La fête des mères : d’où vient-elle et quelle est son histoire en France ?

La fête des mères : d'où vient-elle et quelle est son histoire en France ?

La fête des mères est célébrée dans beaucoup de pays à travers le monde : France, Allemagne, Danemark, Turquie, Finlande… Bien que la date varie, on la fête généralement en mai. Mais quelles sont ses origines ? Et quelle est son histoire en France ? Réponse dans cet article !

Histoire de la fête des mères

On retrouve les premières traces de célébration en l’honneur des mères dans l’Antiquité. En effet, dans la Grèce Antique, on organisait des festivités en l’honneur des déesses-mères grecques Gaïa et Rhéa, lors des cérémonies printanières. À Rome, on célébrait les matrones le 1er mars, pendant les cérémonies des matronalia (« matronales »). Si toutes ces fêtes avaient lieu au printemps, ce n’était pas par hasard. En effet, cette saison était synonyme de fertilité.

Par la suite, l’apparition de la religion chrétienne mis en avant le rôle de la mère. On mettait en effet la Vierge Marie à l’honneur et donc, à travers elle, toutes les femmes dont la vocation était d’enfanter.

À partir du XVe siècle, les chrétiens du Royaume-Uni et d’Irlande fêtent le Mothering Sunday (« dimanche de la maternité »). Plus particulièrement, la fête a lieu au début du carême et, plus tard, le quatrième dimanche de carême. De plus, cela donnait aux domestiques un jour de congé pour aller à « l’église-mère » et visiter leurs familles. Les jeunes filles, quant à elles, offraient à leur mère un gâteau orné de onze boules de pâte (les 12 apôtres moins Judas). Cette pâtisserie s’appelle le simnel cake, et on la mange aujourd’hui à Pâques dans le monde anglophone. La célébration change toutefois de nom à partir de 1908, et se fait appeler le Mother’s Day, sous l’impulsion de l’institutrice américaine Anna Jarvis. 

Un simnel Cake - Cultea
Un simnel Cake.

Origines de la fête en France

Au début du XIXe siècle, Napoléon a l’idée d’une fête rendant hommage aux mères. Il voulait en effet mettre en place une fête nationale au printemps pour ancrer le modèle familial et honorer sa propre mère. L’idée ne se concrétisa néanmoins jamais.

À partir de 1866, la France fait face à une baisse de la natalité. Des associations populationnistes et des mouvements natalistes essaient donc d’enrayer ce retard avec l’aide du médecin, démographe et statisticien Jacques Bertillon. Ce dernier crée en 1896 le mouvement de l’Alliance nationale pour l’accroissement de la population de la France. On commence alors à développer une propagande nataliste. Bertillon propose également la création d’une « fête des enfants » en hommage aux familles nombreuses. Le 23 mai 1896, Emile Zola, membre de l’Alliance pour l’accroissement de la population, publie un plaidoyer dans Le Figaro, du nom de Dépopulation. Trois ans plus tard, il expose ses thèses natalistes dans son roman Fécondité :

« Ô mères françaises, faites donc des enfants, pour que la France garde son rang, sa force et sa prospérité, car il est nécessaire au salut du monde que la France vive, elle d’où est partie l’émancipation humaine, elle d’où partiront toute vérité et toute justice ! »

Le roman Fécondité d'Emile Zola, 1899 - Cultea
Le roman Fécondité d’Emile Zola, 1899.

Au début du XIXe siècle

En 1904, le village d’Artas en Isère voit la création d’un collectif familialiste, l’Union fraternelle des pères de famille méritants d’Artas. Le 10 juin 1906, on organise même une grande fête en l’honneur des « mères méritantes ». À partir de là, on ne parle donc plus de « fête des enfants », mais d’une « Journée des mères de familles nombreuses ».

Jusqu’ici, la tradition n’est pas encore réellement implantée dans l’hexagone. La célébration devient en fait pérenne grâce au Mother’s Day américain. En effet, ce sont les soldats américains arrivés en avril 1917 lors de la Première Guerre mondiale qui implantent la fête en France. Plus précisément, le général John Pershing demande à ses soldats (français, anglais, belges ou néerlandais) d’envoyer des cartes postales pour le Mother’s Day. Il a même fait réaliser un film d’actualités par Gaumont !

Affiche de la Journée des mères, 1918 - Cultea
Affiche de la Journée des mères, 1918.

En 1918, on organise à Lyon une Journée des mères, en hommage aux mères et aux épouses qui ont perdu leurs fils et leur mari pendant la Première Guerre mondiale. Grâce à la large couverture médiatique de l’événement, toute la France en entend parler. Deux ans plus tard, on met alors en place une « fête des mères de familles nombreuses ». En 1926, le gouvernement officialise la célébration et la condition de « famille nombreuse » disparaît. Toutefois, la presse continue à utiliser le terme et à mettre en avant les mères de plus de trois enfants. En effet, une politique ainsi qu’une propagande natalistes existaient encore à cette époque.

Le maréchal Pétain et la fête des mères

Certains pensent que le maréchal Pétain a inventé la fêtes des mères. Pourtant, on a bien vu que beaucoup l’ont fait avant lui ! Il y a tout de même quelque chose de vrai dans cette histoire, puisqu’il inscrit la fête au calendrier politique à partir du 25 mai 1941. Plus qu’une fête, c’est une véritable célébration, et on met la mère sur un piédestal. D’après l’historien Louis-Pascal Jacquemond, c’est même « un slogan idéologique au service de la patrie » sous le régime de Vichy. Dès lors, tous les Français doivent célébrer la maternité. 

Affiche de la Journée des mères, 25 mai 1941 - Cultea
Affiche de la Journée des mères, 25 mai 1941.

Un fête qui devient marketing à partir des années 1950

La fête des mères prend une autre tournure à partir de la moitié du XXe siècle. En effet, la société de consommation en création fait apparaître des publicités pour des marques de cosmétique, de parfumerie, de sous-vêtements ou encore d’appareils électroménagers. On associe complètement la femme avec les tâches ménagères, et les cadeaux à offrir pour la fête des mères la dépeignent comme rien d’autre qu’une mère au foyer. Par exemple, le slogan « Moulinex libère la femme ! » de l’époque est loin d’être féministe. Les appareils de la marque permettaient en outre seulement aux femmes de gagner du temps pour pouvoir s’apprêter pour leurs maris…

Affiche pour la Fête des mères, 31 mai 1964 - Cultea
Affiche pour la Fête des mères, 31 mai 1964, Ville de Paris, Bibliothèque Forney.

Avec toutes ces informations, on comprend donc que la fête des mères n’était à l’origine pas si commerciale que ça. Quoi qu’il en soit, la fête des mères, c’est ce dimanche 30 juin. Alors pensez à offrir un petit quelque chose à votre maman !

 

Sources :

One Reply to “La fête des mères : d’où vient-elle et quelle est son histoire en France ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.