Perpignan : le macabre mystère encore irrésolu du Castillet

Perpignan : le macabre mystère encore irrésolu du Castillet

Beaucoup de petites villes en France renferment souvent des prétendus « squelettes » dans leurs placards. Cependant, dans le cadre de Perpignan, cette expression peut directement s’appliquer au sens propre grâce au Castillet.

Située en Occitanie, à proximité de la frontière espagnole, la ville de Perpignan possède bon nombre de monuments historiques. Son principal est sans conteste le « Castillet », petit fort typique de la région. Il est aujourd’hui un véritable symbole.

Cet ensemble de briques surplombé d’une tourelle est d’ailleurs l’une des dernières traces des anciens remparts entourant jadis la commune. Ils ont été construits par Ferdinand le catholique, roi d’Aragon au XVe siècle. Les travaux d’une telle manœuvre durèrent près de 20 ans. Ils achevèrent de transformer la ville en véritable forteresse.

Le Castillet atteste aujourd'hui de l'existence des immenses remparts bordant la ville de Perpignan - Cultea
Le Castillet atteste aujourd’hui de l’existence des immenses remparts bordant la ville de Perpignan.

Ces remparts furent l’un des traits caractéristiques de Perpignan pendant une grande partie de son existence. Ils furent finalement démolis sous la demande d’un seul homme : Edmond Bartissol. Entrepreneur avisé, il milite dès 1880 pour l’abatage de ces murs, afin de faire de Perpignan une ville d’eau susceptible d’attirer les curistes. C’est finalement en 1901 que Baristol parvient à faire valider son projet, qui des années plus tard, laisse la ville dans l’état qu’on lui connaît aujourd’hui.

Seul le Castillet est officiellement maintenu d’aplomb comme souvenir de l’héritage moyenâgeux de la ville. Ce faisant, le petit fort connaîtra moult rénovations et travaux d’entretien. Ce fut cependant au cours de l’une de ces opérations que le Castillet révéla son mystère le plus intrigant.

Les morts se cachent derrière les murs… du Castillet

En 1948, alors que des maçons procèdent à l’abatage d’une paroi, ils mettent à jour un espace caché de près de 3 m de long sur 80 cm de large. À l’intérieur, ils découvrent les ossements d’un enfant, difficilement identifiables. Ils sont dans un premier temps datés à plusieurs siècles. Cela ne manque pas de renforcer le mystère de l’affaire. Aussi, parmi les restes, on note des traces d’un ancien repas et de la vaisselle ancienne. Cela dit, le plus curieux constat concerne la tenue de la dépouille

Le squelette caché du Castillet reste l'un des faits divers les plus marquants du monument - Cultea
Le squelette caché du Castillet reste l’un des faits divers les plus marquants du monument.

En effet, des matériaux luxueux pour l’époque, tels que du velours ou du cuir, permettent aux experts de déduire que leur propriétaire appartenait à une classe aisée de la société française.

Bien évidemment, une telle trouvaille a enflammé les foules et donné naissance à moult théories. La plus avancée et sensationnelle tenta d’ailleurs de répondre à un autre mystère planant sur la France à cette époque.

Petit retour en arrière

Après la Révolution française, le roi Louis XVI fut arrêté avec sa famille en 1792 puis décapité le 21 janvier 1793. Sa femme, la reine Marie-Antoinette, connaîtra le même sort ce même jour, devant une foule réunie à l’actuelle place de la Concorde à Paris. Le devenir des deux monarques et de leurs dépouilles est aujourd’hui largement connu. Mais ce n’est pas vraiment le cas de leur héritier.

Le petit Louis XVII verra son cœur conservé en tant que relique dans la basilique Saint-Denis - Cultea
Le petit Louis XVII verra son cœur conservé en tant que relique dans la basilique Saint-Denis.

En effet, le petit Louis XVII, jaune Dauphin, est âgé de 7 ans au moment de son incarcération. Il ne tardera pas à être séparé de ses parents et sera enfermé dans la prison du Temple. Trois ans plus tard, les conditions de détention ainsi que des problèmes de santé viennent à bout du petit monarque. Il sera inhumé le 12 juin 1795 au cimetière Sainte-Marguerite. Son cœur sera malgré tout conservé comme relique dans la basilique Saint-Denis.

Une théorie des plus tentantes

En dépit de nombreuses preuves et enquêtes menées au préalable, beaucoup prétendirent que le squelette du Castillet serait bel et bien celui de Louis XVII. Il faut dire que la nature assez sensationnaliste de l’affaire appelait à de nombreuses spéculations.

Louis XVII détenu dans sa cellule de la prison du Temple - Cultea
Louis XVII détenu dans sa cellule de la prison du Temple.

D’après des théoriciens, le dauphin aurait été confié à des commissaires chargés par la Convention nationale de conclure la paix avec l’Espagne. Le pays exige la remise de l’enfant comme condition préalable de l’accord. Décédé au cours des négociations, la dépouille du jeune héritier aurait été alors dissimulée dans le Castillet, en vue de mettre sous silence cette « bavure ».

La fin d’une rumeur persistante

Alléchante pour beaucoup d’historiens et de locaux, nombreux furent ceux tentant de corroborer cette hypothèse avec diverses preuves et arguments discutables. Malheureusement pour eux, de nouvelles analyses menées sur le cœur de Louis XVII finirent par définitivement contester son appartenance au dauphin.

La ville de Perpignan semble ne pas tirer de profits particuliers de toute cette histoire - Cultea
La ville de Perpignan semble ne pas tirer de profits particuliers de toute cette histoire.

Des investigations ultérieures menées sur le squelette du Castillet font apparaître que l’enfant ne fut enfermé dans sa geôle qu’à la fin du XIXe siècle. Aujourd’hui, il est clair que le dauphin n’aura jamais été, vivant ou mort, à Perpignan. La ville aura de son côté fini par oublier cette découverte, ainsi que l’excitation qu’elle avait générée en pleine après-guerre. De ce fait, il est même curieux de constater que cette affaire ne se soit jamais réellement transformée en légende urbaine ou mythe local.

Mais alors, la question demeure intacte aujourd’hui. Qui est l’enfant emmuré pendant plus d’un siècle dans le Castillet, et pour quelle raison cette sentence mortelle a-t-elle été prononcée ? 

 

À lire également : L’affaire du collier de Marie-Antoinette : le scandale qui a entaché la reine

À lire également : La tragédie de la grotte de Montérolier, vingt-cinq ans de secrets et d’incompréhension

 

Sources : 

3 Replies to “Perpignan : le macabre mystère encore irrésolu du Castillet

  1. il a une erreur me semble t’il dans votre texte🤔 car, Louis XVII n’a pas été inhumé le 12 juin 1785 ( il n’est pas mort avant ses parents, lol) le Dauphin est décédé le 8 juin 1795 et il est bien né le 27 mars 1785, car son père Louis XVI et guillotiné janvier 1793 et sa mère Marie-Antoinette sera guillotiné le 16 octobre 1793.
    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.