérifier que les femmes conservent leurs stérilets.

L'homme politique Deng Xiaoping - Cultea
L’homme politique Deng Xiaoping.

« Les enfants noirs »

Pour l’année 1983, on dénombre 21 millions de naissances, 14,4 millions d’avortements, 20,7 millions de stérilisations et la pose de 17,8 millions de stérilets. Dès lors qu’une femme avait un enfant, la politique voulait qu’elle porte un stérilet.

De façon très autoritaire, le gouvernement chinois a mené cette politique jusqu’en 2015. Les « enfants noirs » désignent les bébés nés hors cadre dans le pays. Ils n’ont pas de carte d’identité et n’ont pas non plus accès aux soins et à l’éducation. Lorsque les enfants en question tombaient malades, les parents se trouvaient contraints de payer aux fonctionnaires régionaux des amendes élevées. De quoi persuader les familles de ne faire qu’un enfant. On dit, qu’actuellement, plus de 13 millions de Chinois n’ont pas de carte d’identité dans le pays.

Les bébés filles

Les femmes, pendant des années, ont été forcées à avorter. Dans certaines campagnes, des bébés filles étaient noyés. Ces dernières étaient jugées trop coûteuses, moins fortes et moins utiles que les garçons.

« Élever une fille, c’est cultiver le champ de son voisin. » – Proverbe chinois

Souvent, les bébés de sexe féminin étaient arrachés à leurs parents. Les équipes de planification familiale les revendaient à des orphelinats. Durant la période de l’enfant unique, 120 000 bébés seraient ainsi sortis du pays en direction des États-Unis et de l’Europe, en contrepartie de sommes juteuses.

Les campagnes chinoises - Cultea
Les campagnes chinoises.

Le but de cette politique

Les avis divergent quant aux raisons qui ont fait émerger cette politique. Certains historiens disent que la Chine craignait une surpopulation pouvant mettre en danger l’équilibre de la patrie. Le nombre de bouches à nourrir devait donc, de façon urgente, diminuer.

Selon d’autres historiens, l’objectif était différent. Le but aurait été de concentrer les ressources pour fabriquer un capital humain profitable. L’économie a été préférée au développement démographique.

Les conséquences de la politique

Au fil des années, la politique a créé un réel déséquilibre. Le vieillissement de la population a été accéléré. La préférence des bébés garçons aux bébés filles a aussi entraîné un déséquilibre brutal entre les sexes.

L’inégalité de population entre les hommes et les femmes atteint des proportions énormes dans les zones rurales. Selon une étude de l’équipe DéfiChine publiée dans le bulletin Populations et Sociétés de l’INED (Institut national d’études démographiques), il y aurait 2 000 hommes célibataires pour 100 femmes en zones rurales. Chez les célibataires de 35 ans, il y a 500 hommes pour 100 femmes.

La politique de l'enfant unique, créatrice de déséquilibres dans le pays - Cultea
La politique de l’enfant unique, créatrice de déséquilibres dans le pays.

En Chine, 1% des femmes de 50 ans sont célibataires. Ce qui n’est pas le cas de certains hommes qui ne pourront donc jamais se marier et avoir des enfants. Là-bas, ils sont appelés « les branches sans feuilles ». Ils sont socialement stigmatisés, car, en Chine, on dit qu’un homme célibataire est plus enclin à avoir des comportements extrêmes et violents. Dans le pays, ils constituent une menace pour l’ordre social.

Il existe donc énormément de fils uniques en Chine. Et dans les campagnes, la mort de ce fils unique est vue comme une catastrophe. Les enfants sont aussi là pour travailler lorsque leurs parents ne travaillent plus. Les parents perdent l’assurance financière que leur garantit un fils qui travaille. Les accès à la maison de retraite et au cimetière leur sont, pour beaucoup, aussi refusés.

La situation actuelle

Au fil des années, cette politique s’est assouplie. Un couple peut ainsi avoir deux enfants s’il vit à la campagne, si son premier enfant est une fille, ou s’il est issu d’une ethnie minoritaire. Le deuxième enfant est accepté si les deux parents sont eux-mêmes des enfants uniques.

En 2015, la population de la Chine est vieillissante, et il y a un important manque de main-d’œuvre. La direction chinoise assouplit les contrôles des naissances. Selon les démographes du pays, la situation ne semble pas en voie d’amélioration. En 2016, la campagne des « deux enfants » a été lancée. Et pourtant, le taux de natalité est toujours plus bas que le taux de remplacement de la population. Le taux de naissances de 2019 est le plus bas jamais enregistré en 60 ans dans le pays. Le pays espérait entre 21 et 23 millions de naissances, mais il n’en a obtenu que 15,23 millions.

Une population vieillissante en Chine - Cultea
Une population vieillissante en Chine.

Certains voient deux solutions possibles. La première serait d’ouvrir le pays à l’immigration afin de trouver de la main-d’œuvre. Cependant, le pays semble peu enclin à s’ouvrir. La deuxième option est la mise en place d’une politique poussant les femmes à avoir plus d’un enfant. Mais le choix final revient aux femmes qui, et à raison, refusent d’être considérées comme des appareils reproducteurs.

En Chine, on dit que la politique a porté ses fruits, permettant d’éviter 400 millions d’enfants. Le taux de fécondité est passé de 2,8 en 1979 à 1,6 en 2013. Cependant, les démographes nuancent cela. En effet, les mêmes baisses ont été enregistrées au Vietnam et en Thaïlande. Et pourtant, la politique de l’enfant unique n’existe pas là-bas.

 

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.