« Dadipark » : le parc d’attractions belge laissé à l’abandon

| | ,

Dadipark était l’un des plus vieux parcs d’attractions de Belgique. Aujourd’hui détruit, il a d’abord été laissé à l’abandon pendant de nombreuses années. Chez Cultea, on vous raconte aujourd’hui l’histoire de ce parc !

Ouverture du parc

Dadipark ouvre en 1949, dans le village de Dadizele, en Belgique. À ce moment-là, le village était déjà très populaire, beaucoup de gens s’y rendant pour des pèlerinages. À l’origine, le parc était d’ailleurs simplement une aire de jeux pour enfants. En effet, les enfants des pèlerins y jouaient pendant que leurs parents visitaient la basilique de Notre-Dame de Dadizele. Le parc contenait d’ailleurs le plus grand pont de singe de l’époque, un type de pont suspendu. Il a ensuite évolué, notamment grâce au pasteur Gaston Deweer, et on a commencé à construire des attractions modernes. Le pasteur souhaitant en effet voir le parc s’agrandir et devenir un véritable parc d’attractions pour enfants. D’où le slogan :

“Waar kind koning is” (où les enfants sont rois).

Le parc est alors devenu très célèbre, avec ses attractions, ses montagnes russes, ses carrousels, etc. Mais au fil du temps, on finit par moins le fréquenter. Beaucoup s’inquiétaient en effet des règles de sécurité…

Photo d'une attraction du Dadipark laissée à l'abandon, Kris Van de Sande - Cultea
Photo d’une attraction du Dadipark laissée à l’abandon, Kris Van de Sande.

Un accident grave

En 2000, un accident terrible eut lieu. Un petit garçon de 9 ans perdit un bras dans l’attraction Nautic Jet. À partir de là, le parc n’accueillit plus grand monde.

En 2002, le parc ferma pour rénovations. Il devait fermer pendant un an, afin de mettre en place des mesures de sûreté et de sécurité supplémentaires. On voulait également renouveler le personnel et l’organisation interne. De plus, l’idée était d’améliorer le parc dans son ensemble, en offrant de nouvelles choses, comme des festivals de musique.

Finalement, le parc ne rouvrit jamais. Il a failli être racheté entre 2004 et 2005, des investisseurs voulant le rendre plus moderne. Un groupe bruxellois était à deux doigts de l’acheter pour 70 millions d’euros, mais il a été dissuadé par les régulations strictes de développement urbain mises en place. On imposait en effet 20 % de surface commerciale maximum, ce qui ne semblait pas être assez.

Fermeture définitive et démolition de Dadipark

En 2011, on commença à parler de la démolition du parc. Cela faisait en effet presque 10 ans qu’il était à l’abandon, et personne ne semblait vouloir en faire quoi que ce soit. On commença alors la démolition l’année suivante. En 2013, presque tout avait disparu, mis à part un bâtiment qui est aujourd’hui utilisé comme un skatepark.

En 2016, on a émis l’idée de transformer le parc en un lieu de récréation vert. On parlait aussi de créer un mini-golf, un zoo et des magasins. Rien de tout ça n’a été fait, mais cela pourrait être encore en développement.

Le Dadipark abandonné, photo de Kris Van de Sande - Cultea
Le Dadipark abandonné, photo de Kris Van de Sande.

Avant la démolition complète du Dadipark, beaucoup sont allés le visiter. Un parc d’attractions pour enfants abandonné en a forcément attiré plus d’un, que ce soit pour se faire peur ou pour prendre des photos hors du commun. 

 

Sources :

The following two tabs change content below.

Lauren Puma

Stagiaire à Cultea et étudiante en Master Culture, patrimoine et médiation, je m'intéresse de très près à la culture pop, particulièrement à Marvel et Star Wars. Passionnée d'anglais depuis toujours, j'ai un goût prononcé pour les contenus dans cette langue ainsi que les pays où elle est parlée.
Précédent

Terry Silver (« Karaté Kid 3 ») sera dans la saison 4 de « Cobra Kai » !

Le « crâne de Piltdown » : le plus gros canular scientifique de l’histoire

Suivant

1 réflexion au sujet de « « Dadipark » : le parc d’attractions belge laissé à l’abandon »

Laisser un commentaire