Pourquoi les étudiants se sont-ils soulevés à Pékin le 4 mai 1919 ?

| | ,

Le 4 mai 1919 à Pékin, des milliers d’étudiants se sont soulevés contre la suprématie de l’Empire du Japon sur la Chine. C’est ce que les historiens ont appelé plus tard le Mouvement du 4 mai. Retour aujourd’hui sur un événement vieux de plus de 100 ans qui a profondément marqué l’histoire de la Chine. 

Les raisons d’un tel mouvement

Plusieurs choses expliquent la naissance du Mouvement du 4 mai. Tout d’abord, le Japon avait depuis 1914 la mainmise sur le territoire du Shandong, une province du nord-est de la Chine. La Chine rejoint donc les Alliés dans leur effort de guerre en 1917, avec l’espoir de pouvoir récupérer son territoire, alors sous le contrôle de l’Empire allemand. En rejoignant les alliés, la Chine pense en effet pouvoir obtenir un siège à la table des négociations de paix. Cependant, lors de la conférence de paix de Paris, le président américain Thomas Woodrow Wilson se désolidarise de la Chine. Dès lors, le Shandong est attribué à l’empire japonais.

De la même façon, l’empire du Japon tente déjà d’établir sa suprématie coloniale sur le territoire chinois depuis quelques années. Le gouvernement japonais avait en outre présenté à la Chine « 21 demandes » en 1915, qui avaient pour finalité la colonisation de la Chine.

Entre la déception infligée par le Traité de Versailles et la constante prétention de l’empire du Japon sur la Chine, la population chinoise s’indigne. En plus de cela, on soupçonne le gouvernement chinois d’avoir conclu un traité secret avec le Japon en 1918. Le Premier ministre de la République de Chine, Duan Qirui, est alors accusé de corruption, et la colère de la population monte.

Les étudiants de Pékin lors du Mouvement du 4 Mai - Cultea
Les étudiants de Pékin lors du Mouvement du 4 mai.

Les événements du 4 mai 1919 à Pékin

Tout d’abord, des centaines de groupes chinois envoient des télégrammes de protestation à Paris après l’annonce de l’attribution du Shandong au Japon. Le 4 mai 1919, une manifestation anti-japonnaise éclate à l’université de Beijing. 3 000 étudiants protestent devant la porte de la place Tian An’Men contre les « 21 demandes » japonaises. Sur leur manifeste, on peut lire :

« Le territoire de la Chine peut être conquis, mais il ne peut pas être donné ! Les Chinois peuvent être tués, mais ils ne peuvent pas être soumis ! Notre pays risque sa perte ! Citoyens, mobilisez-vous !»

En plus de cela, les étudiants dénoncent l’oppression des femmes, le poids des traditions, ainsi que le pouvoir des mandarins. Ils souhaitent voir émerger en Chine la modernité et les sciences nouvelles. De plus, ils prônent le remplacement du chinois littéraire par le baihua, langue chinoise moderne, en tant que langue officielle et langue d’enseignement.

Pendant que la manifestation a lieu, un fonctionnaire chinois pro-japonais est battu chez lui et on brûle la maison d’une autre personne. Résultat : une personne trouve la mort et le gouvernement emprisonne 1 150 manifestants. Suite à la pression populaire, tous les manifestants sont finalement relâchés.

Le mouvement se propage à travers le pays, et bientôt, les marchands décrètent le boycott des produits japonais. Par la suite, une grève générale est organisée à Shanghai, entraînant une paralysie de l’économie.

Des marchandises japonaises brûlées à l'université Tsingua, 1919 - Cultea
Des marchandises japonaises brûlées à l’université Tsingua, 1919.

Les conséquences du Mouvement du 4 mai 1919

Le Mouvement nationaliste obtient du gouvernement chinois son refus de signer le Traité de Versailles. De fait, la Chine n’apportera pas sa signature sur le traité de paix du 28 juin 1919.

D’un autre côté, le Mouvement du 4 mai entraîne l’émergence d’une conscience patriotique chinoise. Le pays commence donc à se démarquer des puissances impérialistes occidentales. Par conséquent, la pensée marxiste se développe et la position d’hommes politiques tels que Chen Duxiu ou Li Dazhao vire de plus en plus à gauche. 1921 voit la création du Parti Communiste Chinois, ayant pour objectif la régénération du pays.

Le Mouvement de la Nouvelle culture entre 1915 et 1921

Le Mouvement du 4 mai peut aussi désigner le mouvement de révolution culturelle et sociale et la révolution littéraire. En 1915, Chen Duxiu, un jeune intellectuel, lance la revue Nouvelle Jeunesse (Xin Qingnian). On y retrouve encore une fois cette idée de rupture avec la tradition. En outre, la revue critique le confucianisme (doctrine en rigueur à ce moment-là) et appelle aux valeurs de la jeunesse.

En 1917, Hu Shi publie Suggestions pour une réforme littéraire dans la revue de Chen Duxiu. Ce dernier rédige quant à lui De la révolution littéraire en février 1917, manifeste du mouvement qu’il dirige maintenant avec Hu Shi. Le manifeste souligne 3 objectifs précis. Le premier : renverser la littérature de l’aristocratie et fonder la littérature populaire. Le deuxième : renverser la littérature classique et fonder la littérature réaliste. Enfin, le dernier : renverser la littérature élitiste en langue classique et fonder la littérature en langue parlée. Ce dernier objectif était donc la même demande que celle des étudiants sur la place Tian An’Men.

Véritable marqueur de l’histoire chinoise, le Mouvement du 4 mai est depuis lors commémoré chaque 4 mai en Chine et à Taïwan. Célébrée depuis 1949 en République Populaire de Chine, on l’appelle Fête de la Jeunesse (青年节,). À Taïwan, c’est la Fête de la Littérature (文藝節,). 

 

Sources :

Précédent

« Star Wars » : ce qui est réaliste scientifiquement et (surtout) ce qui ne l’est pas

Y aura-t’il une suite à « The Innocent », la série Netflix qui fait fureur ?

Suivant

Laisser un commentaire