Le fossile d’une baleine carnivore de 36 millions d’années découvert au Pérou

Le fossile d'une baleine carnivore de 36 millions d'années découvert au Pérou

Un fossile de crâne unique a été dévoilé à Lima, au Pérou, le 17 mars dernier. Il appartient à une énorme baleine carnivore, le Basilosaurus, l’un des plus grands prédateurs connus qui a vécu il y a environ 36 millions d’années.   

« C’est un monstre marin. »

Impossible de contester cette affirmation du paléontologue Rodolfo Salas-Gismondi, formulée à Reuters. Le monstre en question pouvait en effet peser une soixantaine de tonnes et mesurer entre quinze et vingt mètres. Malgré ses petites nageoires et son corps plutôt mince, une redoutable mâchoire à dents de scie rendait terrifiant ce cétacé, qui chassait des proies de la taille d’un requin. Bien que le Basilosaurus ne soit pas un reptile, son nom signifie étymologiquement « lézard royal ». On comprend pourquoi.

Le Basilosaurus est l’un des plus grands prédateurs de tous les temps. Il avait à priori 44 dents. © Ernesto Benavides

La découverte est exceptionnelle. Révélée par une équipe de paléontologues péruvienne, elle présente effectivement un fossile intact et potentiellement la mise au jour d’une toute nouvelle espèce de Basilosaurus.

« Il s’agit d’une trouvaille très importante, car il n’existe aucun spécimen similaire découvert dans le monde. »

Mario Urbina, à la tête de l’équipe de découverte, lors d’une présentation publique au Musée d’histoire naturelle de Lima.

La taille de ce spécimen serait vraisemblablement plus grande que les autres sous-espèces découvertes jusqu’ici. 

L’évolution, l’ultime bout de course

« Nous faisons les meilleures découvertes en cassant quelque chose. » déclarait Matt White, chercheur à l’université de New England, à IFLScience dans un article paru en février. En 2011, Matt White et son équipe avaient en effet retrouvé les restes d’un dinosaure dans l’estomac d’un crocodile. Ce type de découverte permet entre autres de faire avancer les recherches sur le mode de vie des espèces de cette époque.

Les musées d’histoire naturelle ont un rôle majeur dans la conservation des collections, leur étude scientifique et leur présentation au public (ici, celui de Florence, en Italie). © Wikimedia Commons

Depuis toujours, la paléontologie ne cesse de réécrire les pages de la vie antérieure, à mesure que le passé s’éclaire pour nous laisser des témoignages saisissants de ses vestiges. Or, les trouvailles récentes sont extraordinaires, à l’image du « plus grand ptérosaure du Jurassique jamais découvert à ce jour » en 2017 sur l’Île de Skye, en Ecosse, rapporte le magazine Géo.

Une espèce de ptérosaure, ailes déployées. Le spécimen découvert en Ecosse dépassait les 2,5 mètres. © PALEODIRECT.COM

Plus récemment encore, un fossile d’ichtyosaure a été mis au jour en janvier 2021 dans la Rutland Water Nature Reserve, en Angleterre. Ce « dragon des mers » serait vieux de 180 millions d’années et partageait la Terre avec les dinosaures. Sa découverte « contribue à révéler l’histoire de l’évolution de l’un des plus grands prédateurs des océans préhistoriques », d’après le site de National Geographic.   

Indispensables à la compréhension de notre planète, les premières traces de la vie sur Terre n’ont pas fini de nous livrer tous leurs secrets.      

 

Sources : 

One Reply to “Le fossile d’une baleine carnivore de 36 millions d’années découvert au Pérou”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.