Las Vegas : le petit village perdu devenu « ville du péché »

Las Vegas : le petit village perdu devenu "ville du péché" - Cultea

Las Vegas était une petite ville ferroviaire lorsque le Nevada l’a officiellement créée en 1905. Cinq ans après sa fondation, le recensement américain n’enregistrait que 800 résidents. Pourtant, dans les années 1950, elle est déjà connue comme un paradis touristique du jeu. Les visiteurs pouvaient assister à des spectacles avec des célébrités comme Frank Sinatra et Sammy Davis, Jr. entre deux passages aux tables de baccara.

La légalisation des jeux d’argent par le Nevada en 1931 a ouvert la voie à cette transformation. Mais cela ne suffit pas à expliquer comment Las Vegas est devenue la Mecque du jeu. L’histoire comprend également un afflux de travailleurs, une répression du jeu à Los Angeles et la migration de la mafia.

Las Vegas, 1910 - Cultea
Las Vegas, 1910

Un ancien flic et un paradis fiscal

La légalisation des jeux d’argent au Nevada en 1931 a coïncidé avec le début de la construction du barrage Hoover, qui a amené des milliers d’ouvriers à Boulder City. Le jour de la paie, ces travailleurs parcouraient les quelque 40 km qui les séparaient de Las Vegas pour s’adonner aux jeux d’argent sur Fremont Street, le centre de Vegas avant le Strip.

« L’un des dictons était que la ville devenait très excitante pendant quelques jours par mois », explique Michael Green, professeur d’histoire à l’université du Nevada à Las Vegas.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’ouverture d’une usine de magnésium à Henderson, dans le Nevada, a également attiré une importante population de travailleurs à la recherche de loisirs pour le week-end.

Cependant, un afflux de joueurs toutes les deux semaines ne suffisait pas à faire de Las Vegas une Mecque du jeu. Pour cela, il fallait des personnes ayant l’expérience de la gestion d’entreprise. À partir de 1938, ces personnes ont commencé à s’installer à Las Vegas, alors que le nouveau maire de Los Angeles sévissait contre les jeux illégaux. L’un des plus influents est Guy McAfee, un policier de la brigade des mœurs de Los Angeles. Celui-ci a fui la Californie pour échapper à des poursuites judiciaires pour avoir dirigé des réseaux de jeu et de prostitution en parallèle.

El Rancho, précurseur ?

Un autre grand tournant s’est produit en 1941, lorsque le premier hôtel-casino combiné, El Rancho Vegas, a ouvert sur un tronçon de l’autoroute 91 que McAfee a surnommée plus tard « le Strip ». Le complexe El Rancho Vegas a contribué à faire du jeu « quelque chose que l’on pouvait faire pendant les vacances », déclare David G. Schwartz, historien du jeu à l’Université du Nevada. Et cela a rencontré un grand succès.

Ce même succès a incité d’autres personnes à ouvrir des hôtels-casinos. Certains sont apparus sur Fremont Street l’année même où McAfee y a ouvert le Golden Nugget. D’autres ont été construits sur le Strip, une zone située à l’extérieur des limites de la ville. McAfee et d’autres propriétaires de complexes touristiques y ont créé la commune de Paradise afin de bénéficier d’un abri fiscal.

La mafia s’en mêle

À ce moment-là, un nouveau groupe de personnes commence à voir le potentiel de l’ouverture de casinos à Vegas : la mafia.

L’une des premières figures majeures de la mafia dans l’industrie du jeu de Vegas fut Benjamin « Bugsy » Siegel. Il participa à l’ouverture du Flamingo en 1947 sur le Strip. Après le meurtre de Siegel cette année-là, d’autres figures de la pègre s’impliquent dans l’industrie du jeu de la ville.

Pour les opérateurs du crime organisé :

« Las Vegas présentait deux opportunités parallèles », déclare Geoff Schumacher, vice-président des expositions et des programmes au Mob Museum de Las Vegas.

Tout d’abord, les mafieux dirigeant des réseaux de jeux illégaux dans d’autres villes pouvaient gagner de l’argent légal à Vegas. Jusque dans les années 1970, le Nevada était le seul État où les jeux de casino étaient légaux. Mais les mafieux ajoutaient à cela l’écrémage. Cachant ce qu’ils gagnaient réellement avec la gestion des établissements de jeux, ils n’étaient pas imposés sur une grande partie de leurs revenus.

Photo d'arrestation de Benjamin Siegel - Cultea
Photo d’arrestation de Benjamin Siegel

« Sin City »

Dans les années 1950, la mafia contribue à faire venir des célébrités à Vegas pour attirer plus de monde dans les casinos. Comme les mafieux dirigeaient des boîtes de nuit dans de nombreuses grandes villes, ils avaient des contacts avec des artistes comme le « Rat Pack » (Frank Sinatra, Dean Martin, Sammy Davis, Jr., Peter Lawford et Joey Bishop), Jerry Lewis, Judy Garland, Liberace, et bien d’autres. Les clubs et les centres de villégiature rivalisent également pour avoir les numéros de showgirls les plus spectaculaires. Des files de femmes dansent en synchronisation dans des costumes légers, des boas en plumes et des coiffes imposantes et élaborées. Au Dunes, en 1957, le propriétaire Harold Minsky introduit des danseuses aux seins nus dans le menu des spectacles. Il contribue ainsi à renforcer l’image de Las Vegas comme « ville du péché ».

Le jeu n’est plus au centre de l’attention

Outre les célébrités et les showgirls, de nombreux complexes touristiques de Las Vegas ont commencé à utiliser les essais nucléaires pour attirer les touristes dans les casinos. La ville était située à environ 65 miles du site d’essais du Nevada. Les nuits précédant les détonations atomiques matinales, les complexes hôteliers organisaient des fêtes qui duraient jusqu’à l’explosion nucléaire visible à l’aube. Les célébrations pouvaient comprendre des « cocktails atomiques » spéciaux, ou des concours de « Miss Bombe atomique ».

Au milieu des années 60 et 70, les centres de villégiature de Las Vegas commencent à changer. Howard Hughes rachète le Desert Inn en 1967, ainsi que de nombreuses autres propriétés. Les achats d’Hughes permettent d’écarter certaines des figures de la mafia. L’année où Hughes rachète le Desert Inn, le Nevada adopte le Corporate Gaming Act. Il facilite grandement la gestion des casinos par les entreprises. Cette loi ouvre la voie à l’achat de complexes hôteliers à Las Vegas par des sociétés. Cela a pour effet d’évincer les propriétaires de la mafia.

Lorsqu’Atlantic City ouvre son premier casino en 1978, Las Vegas commence à subir la concurrence des jeux d’argent en dehors du Nevada. Les jeux de casino devenant légaux dans de plus en plus de régions du pays, les complexes hôteliers commencent à diversifier leurs activités.

 

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.