La Sagrada Familia fête son 140e anniversaire

La Sagrada Familia fête son 140e anniversaire en 2022

Il y a 140 ans, le 19 mars 1882, la construction de la Sagrada Familia débutait. Si, aujourd’hui, les travaux se poursuivent encore, ce monument emblématique de la Catalogne accueille tous les ans plus de 4 millions de visiteurs.   

Le temps a le pouvoir de dénuder les paysages qui nous semblent acquis. Comme si, en levant le voile sur des remparts du passé, les années qui passent en font réfléchir toute la beauté. En effet, à Barcelone, la basilique de la Sagrada Família resplendit. Érigée dans le quartier de l’Eixample, elle est un témoin indéfectible de la mesure du temps. En dépit de son chantier inachevé, elle est consacrée par le pape Benoît XVI en novembre 2010 et demeure l’un des lieux touristiques les plus visités d’Espagne.   

Un temple remarquable

Le « temple expiatoire de la Sainte Famille », de son nom complet, fourmille de richesses. La basilique se dote d’une crypte circulaire, d’une voûte aux courbes presque célestes, et de forts symboles religieux indissociables du décor. Fière de son architecture moderniste et de ses éléments décoratifs époustouflants, la Sagrada Familia devrait aussi devenir la plus haute basilique du monde une fois sa construction terminée, dont la fin est prévue en 2026.

La Sagrada Familia fête son 140e anniversaire en 2022
Vue panoramique de la croisée du transept, un « symbole mystique de la paix. » © Wikimedia Commons

À l’extérieur, ce sont les tours angulaires, impétueuses, qui attirent d’abord l’attention. À terme, la Sagrada Familia en comptera dix-huit. Ces tours à fortes connotations religieuses portent les noms latins des douze apôtres, des quatre évangiles, du Christ et de la Vierge Marie. Par ailleurs, chaque détail structural a une signification unique. La basilique se divise effectivement en trois façades, qui ont chacune une résonance particulière, une étape de la vie du Christ : la façade de la Nativité, la façade de la Passion et la façade de la Gloire.

La Sagrada Familia fête son 140e anniversaire en 2022
La Sagrada Familia en 1905. © Wikimedia Commons

La basilique est le fruit créatif de plusieurs générations d’architectes. Elle prend forme au fur et à mesure des goûts et des couleurs, des styles qui se développent à chaque époque. À l’origine du projet, c’est le néogothique qui est privilégié, selon le design établi par Francisco de Paula del Villar. Celui-ci est écarté en 1883, quand un nouvel architecte reprend le flambeau et donne à l’édifice une toute nouvelle direction : Antoni Gaudí.

Antoni Gaudí, figure espagnole de l’Art nouveau 

« Rien n’est inventé, parce que la nature a déjà tout écrit. »

Avec ces quelques mots, Antoni Gaudí tisse le fil conducteur de ses travaux d’architecte. La création, la vie, la mort, sont un réservoir d’inspirations qu’il utilise pour édifier la Sagrada Familia. La nature est en effet au cœur de sa construction, fondée sur une géométrie qui rompt avec les lignes droites et étriquées pour laisser la place aux courbes, aux ondulations, aux « racines. » On retrouve ces caractéristiques dans l’Art nouveau, qui donne la part belle aux arabesques et à la rondeur.

La Sagrada Familia fête son 140e anniversaire en 2022
Antoni Gaudí, à droite, fait visiter le chantier de la Sagrada Família au nonce Ragonesi, en 1915. Ragonesi le qualifie à cette occasion de « Dante de l’architecture. » © Wikimedia Commons

La Sagrada Familia devient alors la consécration de l’œuvre d’Antoni Gaudí. Cependant, l’architecte se rend compte de la portée des travaux et prend conscience qu’il ne pourra pas voir l’édifice terminé de son vivant. À travers des plans détaillés, minutieux, il essaye de poser sa marque pour que les architectes qui lui succèderont poursuivent la construction telle qu’il l’imagine. Toutefois, les plans et les maquettes disparaissent dans un incendie provoqué en 1936 pendant la guerre civile espagnole.   

Antoni Gaudí meurt prématurément, renversé par un tramway en 1926. Son corps est enterré dans la crypte de la Sagrada Familia, comme un hommage en suspension, une parabole intemporelle et éternelle.   

 

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.