Les Mayas : précurseurs des soins dentaires ?

Les Mayas : précurseurs des soins dentaires ?

Récemment, la revue d’archéologie Journal of Archaeological Science a publié une étude sur les Mayas. Cette dernière se penche plus particulièrement sur l’ornement de leurs dents. Jusqu’à présent, les chercheurs pensaient qu’il ne s’agissait que d’esthétisme. Et pourtant, ce ne serait finalement peut-être pas la raison principale.

Les dents des Mayas étaient ornées de pierres de jade, de turquoise, d’or… Ces pierres précieuses incrustées dans les dents leur offraient sans conteste un sourire des plus brillants. Pourtant, la question de l’esthétique n’était peut-être pas prise en compte à l’époque. En effet, l’étude s’est penchée sur l’analyse de huit dents, provenant de trois sites archéologiques mayas de la période classique : Holmul (Guatemala), Baking Pot (Belize) et la vallée de Copan (Honduras). L’ancienneté de ces dents variait entre 250 et 900 après J.-C.

Une pratique aux propriétés hygiéniques

Un « ciment » bon pour les dents

Grâce à leurs analyses, les chercheurs sont parvenus à identifier des éléments du « ciment ». Cette colle serait pourvue de propriétés antibactériennes et anti-inflammatoires. Ses composants seraient en effet capables d’éviter les caries et les infections buccales. En tout, il s’agit de 150 molécules organiques retrouvées par les chercheurs dans les résines végétales, présentes dans la formule de la colle. Parmi elles : des résines végétales d’espèce de Pinaceae, une huile essentielle dérivée des Lamaciées, du bitume et une préparation d’Asteraceae. De plus, des traces de menthe ont été découvertes également, un anti-inflammatoire.

Crâne dont les dents sont incrustées de pierres de jade - Cultea
Crâne dont les dents sont incrustées de pierres de jade (Flickr/David Dennis)

Des dents soignées

Cette découverte ne surprend pas vraiment les chercheurs qui connaissaient déjà aux Mayas une santé dentaire impeccable. Cette population avait d’ailleurs pour habitude de se limer les dents et d’arracher celles abîmées. De plus, l’incrustation des pierres dans les dents démontre qu’elles n’étaient pas collées au hasard. Ces dernières ne touchaient jamais les nerfs et étaient placées avec beaucoup de précision. L’analyse prouve à nouveau, selon les chercheurs, « le haut degré de sophistication de la pratique dentaire des anciens Mayas ». De plus, ces incrustations étaient remarquablement durables.

« Ces ciments ont enduré l’environnement buccal difficile d’une durée de vie et ont fixé l’inlay fermement dans la dent, même pendant des siècles de carie post-mortem ultérieure. Au-delà de leurs propriétés adhésives, les matériaux de scellement ont probablement réduit l’activité cariogène et les maladies infectieuses parodontales. »

Journal of Archaeological Science.

Ainsi, les Mayas savaient prendre soin de leurs dents et ce, pour n’importe qui. En effet, cette pratique n’était pas réservée aux plus riches, comme le laisseraient penser les pierres précieuses utilisées. L’ornement des dents était accessible à tout le monde. De fait, il ne s’agissait pas d’une pratique pour obtenir un sourire étincelant de beauté, mais pour obtenir un sourire étincelant de santé.

 

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.