Quand le théâtre a été interdit pendant dix-huit ans en Angleterre

Quand le théâtre a été interdit en Angleterre pendant dix-huit ans

Le 2 septembre 1642, toute représentation théâtrale est interdite en Angleterre. Cela survient à la suite d’un décret du Long Parlement, sous Charles I. Ce décret concerne tous les types de théâtre, les représentations publiques ou privées, ainsi que les troupes itinérantes. Tous doivent cesser leur activité. Rien ne précise la date où ce décret prendra fin et il faudra ainsi attendre 1660 pour rétablir cet art.

Un contexte politique instable

Pour se replacer dans le contexte, 1642 marque le début de la guerre civile en Angleterre. Charles I se donne comme objectif de gouverner sans l’aide du Parlement, ce qui a entraîné la révolte du peuple. C’est le début du conflit entre parlementaires et royalistes. Les premiers morts de cette guerre surviennent en juillet de cette même année. Ainsi, « la Grande Rébellion » éclate et le théâtre en paie les conséquences.

Alors, le décret prend son sens et est motivé par une situation périlleuse. Les amateurs de théâtres sont habitués à la fermeture de ces derniers. Notamment dans les périodes d’épidémie de peste, ou à l’occasion de la mort d’un membre de la famille royale. Dans ces périodes, les théâtres ferment temporairement. Or, si ce décret ne précisait pas la date de sa fin, c’est bien parce qu’il n’était pas censé y en avoir.

Des restrictions et des débordements

Alors que les acteurs et spectateurs entrevoient enfin la levée des restrictions, un nouveau décret est promulgué en 1648. Cette fois-ci, l’interdiction est définitive. Le Parlement actuel, sous la dictature de Cromwell, ne cache plus son mépris pour le théâtre. Les sanctions ne manquent pas pour quiconque oserait désobéir. S’ils sont découverts, les acteurs seront fouettés et les spectateurs devront payer une amende de 5 shillings.

Il est désormais interdit d’écrire, de publier et encore moins de faire des représentations. Pour aller encore plus loin, plusieurs théâtres sont saccagés par les soldats. Parmi eux, le théâtre du Globe, un symbole triomphant du théâtre où était notamment joué Shakespeare. Le théâtre est banni. Seules quelques représentations clandestines voient le jour, mais quasiment aucune pièce n’a été écrite depuis fin 1642.

Le théâtre du Globe reconstruit en 1997 à l'identique, après sa destruction en 1644.
Le théâtre du Globe reconstruit en 1997 à l’identique, après sa destruction en 1644.

La restauration du théâtre

Ce n’est qu’en 1660 que le décret est officiellement levé, grâce à l’ascension de Charles II sur le trône. Il rétablit la royauté après son exil. Les conditions légales sont alors réunies pour rouvrir les théâtres et la pratique est de nouveau autorisée. La coupure aura d’ailleurs été si longue, que le théâtre renaîtra sous un nouveau jour : le théâtre de la Restauration.

Tout est à refaire. Les théâtres doivent être reconstruits, les troupes doivent se reformer et il faut également écrire de nouvelles pièces. D’autres changements sont apportés au théâtre. Notamment par l’apparition d’actrices – dont les rôles féminins étaient uniquement interprétés par des hommes – ainsi que la créations de décors amovibles. C’est un renouveau et en même temps la fin du théâtre élisabéthain.

Le théâtre de la Restauration donnera vie à la comédie de la Restauration. Caractérisée par une grande diversité, sa production est immense. Pas moins de 200 auteurs dramatiques s’adonneront à l’écriture théâtrale entre 1660 et 1710. Malgré une longue absence, le théâtre a finalement gagné la bataille.

 

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.